Mieux connaitre les maladies neurologiques

Pr. Bruno BROCHET, Président des JNLF 2018, CHU Bordeaux

Les neurologues partent en campagne et donnent la parole à tous les acteurs concernés.

Tout le monde a une petite idée de ce qu’est la neurologie, mais en réalité, nombreux sont ceux qui confondent cette spécialité avec la neuropsychiatrie qui était la spécialité autrefois ou actuellement la neurochirurgie. C’est pourquoi les neurologues ont décidé de développer une campagne d’information à l’attention du grand public.

Mieux faire connaitre les maladies neurologiques

En effet, si les grandes maladies neurologiques sont connues comme l’Alzheimer ou le Parkinson, de nombreuses maladies prises en charge par le neurologue le sont moins. Certains symptômes qui ne sont pas forcément associés aux expertises neurologiques nécessitent pourtant une consultation neurologique pour savoir s’il s’agit d’une maladie neurologique ou d’un symptôme moins important et pour pouvoir proposer les thérapeutiques adéquates. Nous voulons aussi montrer que la neurologie a beaucoup évolué en termes de thérapeutiques dans de nombreux domaines : on peut citer les progrès considérables, ces 15/20 dernières années, dans la prise en charge de la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson, la migraine ou encore la prise en charge des AVC. Par ailleurs, la prévention des maladies neurologiques est aussi très importante d’où l’intérêt d’une bonne hygiène de vie, de la pratique d’un sport, d’une alimentation équilibrée, d’un bon sommeil et d’entretenir son activité intellectuelle.

Une campagne d’information relayée par tous les acteurs de la neurologie

La campagne d’information menée par la Fédération Française de Neurologie (FFN) auprès du grand public sera consacrée à une meilleure connaissance du champ neurologique. Elle associera les différents professionnels impliqués dans la prise en charge des personnes qui présentent des problèmes neurologiques - médecins généralistes, paramédicaux, réseaux de santé, associations de patients - en utilisant différents types de médias, notamment les réseaux sociaux et une webTV regroupant les interviews de tous les acteurs de ces maladies qui pourront apporter leur point de vue sur le sujet. Nous avons choisi de lancer cette campagne d’information lors des Journées Neurologiques de Langue Française (JNLF) qui réunissent, une fois par an, la majorité des neurologues français et de nombreux neurologues francophones - belges, québécois, suisses, maghrébins, africains - pour des sessions de formation continue et mises au point. Plus de 2 700 participants étaient ainsi présents cette année à Bordeaux, en association avec plus d’une quarantaine de sociétés savantes spécialisées dans les différents domaines de la neurologie.

Interview réalisée lors des JNLF 2018 à Bordeaux.
En savoir plus : http://www.ffn-neurologie.fr/

Sur le même thème

Les médecins en phase avec les évolutions de la société

Interview réalisée dans le cadre de la présentation des résultats de l’étude FNIM-BVA-SPEPS sur l’impact de l’information ...

Le rôle des médias dans la prévention en Afrique

Nos confrères journalistes et les dirigeants des médias ont un rôle immense à jouer sur le territoire africain en matière ...

Information médicale et pratique des médecins

Une information utile et recherchée

Info santé : les malades chroniques, des citoyens à part entière

Grâce à l’innovation, les malades sont en capacité de revendiquer une place active dans la société et la presse ne met pas ...

Plaies et cicatrisation, l’importance du réseau de soins

Les médecins et les soignants se forment progressivement aux pansements. Ils sont de plus en plus fréquemment interrogés ...

Une chaine de valeurs en hémophilie

La qualité et la sécurité de l’informatique de santé dépendent de la qualité et de la sécurité des soins.

Santé connectée et prise en charge de l’hémophilie

A l’occasion de la Journée Internationale des Maladies Rares, le 28 février, Bayer partage sur les réseaux sociaux une série ...

L’éthique du patient expert, SpeedVision FCSanté

SpeedVision, Festival de la Communication Santé, « Ce n’est pas parce qu’on a une maladie qu’on a de facto, la légitimité ...