Comment traiter l’ulcère de jambe ?

Florent SALA, chirurgien vasculaire - Carcassonne

Il faut distinguer les ulcères qui coulent de ceux qui ne coulent pas pour pouvoir choisir le bon pansement.

« Le traitement de l’ulcère de jambe varie en fonction des données. »

Il n’existe aucun moyen scientifique disponible pour quantifier les exsudats
« Il faut distinguer les ulcères qui coulent de ceux qui ne coulent pas. En fonction de ce critère clinique qui peut être mis en évidence par la saturation du pansement primaire ou secondaire, difficilement quantifiable, il n’y a aucun moyen scientifique actuellement disponible pour quantifier les exsudats. Ce critère me permet de savoir si je vais choisir un pansement qui doit absorber les exsudats ou si je suis en présence d’une plaie sèche pour laquelle il va falloir que j’apporte localement une cicatrisation en milieu humide. Au-delà de facteurs de retard de cicatrisation dus à la plaie, certains sont dus aux comorbidités que présente le patient. Ces deux éléments doivent être équilibrés pour pouvoir obtenir la cicatrisation qui dans le cadre de l’ulcère veineux chronicisé avec une peau périlésionnelle très atteinte prend souvent beaucoup de temps. On estime un retard de cicatrisation lorsqu’après 33 semaines en moyenne, on n’observe pas de cicatrisation. » 

Le choix du pansement est primordial
« Le choix du pansement fait la différence. Il dépend de la présence ou non d’exsudats. En termes de fréquence de soins, il ne faut pas oublier de traiter aussi les comorbidités du patient ou la peau péri-ulcéreuse, c’est très important pour obtenir la cicatrisation. »

Source : Interview réalisée en toute indépendance éditoriale par Acteurs de santé Tv pour la Web Tv Plaies et Cicatrisations, avec le soutien institutionnel de ConvaTec, à l’occasion des Journées Cicatrisations 2020, organisées du 26 au 28 janvier, à Paris, par la Société Française et Francophone Plaies et Cicatrisations.

En savoir plus : https://www.cicatrisations2020.org/  &  https://www.convatec.fr/

Sur le même thème

100 000 prothèses de genou posées chaque année en France

L’âge moyen de la pose d’une prothèse est de 71 ans, elle concerne davantage de femmes (63%) que d’hommes (37%).

Prothèse du genou, tout savoir sur la chirurgie et la rééducation

Plaies & cicatrisation - L’objectif de l’opération est de faire disparaître les douleurs et l’altération de la qualité de ...

Prothèse du genou, des pansements pour favoriser la cicatrisation

S’intéresser au pansement est l’une de mes spécificités. J’aime suivre mes gestes chirurgicaux et la cicatrice en fait partie.

Mieux connaître la maladie de Verneuil pour la diagnostiquer plus tôt

La maladie de Verneuil, douloureuse et invalidante, touche 1% de la population. Son diagnostic est souvent posé trop tardivement.

Maladie de Verneuil & chirurgie : des soins infirmiers essentiels pour une bonne cicatrisation

L'expertise infirmière est nécessaire pour que la cicatrisation se déroule dans de bonnes conditions, sans retard ni surinfection.

Plaies & cicatrisation - Tout savoir sur la maladie de Verneuil

Les patients souffrent sans savoir pourquoi, ils doivent oser en parler et ne pas hésiter à se tourner vers les associations ...

Cica’ssistance, une application pour faciliter la prise en charge des plaies

Sept infirmièr(e)s-conseil libéraux, tous diplômés en plaies et cicatrisation (DU) répondent gratuitement aux questions ...

Plaies & réalité augmentée, une formation ludique pour les soignants au bénéfice des patients

Des applis ludiques pour une meilleure utilisation du matériel et des pansements et une meilleure efficacité pour les patients ...