Cancer et médias : la qualité de l’info avant tout

Edouard COUTY, Conseiller honoraire à la Cour des Comptes

9ème édition des Rencontres de la Cancérologie Française (RCFr) 2016

Pour Edouard Couty, conseiller honoraire à la Cour des Comptes,  « les professionnels ont une exigence envers les médias alors que le profane cherche avant tout une information de qualité. Si le journaliste vérifie ses données et les transmet objectivement sans vouloir absolument faire le buzz, son travail est gage de qualité et de sérieux pour le cancer tout comme pour les autres sujets et bénéfique pour les patients."

 Interview réalisée à l’occasion des 9èmes Rencontres de la Cancérologie Française (RCFr), Paris, décembre 2016.

RCFr, en savoir plus http://www.rcfr.eu/ 

https://www.ccomptes.fr/

 

Sur le même thème

Comment gérer son obésité en temps de Covid-19 ?

Journée mondiale de l'obésité - Webinar, le 4 mars, à 17h30, dédié aux personnes souffrant d’obésité ou de Diabète de type ...

Covid 19 et infodémie, l’autre pandémie à endiguer

Mieux comprendre le mécanisme des « fake news » à l’heure de la COVID-19, mais aussi proposer des pistes pour mettre fin ...

Informations de santé publique, un label pour les médias ?

La multitude d’informations provenant de trop nombreux canaux trouble le message et ne permet pas aux sites les plus sérieux ...

Devenir journaliste, les nouvelles pratiques de l’information

Avoir envie, être curieux et maîtriser les nouvelles technologies sont les trois conseils que je donnerai à un jeune qui ...

Développer son esprit critique pour lutter contre la désinformation

5/5 - Tout le monde peut produire et diffuser une information. Maîtriser les techniques journalistiques est crucial.

Fake news - Décoder l’information

Les acteurs de la connaissance qui possèdent un savoir qu'il faut vulgariser sont les absents des réseaux sociaux.

Réussir la traversée de l’Atlantique avec un Crohn

Vogue avec un Crohn Saison 2. Le film de la Transat Jacques Vabre.

Communiqué de presse - Les patients se mettent à nu pour...

Un calendrier décalé et inattendu vendu 20 euros au profit des associations de patients.