100 000 prothèses de genou posées chaque année en France

Dr Charles FIQUET, Chirurgien orthopédiste, spécialiste du genou, Clinique de l’Infirmerie Protestante, Lyon

L’âge moyen de la pose d’une prothèse est de 71 ans, elle concerne davantage de femmes (63%) que d’hommes (37%).

Le genou peut parfois être source de fortes douleurs qu’il est difficile de calmer avec les traitements médicamenteux. La solution qui se présente alors est la pose d’une prothèse de genou. Le Dr Charles Fiquet, Chirurgien orthopédiste, spécialiste du genou à la Clinique de l’Infirmerie Protestante à Lyon, précise les causes de la pose de ce type de prothèse.

Le genou, une articulation complexe
« Le genou est l’articulation située entre le fémur et le tibia, entre la hanche et la cheville. Elle est formée par le bas du fémur et le haut du tibia. S’y ajoute, à l’avant, la rotule qui va s’articuler avec le fémur dans les mouvements de flexion et extension du genou.
Toute la complexité de cette articulation vient du fait qu’il s’agit non pas d’une articulation mais de deux articulations ! L’une entre le fémur et le tibia et la seconde, entre le fémur et la rotule. Son autre spécificité est d’être une articulation portante tout comme la cheville et la hanche, le poids du corps repose dessus, ce qui n’est pas le cas d’une épaule, d’un coude ou d’un poignet.
De plus, le genou est tenu par des ligaments - le ligament croisé antérieur du sportif, le ligament croisé postérieur, les ligaments dits collatéraux situés sur les côtés, donc sur la partie interne et la partie externe du genou. Et puis, il y a des ménisques, ces petits coussins fibreux entre le fémur et le tibia qui permettent d’amortir et de protéger l’articulation. » 

La douleur de l’arthrose, cause principale de pose d’une prothèse du genou
« L’arthrose et la douleur qu’elle déclenche va entraîner la pose d’une prothèse du genou. Ce phénomène inflammatoire et dégénératif survient essentiellement chez les personnes âgées et parfois chez les personnes atteintes de surpoids et d’obésité. Elle peut aussi apparaître chez des personnes ayant subi des traumatismes un peu plus tôt dans la vie comme des fractures, des luxations ou des personnes ayant fait beaucoup de sport : le cartilage n’est pas infini et ne se régénère pas, il va progressivement disparaître et entraîner des phénomènes inflammatoires et de frottements qui vont créer des douleurs. Ils peuvent s’accompagner d’épanchements de synovie, c’est à dire de gonflements du genou qui peuvent être très douloureux. 
Ce sont les situations habituelles dans lesquelles on propose de remplacer l’articulation par une prothèse du genou : les parties de mauvaise qualité, détruites ou abîmées, sont retirées et remplacées par un genou synthétique neuf ! » 

Davantage de femmes (63%) que d’hommes (37%)
« En 2018, environ 100 000 prothèses totales du genou ont été posées en France. C’est un chiffre colossal, mais il faut savoir qu’en 2013, le chiffre était de 80 000, il s’agit donc d’une augmentation progressive et constante.
L’âge moyen de la pose d’une prothèse est de 71 ans, elle concerne davantage de femmes (63%) que d’hommes (37%).
La durée de vie d’une prothèse de genou en France comme dans les autres pays est en moyenne de 15 à 20 ans, mais avec les progrès des matériaux, elle peut aller au-delà. »

Interview réalisée dans le cadre de la web Tv Plaies et Cicatrisation Acteurs de santé avec le soutien institutionnel de ConvaTec.

#PlaieEtCicatrisation, en savoir plus :
Laboratoires ConvaTec @ConvatecWoundFr : https://www.convatec.fr
Cica’Clic, Cica’ssistance : http://www.cica-clic.fr
Clinique de l’Infirmerie Protestante : https://www.infirmerie-protestante.com

Sur le même thème

Prothèse du genou, tout savoir sur la chirurgie et la rééducation

Plaies & cicatrisation - L’objectif de l’opération est de faire disparaître les douleurs et l’altération de la qualité de ...

Prothèse du genou, des pansements pour favoriser la cicatrisation

S’intéresser au pansement est l’une de mes spécificités. J’aime suivre mes gestes chirurgicaux et la cicatrice en fait partie.

Mieux connaître la maladie de Verneuil pour la diagnostiquer plus tôt

La maladie de Verneuil, douloureuse et invalidante, touche 1% de la population. Son diagnostic est souvent posé trop tardivement.

Maladie de Verneuil & chirurgie : des soins infirmiers essentiels pour une bonne cicatrisation

L'expertise infirmière est nécessaire pour que la cicatrisation se déroule dans de bonnes conditions, sans retard ni surinfection.

Plaies & cicatrisation - Tout savoir sur la maladie de Verneuil

Les patients souffrent sans savoir pourquoi, ils doivent oser en parler et ne pas hésiter à se tourner vers les associations ...

Cica’ssistance, une application pour faciliter la prise en charge des plaies

Sept infirmièr(e)s-conseil libéraux, tous diplômés en plaies et cicatrisation (DU) répondent gratuitement aux questions ...

Plaies & réalité augmentée, une formation ludique pour les soignants au bénéfice des patients

Des applis ludiques pour une meilleure utilisation du matériel et des pansements et une meilleure efficacité pour les patients ...

Comment traiter l’ulcère de jambe ?

Il faut distinguer les ulcères qui coulent de ceux qui ne coulent pas pour pouvoir choisir le bon pansement.