Le patient, nouvel acteur dans l’information des médecins

Stéphanie CHEVREL, Présidente, Observatoire de l’Information Santé, Vice-présidente de la FNIM

Surabondance de l’information, arrivée d’un nouvel acteur - le patient, les inter-relations en tête des moyens pour s’informer, tels sont les principaux rėsultats de l’étude FNIM-BVA-SPEPS.

La Fédération Nationale de l’Information Médicale (FNIM) vient de réaliser une étude sur l’impact de l’information médicale dans la pratique quotidienne des professionnels de santé - avec BVA et le soutien du SPEPS. Les résultats de l’ėtude ont été présentés en avant-première au Festival de la Communication Santé à Deauville.

Une surabondance de l’information 
"Trois points marquants : le premier est une interrogation. Comment les professionnels de santé peuvent-ils faire face à la surabondance de l’information qui ne fait que croître et en prendre connaissance dans un temps de plus en plus court ? Comment avoir la bonne information, comment la trier et surtout comment pouvoir la transmettre à son patient lorsqu’il est devant vous avec rapidité et simplicité ?"

Un nouvel acteur dans l’information
"Le second point est l’arrivée d’un nouvel acteur dans l’information auprès du médecin : le patient. Il arrive de plus en plus souvent qu’un patient annonce au médecin une innovation dont il a entendu parler à la télévision ou à la radio et qui va engager le médecin à aller lui même à la recherche de cette information. Selon l’étude FNIM-BVA-SPEPS, cela arrive dans 1 consultation sur 10 et concerne 97% des médecins."

Davantage vers le digital
"Le troisième point est que lorsqu’on demande aux médecins s’ils s’informent de façon plutôt digitale ou papier, ils restent partagés, un médecin sur deux ira davantage vers le digital, tandis qu’un médecin sur deux sera papier. Les deux moyens d’information sont complémentaires. Ce que je trouve formidable est que leur première source d’information reste l’humain. C’est plutôt rassurant dans ce monde numérique de savoir que les médecins font extrêmement confiance aux échanges dans les congrès, au cours de la formation continue, entre confrères et aujourd’hui avec leurs patients."


Interview réalisée lors du Festival de la Communication Santé à Deauville
En savoir plus :
http://www.observatoiredelinfosante.com
https://festivalcommunicationsante.fr
http://www.lafnim.com

Sur le même thème

Information médicale : le patient, nouvel acteur

Quasiment tous les médecins interrogés reconnaissent avoir effectué des recherches sur Internet suite à une discussion avec ...

Les stratégies d'influence des firmes ou la manufacture du doute

Il faut comprendre comment la science fonctionne pour étudier ses phénomènes mais plus encore, les mécanismes et les stratégies ...

Santé et science au Figaro : informer sans paniquer

Une équipe de dix personnes confortée par des pigistes permet de produire chaque jour la page Science du Figaro qui traite ...

Science, Médecine et Médias, quand l'info dérape !

Radiographie d'une dérive médiatique, SpeedVision, 28ème Festival de la Communication Santé

Etudes scientifiques, trop d'effet d'annonce

Le traitement de l’information santé au coup par coup dans les médias et sur les réseaux sociaux est un problème récurrent.

Les Décodeurs pour vérifier les informations

Les compétences des data-journalistes, des développeurs et des graphistes nous offrent une créativité ouverte et nous ouvrent ...

Les limites du journalisme scientifique

Les journalistes qui font du fact-checking s’aperçoivent d’une manière générale qu'ils se retrouvent vite limités dans le ...

Médias, analyser et comprendre les dérapages

Journalistes et non journalistes, universitaires et enseignants sont à l’origine de l'Observatoire de la déontologie de ...

Les médias, tous les mêmes ?

Ouverture des 12e Assises Internationales du Journalisme de Tours