Au service des médecins dans l’intérêt des patients

Dr Christian HUGUE, Président du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine de l’Ordre des Médecins

Le Conseil de l’Ordre est né après la guerre, sous l’instigation du Général de Gaulle, pour venir en aide aux familles qui comptaient de nombreuses veuves et orphelins.

Le Dr Christian Hugue est médecin vasculaire. Installé depuis 1984 en libéral, il pratique ses soins avec un intérêt croissant depuis son installation. « Cet intérêt, je l’ai complètement dédié à la souffrance des hommes. Je me suis rendu compte au bout de quelques années que les médecins étaient aussi des êtres humains parfois en souffrance. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu rentrer au Conseil de l’Ordre où notre mission est d’être au service des médecins dans l’intérêt des patients. Ainsi, je peux prolonger mon activité avec une forme d’humanisme, c’est ce qui m’intéresse. »

Pour rentrer au Conseil de l’Ordre, il faut être élu par ses confrères
« Si on ne recueille pas un total de voix suffisant, on est d’abord suppléant, puis titulaire. Cela fait à peu près une vingtaine d’années que je suis au Conseil Départemental des Hauts-de-Seine de l’Ordre des Médecins qui compte environ 8 500 praticiens. J’en suis le président depuis une dizaine d’années. Les membres du Conseil m’ont élu pour cette mission à la fois prestigieuse, mais aussi bien complexe. »

L’action qui me tient le plus à coeur est l’entraide 
« Le Conseil de l’Ordre est né après la guerre, sous l’instigation du Général de Gaulle. A l’époque, avec la guerre, les médecins hommes avaient pour beaucoup été décimés. Le Conseil de l’Ordre est né pour venir en aide aux familles qui comptaient de nombreuses veuves et orphelins. Aujourd’hui, le Conseil Départemental a toujours cette vertu. Nous avons du affronter une recrudescence de décès avec la pandémie de Covid 19 et notre mission d’aider les confrères qui se trouvent dans des situations parfois très compliquées par la maladie ou différentes épreuves de la vie est plus que jamais d’actualité. »

Aimer ce qu'on fait et y consacrer l'essentiel de sa vie
« Je dirais à un jeune médecin généraliste que la chose la plus importante est d’abord d’aimer ce qu’on fait et d’y consacrer l’essentiel de sa vie et de son ardeur, sans compter son temps, sans compter ses heures. La médecine doit se pratiquer comme un sacerdoce. C’est toujours le cas. Même si nos jeunes médecins ont peut-être moins envie d’embrasser la carrière libérale que nous avons connue, je suis néanmoins intimement persuadé comme les plus anciens qu’ils ont cette conviction de servir l’autre. »

Interview réalisée par Acteurs de santé Tv lors du 31ème Festival de la Communication Santé.

En savoir plus :
Festival de la Communication Santé : https://festivalcommunicationsante.fr
Conseil Départemental des Hauts-de-Seine de l’Ordre des Médecins : https://conseil92.ordre.medecin.fr

 

Sur le même thème

Les Pépites d'Anne

La créatrice des Pépites d’Anne organise une promenade à vélo à partir de Fécamp pour découvrir la Normandie.

Une belle personne

Le docteur Bernadette Chevrel, gastro-entérologue, journaliste et reporter, nous a quitté ce vendredi 7 octobre.

S’approprier son corps pour accepter les traitements

Cancer du sein : avoir confiance dans son équipe pluridisciplinaire et s’appuyer sur les infirmières de coordination de ...

Cancer du sein et test génomique

Test génomique, quelles sont les femmes concernées et qui pourraient éviter une chimiothérapie ?

Être à l’écoute du patient

« Le médecin doit savoir se mettre à la place du malade et pouvoir imaginer ce qu’il est en train de vivre pour l’aider ...

L’interview, soigner son image à chaque instant

"Réussir une interview" par Gaël de Vaumas & Stéphanie Chevrel et illustré par Gabs pour être parfaitement à l’aise face ...

Éviter les blessures de la cheville

Faire appel à un kiné car reprendre un sport sans préparation peut rapidement provoquer des entorses.

Un Collectif pour mieux faire connaître le cancer du sein triple négatif

Le Collectif Triplettes Roses veut améliorer l’accès aux essais cliniques.