ASCO 2022 : vers une désescalade thérapeutique

Professeur Emmanuel BARRANGER, oncologue, chirurgien, directeur général du Centre Antoine Lacassagne, Nice

Oncotype DX®, la place croissante des signatures moléculaires

Le professeur Emmanuel Barranger a assisté à l’ASCO, le plus grand congrès international consacré aux avancées pour lutter contre les cancers. Il nous indique quelles sont pour lui les principales avancées qui ont été présentées en matière de traitement du cancer du sein.

Améliorer du simple au double la survie des patientes atteintes d’un cancer du sein avancé
« L’ASCO est un congrès remarquable qui accueille chaque année aux Etats-Unis environ 40 000 participants. Cette année, parmi les nombreuses présentations, deux avancées me semblent très importantes dans la prise en charge du cancer du sein : la première concerne les femmes atteintes d’un cancer du sein avancé ou métastatique qui présentent une expression bien particulière d’un immuno-marquage - HER2 dit faiblement amplifié - et pour lequel on ne peut pas réaliser de traitement chirurgical premier. La proportion relativement importante de patientes concernées peut aujourd’hui bénéficier d'un traitement spécifique qu’on appelle les anticorps monoclona conjugués. Ils permettent d’améliorer pratiquement du simple au double la survie de ces patientes. C’est une avancée remarquable pour le cancer du sein métastatique avancé et peut-être demain pour des cancers plus précoces car un nombre considérable potentiel de patientes présente ce profil. »

Diminuer les indications de la chirurgie axillaire
« La deuxième session importante pour moi est celle qui concerne ma spécialité, la chirurgie car elle est en faveur d’une désescalade dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein et notamment, du traitement chirurgical de l’aisselle qui est systématiquement associé au traitement de ce cancer. On a tendance aujourd’hui à diminuer les indications de la chirurgie axillaire, le curage axillaire prends de moins en moins de place même pour les patientes qui ont des ganglions dans l’aisselle d’emblée métastatiques, qu'on fasse une chimiothérapie première ou un traitement chirurgical premier. »

Désescalader les indications de la chimiothérapie avec les tests génomiques
« Enfin, de nombreuses présentations et posters portaient sur l’importance et la place croissante des signatures et des tests moléculaires dans le cancer du sein localisé. Il s’agit là encore de désescalade thérapeutique adjuvante principalement de diminuer l’indication de la chimiothérapie, mais là encore se dessinent demain d’autres indications pour sans doute désescalader sur la radiothérapie et pourquoi pas également sur l’hormonothérapie. »

En savoir plus :

Web Tv Cancer du sein, chimiothérapie et tests génomiques,
https://www.acteursdesante.fr/webtv/cancer-du-sein-chimiotherapie-et-tests-genomiques/12/

Centre Antoine Lacassagne : https://www.centreantoinelacassagne.org

Mon traitement cancer du sein, https://www.montraitement-cancerdusein.fr/

Exact Sciences, https://www.exactsciences.com/

Patients en réseau, https://www.patientsenreseau.fr/cancer-du-sein-et-chimiotherapie-tests-genomiques/

Mon réseau cancer du sein,
https://www.monreseau-cancerdusein.com/dossiers/mieux-comprendre/parcours-diagnostique/tests-genomiques-predictifs/tests-genomiques-predire-le-risque-de-recidive-et-preciser-la-necessite-dun-ch

Sur le même thème

Éviter une chimiothérapie inutile grâce au test génomique

En parler avec votre équipe médicale avant la chirurgie.

Un test génomique pour éviter une chimiothérapie inutile

C'est essentiel d'en parler à votre médecin.

A quel moment réalise t’on le test génomique ?

Eviter une chimiothérapie inutile.

Quand et qui prescrit un test génomique ?

Éviter une chimiothérapie inutile.

A quoi sert un test génomique ?

Eviter une chimiothérapie inutile.

Les tests génomiques sont-ils sûrs ?

Eviter une chimiothérapie inutile