Espoir et crainte face à l'information scientifique

Axel KAHN, Généticien, écrivain

Le traitement médiatique des problèmes scientifiques et notamment des problèmes de santé s’est amélioré progressivement.

Il y a eu plusieurs phases dans le traitement médiatique des problèmes scientifiques et de santé  : au début du XIXème siècle, la science occupait une place très importante dans les journaux, Pasteur était alors une vedette considérable tout comme Einstein. Puis, de nouvelles vedettes sont apparues - les chanteurs, les footballeurs, les grands sportifs - et les scientifiques sont arrivés loin derrière.

L’information s’améliore à nouveau avec la transmission des connaissances scientifiques. Deux sentiments sont stimulés avec le caractère explosif des progrès : l’espoir parfois démesuré et au contraire, la crainte. Il faut naturellement donner des éléments de réponses à cet espoir ou à cette phobie.

Itw réalisée lors du Big Bang Santé du Figaro 2017 dont l'Observatoire de l'Information Santé est partenaire http://bigbang.lefigaro.fr/sante.

 

 

Sur le même thème

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie ...

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...