Dépistage, quelle responsabilité pour l’anapath ?

Dr Marie-Pierre WISSLER, médecin pathologiste, SMPF, Lyon

Les médecins pathologistes ou anapaths jouent un rôle important dans la santé publique.

Le Dr Marie-Pierre Wissler, médecin pathologiste à Lyon, membre du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF), décrit le rôle important des médecins pathologistes ou anapaths dans la santé publique.

« Le médecin pathologiste ou « anapath » joue un rôle dans la santé publique. Il a, par exemple, été intégré dans le dépistage, véritable enjeu de santé publique.

En ce qui concerne le col utérin, le frottis est un mode de dépistage qui a toujours été pris en charge par les anapaths. Ce prélèvement est effectué par un gynécologue, un médecin généraliste ou une sage-femme, puis envoyé, dans un petit flacon avec un milieu de préservation, dans un laboratoire d’anatomopathologie pour être analysé. Nous faisons de ce prélèvement une lame de cytologie que nous observons au microscope. 

Depuis juillet 2019, les recommandations de la HAS (Haute Autorité de Santé) ont établi qu’il fallait d’abord effectuer un test de détection du virus HPV par PCR, et si le résultat est positif, nous faisons une lame de cytologie pour contrôler si l’infection par le virus a impacté la cellule. On peut très bien être porteur du virus sans présenter de lésion. Dans d’autres cas, les cellules ont commencé à se transformer et à devenir « atypiques », voire pré-cancéreuses ou cancéreuses. Nous allons typer les cellules plus précisément pour orienter le gynécologue qui va devoir faire des biopsies pour poser un diagnostic final de lésions et ensuite adapter la prise en charge.

Le dépistage du cancer du sein se fait, après 50 ans, par mammographie. Si le radiologue observe des lésions au niveau de la mammographie il va réaliser une micro-biopsie sous I.R.M. ou échographie qui va permettre de poser un diagnostic. La plupart du temps et, bien heureusement, le diagnostic est bénin : le tissu mammaire peut présenter des petites lésions kystiques ou fibreuses ou bien une petite tumeur bénigne. Malheureusement, dans certains cas, un diagnostic de cancer est posé. » 

Interview réalisée en toute indépendance éditoriale par Acteurs de santé Tv avec le soutien du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF).

En savoir plus : https://www.smpf.info/

 

Sur le même thème

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie ...

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...