Cancer du poumon - AKO@dom, fiabilité des données et gain de temps pour le patient et l’oncologue

Dr Vincent FALLET, praticien hospitalier, Service de pneumologie, Hôpital Tenon AP-HP

Cet outil accessible, disponible aussi bien en consultation que sur son smartphone, permet de renforcer le lien avec le patient et de sécuriser sa prise en charge.

Améliorer la prise en soins des patients traités par thérapies ciblées en ambulatoire
« AKO@dom est une solution numérique qui nous a été présentée par Patients en réseau. Cette association de patients atteints de cancer du poumon et avec laquelle nous travaillons depuis maintenant deux ans, a développé « Mon réseau cancer du poumon », une plateforme pour améliorer la prise en soins des patients traités en ambulatoire par une thérapie ciblée. » 

AKO@dom, une adhésion immédiate de la part du patient et des soignants
« Déjà en place dans d’autres hôpitaux en France, nous avons été enchantés de tester cette solution cet été comme premier outil de lien entre le médecin et le patient, alors que notre infirmière de coordination était en congés. Je me suis moi-même inscrit sur la plateforme et l’ai présenté à l’un de nos patients qui vit seul, plutôt isolé, un peu éloigné de l’hôpital et qui a des difficultés pour se déplacer. Il a tout de suite adhéré et beaucoup apprécié le suivi à distance et cette relation privilégiée qu’il pouvait avoir avec son infirmière libérale. Lorsque j’ai présenté AKO@dom à notre infirmière de coordination, à son retour, qui a tout de suite vu l’opportunité de s’approprier cet outil. »

 
Grâce au lien entre l’infirmière et l’oncologue, le patient n’a plus à se déplacer en consultation à l’hôpital pour le suivi de son traitement
« J’ai en parallèle maintenu mes points téléphoniques avec le patient, mais avec beaucoup plus de simplicité car je disposais des relevés effectués par son infirmière à domicile. Quant au patient, il était très satisfait de ne pas avoir à se déplacer et très rassuré de la présence régulière de l’infirmière. Cette solution m’a permis de modifier un peu ma prise en soins puisque d’habitude, je vois systématiquement les patients chaque semaine en début de traitement, puis tous les 15 jours en consultation. Là, à la place des consultations, j’ai fait des points téléphoniques réguliers avec ce patient de façon à m’assurer qu’il ne rencontrait pas de difficultés. Grâce aux données transmises par l’infirmière, les constantes et les bilans sanguins étant bons, il n’a pas eu à se déplacer à l’hôpital. » 

Fiabilité des données et gain de temps pour les soignants et le patient
« J’adhère beaucoup à cette solution qui présente de nombreux points positifs : le premier est la fiabilité des données. Ce que je crains habituellement avec les applications numériques, c’est que le patient rentre toutes ses plaintes fonctionnelles et m’envahisse d’effets secondaires et d’alertes. Avec cet outil numérique, le fait d’avoir le filtre de l’infirmière libérale qui renseigne et grade elle-même les effets secondaires, m’a rassuré. Le second point positif de cet outil est qu’il me permet de gagner du temps dans l’analyse des effets secondaires car je dispose d’un graphique avec les constantes. Le patient lui-aussi gagne du temps et le lien qu’il entretient avec l’infirmière, formée en amont à la solution, est très positif pour lui. Si traiter les effets secondaires et adapter au mieux le traitement permet d’améliorer l’observance, le passage de l’infirmière qui va s’assurer que le patient prend bien son traitement, est un bénéfice considérable. » 

Demain, mieux suivre les patients à domicile sous thérapies ciblées ou sous immunothérapie
« AKO@dom est aujourd’hui uniquement réservé aux patients atteints d’un type particulier de cancer du poumon, soit environ 4% de nos patients. Nous pourrions clairement en faire profiter d’autres patients sous thérapies ciblées ou sous immunothérapie, ce qui représente une grande majorité d’entre eux de plus en plus suivis en ambulatoire même s’ils viennent faire leur traitement à l’hôpital. » 

Sécuriser la prise en charge des patients
« Les relevés réalisés par l’infirmière font d’AKO@dom une solution fiable qui permet d’avoir une synthèse de l’observance et des effets secondaires des traitements. Cet outil accessible, disponible aussi bien en consultation que sur son smartphone, permet de renforcer le lien avec le patient et de sécuriser sa prise en charge. »

Interview réalisée dans le cadre de la présentation d’AKO@dom, solution développée par la startup Continuum+ avec l’association Patients en réseau pour les patients sous traitements anticancéreux oraux traités à domicile, catégorie start-up, au 30ème Festival de la Communication Santé.

En savoir plus : http://www.continuumplus.net & https://www.patientsenreseau.fr

S'inscrire au Festival de la Communication Santé : https://festivalcommunicationsante.fr

 

 

Sur le même thème

Cancer du sein & tests génomiques - 5 000 femmes pourraient éviter une chimiothérapie inutile

Jusqu’à 75% des femmes ayant un cancer hormonosensible dépisté à un stade précoce pourraient avoir recours aux tests génomiques ...

Covid 19, le gouvernement a fait le job

Les couacs entre hôpitaux publics et cliniques appartiennent au passé.

Trouver enfin un traitement pour le cancer du sein triple négatif - RIP Dorothée

RIP Magnifique et courageuse Dorothée qui a créé Les Triplettes Roses après avoir été diagnostiquée d'un cancer du sein ...

Cancer du sein hormono dépendant 2021, quel financement pour les tests génomiques ?

Il est essentiel, comme le disent l’ensemble des spécialistes et les associations de patients, que les tests génomiques ...

Chimiothérapie : 1 femme sur 3 ayant un cancer diagnostiqué à un stade précoce pourrait l'éviter

Jusqu’à 75% des femmes ayant un cancer du sein hormonosensible pourraient avoir recours aux tests génomiques en cas d’hésitation ...

Cancer du sein - Des tests génomiques pour confirmer l’utilité clinique d’une chimiothérapie

Les tests génomiques permettent de confirmer la pertinence d’une chimiothérapie après une opération d’un cancer du sein....

Chirurgie de la cheville - Vers une reprogrammation des opérations

L’épidémie de Covid 19 nous a obligé à changer nos pratiques et à travailler davantage en téléconsultation.

Covid 19 - Une forte baisse des opérations chirurgicales

On a pu observer des différences de traitement entre Paris et Marseille, essentiellement liées aux différences de pallier.