En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.

En savoir plus OK


> Professionnels de santé

Maladies neurologiques, les mirages de l'information

Pr. Gilles DEFER - Fédération Française de Neurologie, CHU Caen

Réalisation : Gaël de Vaumas  - Publication Acteurs de santé - Observatoire de l'Information Santé
Liens d'intérêts
Source : Press Tv News - Acteurs de Santé  Publié le 10 mai 2018, révisé le 18 juillet 2018
S'abonner au flux rss
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer à un ami Plus...

Certaines informations diffusées dans les médias ne reflètent pas du tout la réalité du terrain.

Des informations sensationnelles qui peuvent déstabiliser les patients

L’exemple le plus classique est celui de la divulgation d’expériences qui sont à des années lumières de la disponibilité d’un traitement chez les humains. Les patients arrivent alors avec des coupures de journaux en proclamant qu’on a trouvé un nouveau médicament alors qu’on leur a seulement montré, par exemple, qu’une molécule avait un effet sur la neuro-dégénérescence chez le rat. Cette molécule représente des espoirs scientifiques et aura peut-être des répercussions thérapeutiques, mais pas avant 10 ou 20 ans. Les patients sont alors déstabilisés, ne comprenant pas l’objet d’une telle annonce qui n’aura aucun impact à court terme sur leur traitement ou leur prise en charge.

Au neurologue d’expliquer l’information avec pédagogie à ses patients

Un autre exemple est celui de l’annonce de la sortie d’un nouveau médicament. Les patients pensent alors qu’il leur est systématiquement applicable, or majoritairement, ce n’est pas le cas. Il faut alors ré-expliquer l’information à des patients qui suivent déjà un traitement qui leur convient parfaitement, ou à des patients à qui ce nouveau traitement ne s’applique pas. Cette délivrance de l’information crée parfois des déceptions et des désagréments même si la majorité des patients comprend finalement qu’ils avaient mal interprété la nouvelle. Charge aux neurologues de rectifier et d’expliquer avec pédagogie que ce qui est annoncé avec grand fracas dans les médias ne concerne pas toujours leurs patients.

Interview réalisée lors des JNLF, Journées de Neurologie de Langue Française, Bordeaux 2018.

En savoir plus :

http://www.ffn-neurologie.fr/
http://www.observatoiredelinfosante.com/

  • ESPOIR ET CRAINTE FACE À L'INFORMATION SCIENTIFIQUE
    Axel KAHN
    Généticien, écrivain
  • L’ACCÈS POUR TOUS AUX PROGRÈS DE LA MÉDECINE
    Axel KAHN
    généticien et écrivain
  • BIEN VIVRE AVEC SA MALADIE DE CROHN
    Pr Laurent PEYRIN-BIROULET
    CHRU Nancy
  • RENDRE LES SALLES DE SPORT ACCESSIBLES AUX PERSONNES AYANT UNE SEP
    Dr Cécile DONZE
    Spécialiste en médecine physique adaptée, Lille
  • SEP, TRAITER TÔT POUR LIMITER LE HANDICAP À LONG TERME
    Pr. Patrick HAUTECOEUR
    Neurologue, GHICL, Doyen de la Faculté de médecine de Lille
  • VIVRE AVEC UNE SEP SANS FREINER SES AMBITIONS
    Caroline BENSA
    Neurologue, Fondation Rotschild
  • ENDURANCE ET PERFORMANCE, SAVOIR DOSER QUAND ON A UNE SEP
    Pr. Gilles DEFER
    Neurologue, CHU Caen
  • SEP, APPRENDRE À CONNAITRE SES LIMITES
    Dr. Laurent SUCHET
    Neurologue libéral, Marseille
  • SEP ET RECHERCHE : PERSONNALISER LES TRAITEMENTS
    Pr. David BRASSAT
    Neurologue, CHU Toulouse
  • SEP, UN COACH POUR ADAPTER SON ACTIVITÉ PHYSIQUE
    Dr Thomas de BROUCKER
    Neurologue, Centre Hospitalier de Saint-Denis
  • LE NUMÉRIQUE AU SERVICE DE LA SEP
    Dr. Claude MEKIES
    Neurologue, Toulouse, ancien président de la FFN
  • L’EXERCICE PHYSIQUE POUR LUTTER CONTRE LA FATIGUE DANS LA SEP
    Pr. David BRASSAT
    neurologue, CHU Toulouse
Copyright 1998/2018 © PressTVNews - Tous droits réservés - Qui sommes-nous ? - Informations légales - Contact