Cancer, mieux et moins traiter avec les signatures génomiques

Pr Pascal PUJOL, onco-généticien, CHU Montpellier & Président de la Société Française de Médecine Personnalisée et Prédictive (SFMPP)

La médecine personnalisée permet de mieux traiter avec des thérapies ciblées grâce aux marqueurs génétiques dans la tumeur et aussi de moins traiter en évitant des chimiothérapies inutiles grâce aux signatures génomiques.

Le professeur Pascal Pujol, CHU de Montpellier, est oncologue, généticien et également auteur de l’ouvrage : « Voulez-vous savoir ce que nos gènes disent de notre santé ». Il fait le point à l’occasion du 7ème congrès de la Société Française de Médecine Personnalisée et Prédictive (SFMPP) sur cette médecine, notamment dans le cancer du sein.

Évaluer le risque de cancer familial 
« Le cancer du sein est l’un des meilleurs exemples de la médecine prédictive et personnalisée. En ce qui concerne la médecine prédictive, on savait depuis très longtemps qu’il existait des formes familiales de cancer du sein. Grâce à la génétique, nous avons appris, dans un premier temps, à connaître le support biologique de ces prédispositions familiales. Cela a permis de tracer et d’évaluer le risque de cancer au sein des familles et d’y adosser des stratégies de dépistage ou de prévention. S’il existe des solutions extrêmes et radicales comme l’ablation des seins, effectuée par l’actrice américaine Angélina Jolie, d’autres alternatives fonctionnent très bien comme de réaliser une surveillance à travers des IRM régulières. »

Mieux traiter avec des thérapies ciblées 
« La médecine personnalisée est le deuxième volet de la médecine génétique et génomique. En effet, il n’existe pas un cancer du sein, mais une multiplicité de cancers du sein, spécifiques à chaque femme. La médecine personnalisée permet de mieux traiter et parfois même de moins traiter : mieux traiter car des marqueurs génétiques dans la tumeur permettent de guider les thérapeutes dans le choix de thérapies ciblées et de molécules spécifiques extrêmement efficaces, c’est ce qu’on appelle la médecine personnalisée. »

Moins traiter grâce aux signatures génomiques 
« Mieux traiter, c’est aussi parfois moins traiter : cela a été rendu possible grâce aux signatures génomiques qui nous indiquent parfois fort heureusement qu’une femme ne tirera vraiment aucun bénéfice d’une chimiothérapie. C’est très important. Nous pouvons alors l’éviter et proposer des protocoles de désescalade thérapeutique dans le cancer du sein. »

Des dérives possibles
« En France comme partout dans le monde, la médecine prédictive peut présenter quelques écueils. Son objectif est de mettre en place des stratégies de prévention ou de dépistage pour des maladies gravissimes. Elle est gouvernée par une équation composée de la quantité ou de la gravité du risque qui doit être important et de l’action médicale utile qui peut être mise en place. Par exemple, une femme porteuse d’une mutation BRCA présente 70% de risque de développer un cancer du sein. Or, on sait qu’on peut faire du dépistage et de la prévention. Cette médecine prédictive est, dans ce cas, recevable au plan médical. Nous devons aussi être extrêmement vigilants sur la confidentialité des données ou l’eugénisme. Croyez bien que la communauté médicale est très préoccupée et concernée par le problème éthique qui peut exister et les dérives possibles. »

De nombreuses solutions thérapeutiques en développement
« Lors du 7ème congrès de la Société de Médecine Personnalisée et Prédictive (SFMPP), nous avons eu une session un peu futuriste sur CRISPR/Cas9, ce système qui coupe l'ADN dans n'importe quelle cellule, à un endroit précis du génome. Cet outil extraordinaire de connaissance des gènes n’est pas loin aujourd’hui d’avoir des applications thérapeutiques. Une autre nouveauté assez étonnante est le développement des CAR T-cells et de l’immunothérapie qui fonctionnent dans les hémopathies et commencent à marcher dans le myélome multiple et d’autres tumeurs solides. C’est vraiment réjouissant de voir arriver des solutions thérapeutiques en cancérologie dans des domaines si différents : immunothérapie, thérapies ciblées, médecine prédictive. »

Sources :                                                                                                                
NCCN Guidelines Insights: Breast Cancer, version 3.2018 - IQWIG Communiqué de presse, septembre 2018 - Sparano et al. N Engl J Med 2018 - Geyer et al. npj Breast Cancer 2018 - Kalinsky et al, San Antonio Breast Cancer Symposium 2020 GS3-00

En savoir plus :
Société Française de Médecine Personnalisée et Prédictive (SFMPP),https://www.sfmpp.org
Voulez-vous savoir ce que nos gènes disent de notre santé, édition Humensciences, Pascal Pujol, 2019, https://www.humensciences.com/livre/Voulez-vous-savoir-%3F/21
Association Patients en réseau, https://www.patientsenreseau.fr/ 
Mon traitement cancer du sein, https://www.montraitement-cancerdusein.fr/
Exact Sciences, https://www.exactsciences.com/ 

Interview réalisée par Acteurs de santé dans le cadre de la web Tv Cancer du sein, chimiothérapie et tests génomiques : https://www.acteursdesante.fr/webtv/cancer-du-sein-chimiotherapie-et-tests-genomiques/12/

Sur le même thème

Plaies : 4 étapes pour lutter contre le Biofilm et éviter le retard de cicatrisation

Comment lutter contre le Biofilm, l’un des facteurs qui retarde, voire qui empêche, la cicatrisation des plaies chroniques.

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie ...