Fake news - Combattre la désinformation

Caroline FAILLET, CEO Opinion Act

On a une massification du fake et des outils de propagation massifs, mais pour la première fois, dans l’histoire de la rumeur nous avons les moyens d’en tracer l’origine et donc lutter contre.

Comment distinguer le faux de l’info ? Comment ne pas se faire avoir par les fausses informations ? L’invitée d’Acteurs de santé Tv est Caroline Faillet qui vient de publier un livre sur la désinformation.  

 Nous sommes tous sous de multiples influences
« Déjà 20 ans de révolution numérique derrière nous ! Derrière les révolutions technologiques que sont l’arrivée des moteurs de recherche, des réseaux sociaux, des datas, des enceintes connectées ou encore de la réalité augmentée, doivent être analysées les révolutions d’usage.
À 20, 30, 40 ou 50 ans, nous n’avons pas les mêmes usages de ces technologies, mais pour autant, il ne faut pas penser en substitution. Les réseaux sociaux n’ont pas détrôné Google ! Les usages se cumulent et se multiplient. Et cela devient de plus en plus compliqué pour les entreprises de s’adapter à ces multiples usages.
Nous avons besoin d’énormément de radars pour rester connectés à ce monde-là, pour comprendre les patients, les professionnels de santé qu’ils soient jeunes ou plus âgés. Quels sont leurs usages pour s’informer tout au long de leur processus de décision ? Quelle est la somme d’influence qui va déclencher la signature d’une pétition contre un médicament ? Ou qui va faire qu’ils vont prescrire ce médicament ? Aujourd’hui, nous sommes tous sous de multiples influences selon nos usages. Les entreprises de la santé doivent absolument être connectées à ce nouveau monde qui passe par la data, reflet les usages. » 

Les fake news ont des conséquences sur la santé publique.
« La France est le pays du monde le plus défiant sur la vaccination. Cela fait plus de 10 ans que nous laissons les émetteurs de fake news occuper le terrain de Google et Wikipedia, des réseaux sociaux, des forums santé.
Nous sommes au pays du principe de précaution et adorons les lanceurs d’alerte qui sont très médiatisés. Ils font le buzz du jour, le scoop du jour, même s’il s’agit d’une fausse information. Ce n’est pas grave…, ils font l’actualité qui sera suivie d’un démenti ! La qualité du processus d’information pour que les gens soient bien informés en matière de santé publique est un vrai sujet ! »

La déconnexion des acteurs de la connaissance sur les réseaux sociaux est un problème
 « Le phénomène d’amplification que génèrent les réseaux sociaux est un peu un Pharmakon, à la fois le remède et le poison. Certes, on a une massification du fake et des outils de propagation massifs, mais pour la première fois, dans l’histoire de la rumeur, nous avons les moyens d’en tracer l’origine. Nous pouvons savoir qui a propagé la rumeur et donc lutter contre, parce que nous savons où et comment elle se propage.
Le problème des fake news devient donc un problème d’émetteurs incluant ceux qui vont propager les fausses informations, mais aussi un problème d’absence, d’inaction de ceux qui ont la vérité. La déconnexion des élites, des acteurs de la connaissance, qui ne parlent pas assez sur les réseaux sociaux est un problème. »

Mobiliser les acteurs à l’importance de leur stratégie digitale
« Tous les acteurs de la connaissance, comme les sociétés savantes, les entreprises de santé, les autorités de santé ont un devoir d’information du patient. Aujourd’hui, pour des raisons réglementaires et également de rejet de ces réseaux sociaux, pourtant le lieu où le public s’informe, le terrain est libre pour les émetteurs de fake news.
Que faire ? Adapter la réglementation pour permettre une information santé de qualité et mobiliser l’ensemble des acteurs à l’importance de leur stratégie digitale. D’où mon premier livre « l’Art de la Guerre Digitale » pour donner les clés de compréhension de ce nouveau monde dans lequel il faut de nouvelles armes pour lutter contre la désinformation. » 

Entretien avec Caroline Faillet, co-fondateur du cabinet Boléro, devenu en 2020 Opinion Act, mené par Stéphanie Chevrel, Acteurs de santé Tv, à l’occasion de la publication de l’ouvrage « Décoder l’info – Comment décrypter les fake news » aux éditions Bréal.

En savoir plus : https://www.opinionact.com/ - https://www.observatoiredelinfosante.com/ - https://livre.fnac.com/a12616658/Caroline-Faillet-Decoder-l-info

 

Sur le même thème

Cancer, mieux et moins traiter avec les signatures génomiques

La médecine personnalisée permet de mieux traiter avec des thérapies ciblées grâce aux marqueurs génétiques dans la tumeur ...

Cancer du sein - Faciliter l’accès aux tests génomiques

Nous avons lancé un appel au Ministère de la santé afin que tous les patients aient un accès équitable aux tests génomiques ...

Pourquoi et comment soigner une plaie en milieu humide ?

Escarres, ulcères, plaies du pied diabétique… Grâce aux nouvelles technologies, des pansements permettent de traiter efficacement ...

Des recommandations sur la prévention des escarres 

Il n’est pas question, pour des raisons de coûts, d’appliquer un pansement hydrocellulaire à tous les patients, mais nous ...

Maladie de Verneuil, briser les tabous

Il faut parfois huit à huit ans et demi pour obtenir le diagnostic de la maladie de Verneuil ! C’est très lourd psychologiquement ...

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...

L’ambulatoire et les téléconsultations boostées par le Covid-19

Chirurgie de la cheville : quasiment 100% des patients sont opérés en ambulatoire. Cette avancée a été poussée par la pandémie.

Suivre une chimiothérapie orale à domicile en toute sécurité 

Cancer du sein, cancer du foie, le programme d’accompagnement AKO@dom