Courrier International, La Tribune, la passion de l’information

Jacques ROSSELIN, directeur de l’école française du nouveau journalisme (EFJ)

J’avais cette vision très romantique de la presse et de l’information. Quoi de mieux pour satisfaire ce rêve que de me noyer dans la presse internationale à travers ses meilleurs journaux. J'ai créé Courrier International.

Nous recevons aujourd’hui Jacques Rosselin, directeur de l’école du nouveau journalisme (EFJ. Courrier International, Canal Web, La Tribune ou Vendredi, vous êtes un professionnel de l’information mais aussi un entrepreneur. Peut-on aborder cette facette de votre personnalité ? 

« Courrier international est né de mon amour pour la presse et non du journalisme. »  

J’ai toujours rêvé de diriger un journal
« J’avais cette vision très romantique de la presse et de l’information. Quoi de mieux pour satisfaire ce rêve que de me noyer dans la presse internationale à travers ses meilleurs journaux.
Après avoir travaillé dans l’information numérique, j’ai été rattrapé par cet amour de la presse à la fin des années 80. J’ai d’abord voulu créer un mensuel sur l’Europe, Trans-Europe-Express. Ce projet n’a pas vu le jour mais la petite équipe avec laquelle j’avais commencé à réfléchir à un média qui traite de l’actualité internationale, nous avons créé Courrier International. »

Courrier International : des nouvelles technologies à l’info générale mondiale
« Mon idée de départ n’est pas de faire un hebdo d’actualités générales mais de faire un hebdo consacré aux nouvelles technologies. Dans les années 80, se développent de nombreuses informations sur la microinformatique et la technologie dans Business Week, Financial Week, le Wall Street Journal ou le New York Times.
Le premier micro-ordinateur était apparu en 1978, le premier PC en 1983. Nous sommes dans cette dynamique, mais en France, personne n’en parle ! Nous nous sommes dit que traduire les articles de ces médias américains serait utile pour les Français.
C’est ce que nous avons fait, puis nous avons pensé que nous pourrions faire un hebdo d’informations générales basé sur une sélection d’articles de la presse étrangère, c’est devenu le Courrier International que vous connaissez aujourd’hui. Un projet sans doute beaucoup plus ambitieux que l’idée de départ et qui a finalement marché. »  

La Tribune a été avant-gardiste, à son corps défendant
« Quand je deviens directeur de la rédaction, le journal est en difficulté, il a été repris par Valérie Decamp, qui l’a repris à Alain Weill qui lui-même, l’avait repris à Bernard Arnault.
Le journal avait traversé beaucoup de péripéties et, au bout d’un an de la direction de la rédaction, il a fait faillite.
Plusieurs repreneurs se sont présentés et j’ai travaillé avec l’un d’entre eux à la conception d’une Tribune totalement différente en remettant à plat et en transformant son modèle économique. »

Un hebdo et un site, entrer dans l’ère numérique s’est imposée
« Le quotidien économique en format papier n’a plus de sens aujourd’hui. Il y a peu de chance pour que la version papier d’un journal économique qui s’adresse aux entreprises dure très longtemps. L’idée de passer au numérique s’est imposée, il a fallu inventer quelque chose de totalement nouveau avec d’un côté, un site de l’information numérique et, de l’autre, un hebdo qui va publier des articles de réflexion avec un temps de lecture de week-end, plus long, convenant mieux aux personnes qui travaillent dans les entreprises.

Le site de La Tribune correspond au mode de consommation de l’info économique
« La spécificité de mon projet avec Jean-Christophe Tortora - qui est toujours le patron de La Tribune - est de recentrer le journal sur quelques domaines, pas la peine de tout couvrir !
Nous privilégions l’innovation, le numérique et les territoires. Les Échos ne traitent plus beaucoup de l’actualité régionale, nous allions davantage suivre l’économie dans les régions et créer des éditions, ce qui est beaucoup plus facile à faire en numérique qu’en format papier qui coûte beaucoup d’argent.
Avec un site comme la Tribune ou un réseau social, couvrir l’actualité économique des grandes métropoles très actives en économie est beaucoup plus facile et correspond bien davantage au mode de consommation des gens qui s’intéressent à l’économie. »  

En savoir plus : https://www.observatoiredelinfosante.com/

 

Sur le même thème

Comment gérer son obésité en temps de Covid-19 ?

Journée mondiale de l'obésité - Webinar, le 4 mars, à 17h30, dédié aux personnes souffrant d’obésité ou de Diabète de type ...

Covid 19 et infodémie, l’autre pandémie à endiguer

Mieux comprendre le mécanisme des « fake news » à l’heure de la COVID-19, mais aussi proposer des pistes pour mettre fin ...

Informations de santé publique, un label pour les médias ?

La multitude d’informations provenant de trop nombreux canaux trouble le message et ne permet pas aux sites les plus sérieux ...

Devenir journaliste, les nouvelles pratiques de l’information

Avoir envie, être curieux et maîtriser les nouvelles technologies sont les trois conseils que je donnerai à un jeune qui ...

Développer son esprit critique pour lutter contre la désinformation

5/5 - Tout le monde peut produire et diffuser une information. Maîtriser les techniques journalistiques est crucial.

Fake news - Décoder l’information

Les acteurs de la connaissance qui possèdent un savoir qu'il faut vulgariser sont les absents des réseaux sociaux.

Réussir la traversée de l’Atlantique avec un Crohn

Vogue avec un Crohn Saison 2. Le film de la Transat Jacques Vabre.

Communiqué de presse - Les patients se mettent à nu pour...

Un calendrier décalé et inattendu vendu 20 euros au profit des associations de patients.