La première chaîne Tv digitale des acteurs de santé #tvsante

Retard de cicatrisation, quand suspecter un Biofilm ?

Dr Priscille CARVALHO, Dermatologue, CHU de Rouen, membre de la Société Française et Francophone de Plaies et Cicatrisation (SFFPC)

« Lutter contre le Biofilm est si important au sein des plaies chroniques qu’un groupe d’experts a élaboré des recommandations. »

Le Biofilm est une communauté bactérienne bien particulière pouvant être à l’origine d’un retard de cicatrisation. Pourquoi certaines plaies cicatrisent-elles très mal ? Que doit-on faire quand on observe un retard de cicatrisation ? Peut-on traiter et éradiquer le Biofilm ?

Une grande partie des plaies chroniques a du mal à cicatriser
« Nous allons nous attacher à identifier les facteurs qui retardent la cicatrisation du patient. Ceux-ci peuvent être d’ordre général comme une dénutrition, des maladies associées à cette plaie, un diabète, certains cancers ou encore certains traitements. Les soignants doivent s’attacher à repérer ces comorbidités qui vont retarder la cicatrisation. Il existe aussi des facteurs locaux qui vont s’installer et empêcher la cicatrisation de la plaie, c’est pourquoi nous allons nous attarder sur son aspect : un tissu nécrotique qui n'aura pas pu être retiré, de la fibrine, une infection … En résumé, nous nous attachons à toutes les comorbidités du patient, à ses traitements habituels et analysons plus particulièrement les facteurs locaux qui empêchent la cicatrisation sur la plaie, sur ses berges et parfois en périphérie. »

Le tabac et l’âge, responsables de retard de cicatrisation
« Le tabac est l’un de nos combats quotidiens. Les plaies chroniques concernent de nombreux patients âgés. L’âge en soi peut être à l’origine d’un retard de cicatrisation, mais chez les personnes âgées, il est bien souvent associé à des comorbidités. Les règles hygiéno-diététiques et le manque d’activité physique, notamment si les personnes marchent trop peu, peuvent là encore laisser s’installer un retard de cicatrisation. »

Selon de récentes études, le Biofilm serait présent dans 80 % des plaies qui ont du mal à cicatriser
« La notion de Biofilm est assez récente, on la connait mieux depuis qu’on sait identifier les milieux d’une plaie chronique et analyser les cellules présentes. Cette analyse a permis d’identifier cette communauté de bactéries reliées les unes aux autres et qui communiquent entre elles pour fabriquer un mur, une matrice extra-cellulaire, qui va empêcher tous les antibiotiques et les antiseptiques de pénétrer cette plaie et freiner la cicatrisation. On parle aussi de « slime », cette pellicule parfois invisible à l’œil nu qui se dépose pour empêcher la cicatrisation. »

Des règles d’hygiène essentielles pour prévenir et traiter le Biofilm
« Le Biofilm est fréquemment présent sans qu’on puisse l’identifier. Finalement, tous les soins au quotidien vont essayer de prévenir l’installation de ces bactéries invisibles en réalisant un lavage et un nettoyage des plaies et des soins d’hygiène réguliers pour décrocher toutes les bactéries reliées entre elles. On utilise des produits de lavage, parfois quelques antiseptiques et des pansements plus appropriés pour empêcher le Biofilm de se redéposer. L’action mécanique est très importante, c’est à dire l’utilisation d’une curette, d’un scalpel ou d’une pince selon ses habitudes pour essayer de déloger ces particules, ce petit film sur la plaie. » 

Des recommandations pour guider les soignants
« Lutter contre le Biofilm est tellement important au sein des plaies chroniques qu’un groupe d’experts en cicatrisation s’est réuni pour élaborer des recommandations permettant de guider les soignants, surtout dans ces soins très techniques : lavage de la plaie, produit à employer, type de nettoyage, pansement à utiliser ensuite pour empêcher que ce Biofilm se redépose sur la plaie chronique … On a souvent peur de nettoyer une plaie chronique, mais pour supprimer le Biofilm, on insiste dans ces recommandations sur un nettoyage plus actif et un un peu plus rigoureux. Ce consensus a été adapté par plusieurs experts français en lien avec la Société Française et Francophone de Plaies et Cicatrisation (SFFPC) afin d’éradiquer le Biofilm. »

Une coordination essentielle entre la ville et l’hôpital
« En cas de retard de cicatrisation, lorsqu’on suspecte un Biofilm, on peut suivre ces recommandations en ville pour bien nettoyer la plaie et retirer mécaniquement ce Biofilm. Si les plaies sont complexes, difficiles à prendre en charge parce qu’elles sont douloureuses, une équipe hospitalière experte en cicatrisation pourra prendre en charge le patient de manière ponctuelle pour essayer d’éradiquer le Biofilm avec des gestes plus maitrisés et des outils pour gérer la douleur, difficile à prendre en charge au quotidien à la maison. Une équipe soignante pourra aussi passer ponctuellement (HAD). Bien évidemment, la prise en charge peut se faire conjointement avec des échanges entre la ville et l’hôpital, et toujours en lien avec le médecin traitant qui doit être averti de l’évolution de la plaie, qu’elle se dégrade ou s’améliore. »

En savoir plus : Les plaies chroniques difficiles à cicatriser altèrent la qualité de vie des patients et constituent un réel problème de santé publique. Parmi les facteurs qui retardent la cicatrisation, le Biofilm est présent dans près de 80% d’entre elles. Communauté microbienne particulière, le Biofilm est aussi un ennemi invisible qui résiste aux antiseptiques et aux antibiotiques exposant la plaie à des épisodes infectieux récurrents. Son traitement repose sur les soins locaux. Pour lutter contre le Biofilm, à titre préventif ou curatif, un grand nombre d’experts soutient l’importance de l’hygiène des plaies, protocole simple reposant sur quatre étapes de soins.
Convatec, l’un des leaders mondiaux de la cicatrisation, est fortement engagé dans la lutte anti-biofilm et dans l’éducation médicale. Améliorer les connaissances, former les soignants et encourager les bonnes pratiques de l’hygiène des plaies est en effet essentiel pour optimiser la trajectoire de la cicatrisation des plaies difficiles à cicatriser.

Interview réalisée dans le cadre de la web Tv Plaies et Cicatrisation Acteurs de santé avec le soutien institutionnel de Convatec, https://www.acteursdesante.fr/webtv/plaies-et-cicatrisations-convatec/1/

 Publié le 2022-12-12 00:00:00  - Révisé le 2022-12-13 10:49:56    Réalisation Gaël de Vaumas - Source Press Tv News - Publication Acteurs de santé avec le soutien institutionnel de Convatec
© Acteurs de Santé Tv - Impression du lundi 20 mars 2023 à 19:17
Acteurs de santé Tv, la première chaîne Tv digitale des acteurs de santé accessible à tous.

Parce que seule une information santé qualifiée peut être partagée !
Notre mission : produire, diffuser et propulser une information santé en quelques heures sur Internet et les réseaux sociaux avec l’assurance d’être vu par les acteurs qui comptent dans la santé et par le grand public.

#tvsante