Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Nathalie GARNIER, patiente

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie inutile.

Diagnostiquée lors d’une mammographie de contrôle
« J’ai fait une mammographie de contrôle fin août 2018. Rien de particulier n’avait été observé, tout allait bien. Pourtant, en décembre, j’ai senti une boule dans mon sein gauche. Cela m’a alertée et j’ai pris rendez-vous avec mon gynécologue en janvier. Il pensait que c’était un kyste, mais il m’a quand même fait faire une mammographie de contrôle. Ce jour là, le radiologue m’a tout de suite annoncé que les résultats n’étaient pas bons. J’avais une intervention chirurgicale prévue en mars et je voulais être sûre de pouvoir la faire, une biopsie a été faite immédiatement. »

J’ai fait un test génomique et n’ai pas eu de chimiothérapie
« Au vu de ma mammographie, réalisée dans la clinique dans laquelle j’étais suivie, mon gynécologue m’a conseillé de prendre rendez-vous rapidement avec le chirurgien viscéral de cette même clinique qui opère les cancers du sein. C’est donc lui qui m’a prise en charge avec l’équipe pluridisciplinaire. Lors de notre premier rendez-vous, et en fonction des résultats de la biopsie, il m’a proposé de faire un test qui permettrait de vérifier si la chimiothérapie allait être bénéfique dans mon cas. C’est comme cela que j’ai fait un test génomique dont le résultat a montré que la chimiothérapie n’aurait aucun bienfait sur moi. J’ai donc eu une chirurgie, une mastectomie partielle, puis de la radiothérapie. Mon cancer étant hormonodépendant, je suis actuellement sous hormonothérapie. »

C’est mon chirurgien qui m’a parlé d’Oncotype DX
« J’ai entendu parler pour la première fois du test génomique par le chirurgien, lors de la consultation concernant la biopsie. Il m’a indiqué qu’un test Oncotype DX permettrait de voir si, dans mon cas, la chimiothérapie serait efficace. Je n’ai pas reçu davantage d’informations au départ, mais je lui ai dit oui ! Je lui ai fait confiance. J’ai tout de même été chercher des informations sur Internet parce que j’avais besoin d’en savoir plus. Cela m’a permis de mieux comprendre l’intérêt du test et comment il fonctionnait. »

Les tests génomiques, autant bénéfiques pour les patientes que pour la santé publique
« Par contre, j’ai été alertée lorsque j’ai vu le prix du test. Je me suis posée la question de savoir comment il allait être financé. Le chirurgien m’a rassurée en me précisant qu’il était pris en charge par la clinique : la cellule prélevée lors de la biopsie allait être envoyée aux États-Unis pour un test génomique. Cela m’a rassurée et m’a aussi permis d’avoir des informations sur le traitement qui serait le plus efficace pour moi. En réalité, le coût d’un test génomique, surtout s’il permet d’éviter des séances de chimiothérapie complètement inutiles dans mon cas, est bien moins élevé que la prise en charge d’une chimiothérapie et de ses effets secondaires, de médicaments à prendre en plus auxquels il faut ajouter les soins de support, les arrêts de travail plus longs… À long terme, les tests génomiques sont autant bénéfiques pour les patientes que pour la santé publique, pour l’Etat. »

J’ai eu la chance d’avoir un test génomique
« Ne pas faire de chimiothérapie quand on n’en a pas besoin permet d’éviter ses effets secondaires et leurs conséquences à long terme, comme des arrêts de travail plus longs. Même s’il existe d’autres conséquences avec la radiothérapie, je me suis souvent dit que j’ai eu cette chance qu’on m’ait proposé de bénéficier d’un test génomique. »

Nous avons le droit de poser nos questions
Nathalie Garnier encourage les femmes nouvellement diagnostiquées d’un cancer du sein à poser toutes leurs questions à l’équipe soignante : « Surtout, osez poser toutes les questions auxquelles vous pensez. Faites des listes car lorsque vous êtes en entretien avec le médecin, il explique tant de choses qu’on peut parfois vite oublier ses propres questions. N’ayez pas peur de rejoindre des associations qui peuvent vous aider à y voir clair plutôt que d’aller chercher des informations sur Internet. Des associations de patients, comme Patients en Réseau - Mon réseau cancer du sein, permettent d’avoir accès à des informations vérifiées par des scientifiques. Il faut aussi savoir insister pour avoir les réponses qu’on attend et ne pas se dire que le médecin a toute la science infuse. Même si c’est lui qui sait, nous avons le droit d’avoir des questions et de les poser. »

En savoir plus :
Web Tv Cancer du sein, chimiothérapie et tests génomiques, https://www.acteursdesante.fr/webtv/cancer-du-sein-chimiotherapie-et-tests-genomiques/12/
Mon traitement cancer du sein, https://www.montraitement-cancerdusein.fr/
Exact Sciences, https://www.exactsciences.com/
Patients en réseau, https://www.patientsenreseau.fr/cancer-du-sein-et-chimiotherapie-tests-genomiques/
Mon réseau cancer du sein, https://www.monreseau-cancerdusein.com/dossiers/mieux-comprendre/parcours-diagnostique/tests-genomiques-predictifs/tests-genomiques-predire-le-risque-de-recidive-et-preciser-la-necessite-dun-ch

Sur le même thème

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...

Cancer, mieux et moins traiter avec les signatures génomiques

La médecine personnalisée permet de mieux traiter avec des thérapies ciblées grâce aux marqueurs génétiques dans la tumeur ...