Covid 19, le gouvernement a fait le job

Lamine GHARBI, président de la Fédération de l'hospitalisation privée, interviewé par Jacques-Olivier Martin, Rédacteur en chef du Figaro Économie.

Les couacs entre hôpitaux publics et cliniques appartiennent au passé.
BIG BANG SANTÉ - Pour le président de la Fédération de l'hospitalisation privée, les couacs entre hôpitaux publics et cliniques face au Covid-19 appartiennent au passé.

Par Caroline De Malet Publication du Figaro le 23/10/2020 à 18:59, mis à jour le 23/10/2020 à 19:24 Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée. 

En introduisant le «Big Bang Santé» du Figaro le vendredi matin, Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée, s'est voulu plus rassurant pour la deuxième vague que pour la première. Selon lui, «le gouvernement a fait le job» et aujourd'hui, les couacs entre hôpitaux publics et cliniques appartiennent au passé : « nous sommes ensemble, on a les mêmes médecins et la prise en charge est la même ».

« Pendant la première vague, en Île-de-France, 24% des patients en réanimation ont été pris en charge par le privé. Cela a montré que sans le privé, on ne savait pas faire».

Grâce au confinement, « aujourd'hui, avec 30% de patients Covid, le système tient. Mais si on monte à 60% de patients non Covid, ça va devenir juste pour les prendre en charge », même s'« il y a 25 à 30% de déprogrammation demandées par les agences régionales de santé », ce dernier préférant parler de « modulation d'activité » (dans d'autres métropoles n'étant pas dans le rouge).

Mais toutes les leçons de la première vague n'ont pas encore été tirées, estiment les intervenants du débat sur le thème : « La France et l'Europe sont-elles prêtes à affronter la seconde vague ? », animé par Jacques-Olivier Martin, directeur éditorial du Big Bang Santé.

> Aller vers le site du Figaro > ICI

Sur le même thème

Plaies : 4 étapes pour lutter contre le Biofilm et éviter le retard de cicatrisation

Comment lutter contre le Biofilm, l’un des facteurs qui retarde, voire qui empêche, la cicatrisation des plaies chroniques.

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie ...