Démocratie en santé, une formation pour les patients et les usagers

Eric SALAT, D.U. Démocratie en santé de la Sorbonne

Il n’est pas nécessaire d’être patient pour intégrer ce diplôme. 70% de nos étudiants sont des patients, 30% des usagers.

Eric Salat est un patient enseignant. A 56 ans, il est responsable du diplôme universitaire de démocratie en santé de l’Université des Patients de La Sorbonne. Il exerce également à l’ESCP ainsi qu’à la faculté de pharmacie de Lille. Il est consultant en santé publique et associé dans une start-up.

Protéger les populations vulnérables dans le système de santé
"Le diplôme universitaire de démocratie en santé est un diplôme qui a été spécifiquement mis en place à la suite de la loi de modernisation de Marisol Touraine. Celle-ci promeut la démocratie sanitaire, c’est-à-dire le fait que les usagers ont des droits et des devoirs, principalement dans la représentation d’autres usagers, avant tout, pour protéger les populations les plus vulnérables : les jeunes de moins de 18 ans, les plus de 65 ans, les personnes de plus de 75 ans ayant une pathologie lourde, les personnes privées de liberté, sous tutelle ou curatelle, les migrants. Cette protection des populations vulnérables dans le système de santé inclut la prise en charge sanitaire, médico-sociale et sociale."

Tous les usagers peuvent accéder à cette formation
"Il n’est pas nécessaire d’être patient pour intégrer ce diplôme. L’an dernier, 70% de nos étudiants étaient des patients et 30% des usagers. Tous souhaitent comprendre quels sont les droits et les obligations des usagers, comment est organisé le système de santé, comment le faire évoluer et surtout, peser sur cette évolution."

Interview réalisée en août 2019 et diffusée en septembre 2020.

En savoir plus :
https://universitedespatients-sorbonne.fr/
http://universitedespatients-sorbonne.fr/wp-content/uploads/2019/07/Fiche_DU-Democratie_PresentationD457_2019-20_190719.pdf

Sur le même thème

Cancer du sein & tests génomiques - 5 000 femmes pourraient éviter une chimiothérapie inutile

Jusqu’à 75% des femmes ayant un cancer hormonosensible dépisté à un stade précoce pourraient avoir recours aux tests génomiques ...

Covid 19, le gouvernement a fait le job

Les couacs entre hôpitaux publics et cliniques appartiennent au passé.

Trouver enfin un traitement pour le cancer du sein triple négatif - RIP Dorothée

RIP Magnifique et courageuse Dorothée qui a créé Les Triplettes Roses après avoir été diagnostiquée d'un cancer du sein ...

Cancer du sein hormono dépendant 2021, quel financement pour les tests génomiques ?

Il est essentiel, comme le disent l’ensemble des spécialistes et les associations de patients, que les tests génomiques ...

Chimiothérapie : 1 femme sur 3 ayant un cancer diagnostiqué à un stade précoce pourrait l'éviter

Jusqu’à 75% des femmes ayant un cancer du sein hormonosensible pourraient avoir recours aux tests génomiques en cas d’hésitation ...

Cancer du sein - Des tests génomiques pour confirmer l’utilité clinique d’une chimiothérapie

Les tests génomiques permettent de confirmer la pertinence d’une chimiothérapie après une opération d’un cancer du sein....

Chirurgie de la cheville - Vers une reprogrammation des opérations

L’épidémie de Covid 19 nous a obligé à changer nos pratiques et à travailler davantage en téléconsultation.

Covid 19 - Une forte baisse des opérations chirurgicales

On a pu observer des différences de traitement entre Paris et Marseille, essentiellement liées aux différences de pallier.