Dans les coulisses de l'Institut Pasteur

Christophe D’ENFERT, directeur scientifique, Institut Pasteur

Reportage de Thomas Lestavel et Lucie Benhamou, Big Bang Santé du Figaro

l'Institut Pasteur travaille sur trois vaccins au coronavirus.
De l'américain Pfizer au britannique AstraZeneca en passant par le français Sanofi, les grands groupes semblent occuper les premières places dans la course au vaccin contre le Covid-19. Sur le territoire français, le projet le plus avancé relève d'une structure relativement modeste de 2.800 collaborateurs : l'Institut Pasteur. La fondation reconnue d'utilité publique travaille sur trois vaccins au coronavirus, dont le plus prometteur est dérivé du vaccin de la rougeole. Il est entré cet été dans les essais cliniques de phase 1, qui impliquent 90 volontaires. Le projet a bénéficié d'un financement de 4,3 millions d'euros de la part de la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi), une fondation internationale.

À l'occasion du Big Bang Santé, les équipes du Figaro se sont rendues sur place. « Notre vaccin est un virus de la rougeole qui est atténué. Nous sommes capables de modifier son patrimoine génétique de façon à lui faire produire une protéine du coronavirus », explique Christophe d'Enfert, le directeur scientifique de l'Institut Pasteur, dans ce reportage vidéo réalisé à l'Institut Pasteur. Une fois la phase 1 terminée, Pasteur passera le relais au laboratoire américain MSD (Merck Sharp and Dohme) qui s'occupera des essais cliniques de phases 2 et 3, puis de la production du vaccin.

Extraits du reportage de Thomas Lestavel et Lucie Benhamou.

> Aller vers le site du Figaro > ICI

Acteurs de santé Tv est partenaire média du Big Bang Santé du Figaro 2020.

Suivre les conférences du Big Bang Santé du Figaro, du 20 au 23 octobre, à partir de 10h30, #BigBangSante @BigBangFigaro https://www.lefigaro.fr/economie/dossier/le-bigbang-sante-du-figaro

Sur le même thème

Une étude coût - bénéfice sur les tests génomiques

Cancer du sein & Oncotype DX® - Un test génomique pour économiser le coût d’une chimiothérapie inutile 

Éviter une chimiothérapie sur deux n’a pas de prix ! 

Cancer du sein et test génomique Oncotype DX® ; une étude coût - bénéfice

Plaies : 4 étapes pour lutter contre le Biofilm et éviter le retard de cicatrisation

Comment lutter contre le Biofilm, l’un des facteurs qui retarde, voire qui empêche, la cicatrisation des plaies chroniques.

Retard de cicatrisation, quand suspecter un Biofilm ?

« Lutter contre le Biofilm est si important au sein des plaies chroniques qu’un groupe d’experts a élaboré des recommandations....

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?