Covid 19, le gouvernement a fait le job

Lamine GHARBI, président de la Fédération de l'hospitalisation privée, interviewé par Jacques-Olivier Martin, Rédacteur en chef du Figaro Économie.

Les couacs entre hôpitaux publics et cliniques appartiennent au passé.
BIG BANG SANTÉ - Pour le président de la Fédération de l'hospitalisation privée, les couacs entre hôpitaux publics et cliniques face au Covid-19 appartiennent au passé.

Par Caroline De Malet Publication du Figaro le 23/10/2020 à 18:59, mis à jour le 23/10/2020 à 19:24 Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée. 

En introduisant le «Big Bang Santé» du Figaro le vendredi matin, Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée, s'est voulu plus rassurant pour la deuxième vague que pour la première. Selon lui, «le gouvernement a fait le job» et aujourd'hui, les couacs entre hôpitaux publics et cliniques appartiennent au passé : « nous sommes ensemble, on a les mêmes médecins et la prise en charge est la même ».

« Pendant la première vague, en Île-de-France, 24% des patients en réanimation ont été pris en charge par le privé. Cela a montré que sans le privé, on ne savait pas faire».

Grâce au confinement, « aujourd'hui, avec 30% de patients Covid, le système tient. Mais si on monte à 60% de patients non Covid, ça va devenir juste pour les prendre en charge », même s'« il y a 25 à 30% de déprogrammation demandées par les agences régionales de santé », ce dernier préférant parler de « modulation d'activité » (dans d'autres métropoles n'étant pas dans le rouge).

Mais toutes les leçons de la première vague n'ont pas encore été tirées, estiment les intervenants du débat sur le thème : « La France et l'Europe sont-elles prêtes à affronter la seconde vague ? », animé par Jacques-Olivier Martin, directeur éditorial du Big Bang Santé.

> Aller vers le site du Figaro > ICI

Sur le même thème

Myélome multiple et chimiothérapie orale

Continuum+, un trait d’union entre les soignants et les patients atteints de myélome multiple qui suivent une chimiothérapie ...

Reconnaitre l’obésité comme une maladie chronique en France !

L’obésité, ce n’est pas du cinéma ! Journées Mondiales de l’Obésité, 3, 4, 5 et 6 mars 2021, organisées par le Collectif ...

Le CNAO en campagne pour les Journées Mondiales de l'Obésité 2021

Faire reconnaître l'obésité comme une maladie chronique à l'occasion des Journées Mondiales de l'Obésité, 3 au 6 mars 2021

Journée Mondiale de l’Obésité - Prévenir et soigner la maladie

Plus que la prévention, la principale urgence est de dépister la personne qui souffre et de calculer son IMC, de façon à ...

Cancer du sein et tests génomiques Une enquête de Patients en réseau

L’association Patients en Réseau publie les résultats d’une enquête réalisée auprès de 625 femmes soignées pour un cancer ...

S’informer sur les tests génomiques avant même de consulter

Cancer du sein, 6.000 femmes pourraient chaque année en France éviter une chimiothérapie inutile, elles devraient s’informer ...

Enquête - Cancer du sein & chimiothérapie - Des tests génomiques trop peu connus des patientes

Patients en Réseau publie les résultats d’une enquête sur les tests génomiques réalisée auprès de 625 femmes soignées d’un ...

Quand on peut éviter une chimiothérapie inutile - Témoignage

Cancer du sein - « La réponse de la signature génomique a été sans appel. Dans mon cas, la chimiothérapie était inutile....