Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Dr Bruno CUTULI, oncologue-radiothérapeute, Institut du Cancer Courlancy, Reims

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est vrai pour de très nombreux autres cancers.

Une femme sur huit développera un cancer du sein au cours de sa vie. C’est entre 50 et 74 ans qu’elles sont le plus exposées. Détecté tôt, le cancer du sein guérit dans 9 cas sur 10.

La cohorte LISE, des données de vie réelle extrèmement précices
« Mener des études de vie réelle est important parce qu’elles sont le véritable reflet de la réalité quotidienne. Il existe de grandes études randomisées internationales multicentriques réalisées avec de très nombreux pays dans de multiples sites, mais la réalité du terrain est parfois bien différente. Les données de vie réelle permettent d’avoir une exhaustivité beaucoup précise. Par exemple, la base de données américaine SEER (Surveillance, Epidemiology and Results program) qui recueille environ 20% des cas de cancers aux Etats-Unis contient les informations de centaines de milliers de patients. On peut en tirer des données générales, mais peu de détails, notamment concernant les traitements, contrairement à la cohorte LISE que nous avons créée dans notre service à Reims avec le Dr Caroline Charles. »

Des tumeurs beaucoup moins agressives dépistées lors de la mammographie de contrôle
« Avec la cohorte LISE, nous avons ainsi pu analyser l’impact du dépistage du cancer du sein auprès de nos patientes. Il est apparu d’énormes différences entre les patientes qui ont été dépistées lors d’une mammographie de contrôle et celles chez qui le diagnostic a été effectué cliniquement, soit par la patiente, soit par le médecin. Chez les femmes qui ont réalisé une mammographie de contrôle, les tumeurs sont beaucoup plus petites et beaucoup moins agressives, avec un taux d’envahissement ganglionnaire extrêmement faible. Par conséquent, les patientes peuvent beaucoup plus bénéficier d’un traitement conservateur, généralement avec radiothérapie et hormonothérapie, avec très peu de mastectomies et de chimiothérapie et donc, une diminution des séquelles thérapeutiques et un gain en survie considérable sur le long terme pour les patientes. » 

« Le dépistage peut vraiment sauver des vies. Un cancer du sein dépisté et traité à un stade précoce, de moins de 2 cm, présente plus de 90 % de chances de survie. Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est vrai pour de très nombreux autres cancers. » 

À QUI S'ADRESSE LE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN
Le dépistage organisé du cancer du sein a pour objectif de diminuer le nombre de décès. Il concerne toutes les femmes entre 50 et 74 ans, sans symptômes et n'ayant pas de facteurs de risque particuliers autre que leur âge. Pendant cette période de vie, elles peuvent bénéficier, tous les 2 ans, sur invitation et gratuitement, de mammographies de dépistage : un moyen simple et de qualité pour détecter un cancer du sein le plus tôt possible, avant l’apparition de symptômes, et donc de le soigner plus facilement, d’augmenter les chances de guérison, mais aussi de limiter les séquelles liées à certains traitements. Selon les chiffres issus d'études internationales, les programmes de dépistage du cancer du sein permettent de réduire de 15 et 21 % la mortalité par cancer du sein. Durant les deux années qui s’écoulent entre deux mammographies de dépistage, certains cancers peuvent apparaître (« Cancer d’intervalle »). Un examen clinique des seins doit être réalisé au moins une fois par an par le médecin traitant ou le gynécologue. Les femmes doivent rester attentives aux éventuels changements au niveau de leurs seins et si tel est le cas, de ne pas hésiter à consulter. (Sources : Ameli, INCa).

Télécharger le poster ESMO

https://www.presstvnews.fr/exactsciences/esmo.pdf

En savoir plus :

Web Tv Cancer du sein, chimiothérapie et tests génomiques, https://www.acteursdesante.fr/webtv/cancer-du-sein-chimiotherapie-et-tests-genomiques/12/

Clinique de Courlancy, http://www.courlancy-sante.com/courlancy

Mon traitement cancer du sein, https://www.montraitement-cancerdusein.fr/

Exact Sciences,  https://www.exactsciences.com/

Patients en réseau, https://www.patientsenreseau.fr/cancer-du-sein-et-chimiotherapie-tests-genomiques/

Mon réseau cancer du sein, https://www.monreseau-cancerdusein.com/dossiers/mieux-comprendre/parcours-diagnostique/tests-genomiques-predictifs/tests-genomiques-predire-le-risque-de-recidive-et-preciser-la-necessite-dun-ch

Sur le même thème

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie ...

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...

Cancer, mieux et moins traiter avec les signatures génomiques

La médecine personnalisée permet de mieux traiter avec des thérapies ciblées grâce aux marqueurs génétiques dans la tumeur ...