Cancers du sein : la bonne information au bon moment

Laure GUÉROULT-ACCOLAS, Présidente Association Patients en Réseau

Mon réseau cancer du sein, porte d'entrée sur Internet au service de la proximité et de l'entraide, s'adresse à toutes les femmes et leur famille pendant et après la maladie.

"Il n'y a pas un cancer du sein, mais des cancers du sein qui sont très différents dans leur prise en charge. On passe ainsi souvent à côté de la bonne information utile au bon moment. Notre association facilite l'accès à des informations fiables, validées scientifiquement, pour faire gagner du temps et faciliter le parcours de soins des malades", observe Laure Guéroult-Accolas, Présidente de l'Association patients en réseau. http://monreseau-cancerdusein.com <a href="

Sur le même thème

Les médecins en phase avec les évolutions de la société

Interview réalisée dans le cadre de la présentation des résultats de l’étude FNIM-BVA-SPEPS sur l’impact de l’information ...

Le rôle des médias dans la prévention en Afrique

Nos confrères journalistes et les dirigeants des médias ont un rôle immense à jouer sur le territoire africain en matière ...

Information médicale et pratique des médecins

Une information utile et recherchée

Info santé : les malades chroniques, des citoyens à part entière

Grâce à l’innovation, les malades sont en capacité de revendiquer une place active dans la société et la presse ne met pas ...

Plaies et cicatrisation, l’importance du réseau de soins

Les médecins et les soignants se forment progressivement aux pansements. Ils sont de plus en plus fréquemment interrogés ...

Une chaine de valeurs en hémophilie

La qualité et la sécurité de l’informatique de santé dépendent de la qualité et de la sécurité des soins.

Santé connectée et prise en charge de l’hémophilie

A l’occasion de la Journée Internationale des Maladies Rares, le 28 février, Bayer partage sur les réseaux sociaux une série ...

L’éthique du patient expert, SpeedVision FCSanté

SpeedVision, Festival de la Communication Santé, « Ce n’est pas parce qu’on a une maladie qu’on a de facto, la légitimité ...