Comment retrouver un compte-rendu d’anapath ?

Docteur Pomone RICHARD, médecin pathologiste, SMPF, Toulouse

Lors, par exemple, d’une récidive de cancer, est-il possible 10 ou 15 ans plus tard de retrouver un prélèvement ou un compte-rendu d’anapath ?

Le Dr Pomone Richard, médecin pathologiste à Toulouse, membre du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF), aspire à une base de données commune pour les prélèvements comme pour les comptes-rendus, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

« Ce serait formidable à terme de n’avoir qu’une seule base de données commune et que chaque patient ait un libre accès à cette base pour les prélèvements qui le concernent et indépendamment de l’endroit où le prélèvement a été réalisé. Mais, pour l’instant, ce n’est pas le cas. Les médecins pathologistes n’ont même pas le droit d’ajouter des données du patient dans le DMP (Dossier Médical Partagé), ce n’est pas prévu !  

Lorsqu’on vous fait un prélèvement, il est confié à un laboratoire de pathologie. Après avoir été analysé, les cellules vont être conservées dans du formol, puis le prélèvement sera placé dans un petit boîtier cerclé de paraffine et, grâce à ce système, il va être protégé pendant très longtemps. Nous gardons généralement ces petits blocs une dizaine d’années. Ensuite, nous ne sommes pas tenus de les conserver, par contre, nous sommes tenus de conserver le compte-rendu qui est le produit de notre réflexion et de notre diagnostic pendant 30 ans.  

Dans notre système législatif, il existe un vide juridique concernant l’archivage des blocs, ces cassettes qui contiennent le tissu du patient et les comptes-rendus. Un patient a 10 ans pour récupérer un bloc et 30 ans pour récupérer un compte rendu. »

Interview réalisée en toute indépendance éditoriale par Acteurs de santé Tv avec le soutien du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF).

En savoir plus : https://www.smpf.info/

Sur le même thème

ASCO 2022 : vers une désescalade thérapeutique

Oncotype DX®, la place croissante des signatures moléculaires

Améliorer la vie des femmes pendant et après un cancer du sein.

Le Centre Antoine Lacassagne développe de nombreuses actions pour accompagner les patient.e.s atteint.e.s de cancers.

Cancer du sein localisé & tests génomiques ASCO 2022

Oncotype DX : réduire les indications de chimiothérapie

Signatures moléculaires Oncotype DX - Nouvelles recommandations 2022 de l’ASCO

Chimiothérapie : homogénéiser les pratiques grâce aux tests génomiques

Cancer du sein, 2/3 d’indications de chimiothérapie en moins chez les patientes testées

Les recommandations publiées par l’ASCO permettront de bien établir les indications, la place et les critères de prescription ...

Cancer du sein, un test génomique pour conforter la décision thérapeutique

On observe une réduction de 70% des prescriptions de chimiothérapie chez les patientes ayant réalisé le test génomique Oncotype ...

Cancer du sein, diagnostic & traitements, quel est le rôle de l'anapath ?

Identifier le type de cancer, son degré de sévérité et de gravité, et indiquer au clinicien si ce cancer va être sensible ...

Qu’est-ce qu’une RCP ? Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

Décider des grandes lignes de prise en charge, de traitement, de surveillance ou, s’il faut pousser un peu plus loin les ...