Cancer du poumon - Un accompagnement numérique et humain à domicile

Eric, patient, cancer du poumon

Savoir qu’une personne vient à mon domicile et est en rapport direct avec mon médecin, c’est rassurant. C’est vraiment très bien pour les malades d’être accompagnés et de ne pas se sentir seuls face à la maladie.

Eric a 53 ans. Il a été diagnostiqué d’un cancer du poumon, il y a trois ans. Après avoir été en rémission, son cancer vient de récidiver. Il est aujourd’hui traité chez lui par une thérapie orale.
Les thérapies orales peuvent entraîner chez certains patients des effets secondaires importants. Grâce au programme AKO@adom mis en place avec son oncologue, il est accompagné et suivi chez lui par son infirmière, formée à un protocole de suivi et équipée d’une application numérique. L’infirmière réalise ainsi un examen clinique, recueille ses données de santé et les transmets en temps réel à l’oncologue et au médecin traitant à travers une plateforme sécurisée. Le patient est accompagné. L’équipe de soins primaires - pharmacien, médecin traitant et infirmière - est associée au suivi.

On me diagnostique un cancer du poumon
“Il y a 3 ans, j’ai ressenti j’ai une très forte douleur au niveau des reins. Je suis allé aux urgences, et là, on m’a diagnostiqué une tumeur primitive de 18 millimètres sur le lobe supérieur gauche du poumon. On m’a conseillé de prendre rendez-vous avec un pneumologue, ce que j’ai fait. Les examens ont confirmé que j’avais un cancer du poumon. J’ai été opéré, puis j’ai fait 4 séances de chimiothérapie qui ont débouché sur une rémission pendant plus de 3 ans.”

Après 3 ans de rémission, je suis en récidive
“Il y a 3 mois, j’ai à nouveau ressenti des douleurs et repris contact avec l’hôpital. Les examens ont montré que j’étais en récidive de mon cancer. Cette fois, mon oncologue m’a donné un traitement par médicaments à prendre chez moi. J’avais un peu peur de me retrouver seul à domicile avec un traitement que je ne connaissais pas, sans connaitre mes réactions au médicament, sans savoir ce qui allait se passer et quoi faire en cas de problème.” 

Je suis soigné par un traitement oral à la maison
“Je discute de ma crainte avec mon oncologue qui me met en contact avec une infirmière qui utilise le programme AKO@dom. Le principe est le suivant : l’infirmière vient à mon domicile, au début une fois par semaine et maintenant deux fois par mois pour contrôler mon état de santé. Grâce á AKO@dom, l’infirmière fait part de tous mes résultats et peut alerter l’oncologue de problèmes rencontrés en temps réel.”

AKO@dom, l’infirmière libérale du patient pour sécuriser la prise en charge et relier les acteurs de soins primaires et l’oncologue
“Savoir qu’une personne vient à mon domicile et est en rapport direct avec mon médecin, c’est rassurant, ça permet d’aller dans le bon sens. Ne pas laisser quelqu’un avec sa maladie, livré à lui-même, je trouve ça très bien. C’est déjà assez compliqué, si on n’a pas un minimum de soutien, c’est terrible. C’est vraiment très bien pour les malades d’être accompagnés et de ne pas se sentir seuls face à la maladie.”

Interview réalisée dans le cadre de la présentation d’AKO@dom, solution développée par la startup Continuum+ avec l’association Patients en réseau pour les patients sous traitements anticancéreux oraux traités à domicile, catégorie start-up, au 30ème Festival de la Communication Santé.

En savoir plus : http://www.continuumplus.net     https://www.patientsenreseau.fr   https://www.evedrug.eu

S'inscrire au Festival de la Communication Santé : https://festivalcommunicationsante.fr

 

Sur le même thème

Les patients sous l’oeil du photographe

Les association de patients se mettent à nu devant la photographe Nathalie Oundjian.

Un calendrier pour le Festival de la Communication Santé

Rendre hommage aux patients pour les 30 ans du Festival de la Communication Santé

Les patients se mettent à nu ...

Pour le 30 ème Festival de la Communication Santé, les patients et leurs associations se mettent à nu.

Les patients ont bien des choses à vous montrer...

Pour le 30 ème Festival de la Communication Santé, les patients ont bien des choses à vous montrer ...

Rendre hommage aux patients et à leurs associations

30 ans du Festival de la Communication Santé - Les avancées majeures en santé se font grâce aux patients

Les patients relèvent un sacré défi !

30 ans du Festival de la Communication Santé

Analyser la place de l’émotion dans le traitement de l’information

journalisme d’émotion, journalisme d’information ? 48èmes Assises de la Presse Francophone, Yaoundé, Cameroun.

Le doc' de la Transat Jacques Vabre

Au large, le skipper doit être les yeux du médecin pour lui expliquer ce qu’il ressent et les mains du médecin pour réaliser ...