Crise de l’hôpital public - Des conséquences sur la santé des patients

Pierre-André JUVEN, sociologue, chargé de recherche au CNRS

2/6 - A vouloir soigner trop vite, sans respecter les indicateurs de qualité, on produit une médecine de moindre qualité qui altère la santé des personnes qui fréquentent l’hôpital public. »

Quelles conséquences la crise actuelle de l’hôpital public peut-elle avoir sur la santé des patients ?

Entretien avec Pierre-André Juven, sociologue, chargé de recherche au CNRS, co-auteur du livre "La casse du siècle. A propos des réformes de l'hôpital public", mené par Stéphanie Chevrel, Acteurs de santé.

« De nombreux travaux sociologiques ont démontré que la crise actuelle de l’hôpital public avait des conséquences sur la santé des patients. »

A vouloir soigner trop vite, on produit une médecine de moindre qualité 
« Il a été montré que la rationalisation du temps d’attente aux urgences contraint les soignants à raccourcir le temps d’attente mais aussi le temps passé avec les patients, conduisant à leur retour à la maison prématuré et à un retour aux urgences plus fréquent. Autrement dit, à vouloir soigner trop vite, sans respecter les indicateurs dits de qualité, on produit une médecine de moindre qualité qui altère la santé des personnes qui fréquentent l’hôpital public. »

La charge importante des soignants met à mal la relation médecin - patient
« La relation médecin - patient est au cœur des revendications des urgentistes, des infirmières et des aides-soignantes qui se mobilisent aujourd’hui pour les urgences. Cette relation est mise à mal à cause d’un manque de temps, de moyens et de personnel. Les enquêtes du ministère du travail et des ARS le montrent très bien. Les professionnels de santé au sein de l’hôpital public sont parmi les professionnels, tous secteurs confondus, qui doivent le plus se dépêcher, passant d’une tâche à une autre de façon très contrainte. Ils vivent cela extrêmement mal. »

Comment échapper à la casse de l’hôpital public ? 
« Une solution pour échapper à la casse de l’hôpital public et envisagée par le gouvernement actuel, est de considérer que l’hôpital concentre trop de missions et qu’il faut le décharger de certaines d’entre elles, notamment en structurant une médecine de ville qui puisse prendre en charge de façon plus rapide et plus proche un ensemble de patient(e)s. »

??? Cela dit ce n’est pas exclusif d’un investissement immédiat et important dans l’hôpital public, ce qu’on essai de nous dire depuis plusieurs semaines et plusieurs mois c’est que le plan Ma Santé 2022 et ce bouleversement de système de santé ne nécessite pas et rend de faite accessoire un investissement financier, humain dans l’hôpital public aujourd’hui. 

En attendant la mise en place du plan Ma santé 2022, quid de la situation actuelle ?
« Les acteurs mobilisés aujourd’hui et que nous interrogeons s’accordent à dire que cette refondation du système de santé et cette remise en ordre de l’hôpital public est très bien, mais quid de la situation actuelle et quid de l’urgence, le mot n’a jamais aussi bien porté son nom. 
Que fait on ce soir dans le service d’urgence, que fait on demain, que fait on dans les mois qui viennent et dans les années qui vont séparer cette réforme de ses potentiels effets qui ne se verront que dans quelques années, ce qui reste à vérifier et à voir. » 

En savoir plus : "La casse du siècle. A propos des réformes de l'hôpital public", auteurs : Pierre-André Juven, Frédéric Pierru & Fanny Vincent - https://livre.fnac.com/a12979176/JUVEN-La-casse-du-siecle-A-propos-des-reformes-de-l-hopital-public

Sur le même thème

Maladie de Verneuil, briser les tabous

Il faut parfois huit à huit ans et demi pour obtenir le diagnostic de la maladie de Verneuil ! C’est très lourd psychologiquement ...

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...

L’ambulatoire et les téléconsultations boostées par le Covid-19

Chirurgie de la cheville : quasiment 100% des patients sont opérés en ambulatoire. Cette avancée a été poussée par la pandémie.

Suivre une chimiothérapie orale à domicile en toute sécurité 

Cancer du sein, cancer du foie, le programme d’accompagnement AKO@dom

Chimiothérapie orale, un lien entre pharmaciens hospitaliers et pharmaciens d’officine

L’accompagnement avec l’application AKO@dom nous permet de communiquer de façon sécurisée avec l’ensemble des professionnels ...

Continuum plus, des professionnels de santé tous en lien au bénéfice des patients 

AKO@dom - A l’hôpital, l’oncologue, le pharmacien et l’infirmière de coordination, tout comme les soignants de ville, ont ...

Continuum Plus, une meilleure coordination entre les soignants au plus près du patient

Les patients sous chimiothérapie orale peuvent rentrer dans un accompagnement à domicile avec leur infirmière libérale par ...

Qu’est-ce qu’un anapath ?

L’anatomopathologiste, profession méconnue du grand public, occupe une place centrale dans le système de soins.