Fake news - Mutualiser les fact-checking santé

Caroline FAILLET, CEO d’Opinion Act

La plupart des grands médias ont créé leur propre rubrique ou blog de fact-checking pour s'affranchir des médias de ré-information.

Comment ne pas se faire avoir par les fausses informations ? Stéphanie Chevrel, Acteurs de santé Tv, reçoit Caroline Faillet qui vient de publier un livre sur la désinformation.

L’information scientifique gagnée par le business de l’intox
« Le processus de certification de l’information scientifique est en proie au business de l’intox. Le Monde a répertorié 8 000 à 14 000 revues complaisantes dans le monde qui font payer la publication. On observe également une dérive de sur-publication des revues de recherche due au « publish or perish » pour les chercheurs qui fait que les journalistes sont inondés d’études. De nombreux biais méthodologiques dus au lobbying mais aussi à la représentativité des données qui peuvent amener à de fausses conclusions. C’est comme cela que fleurissent les études « bidons » qui alimentent le business de la fake news en santé. On parle alors de fake’med. Il y un vrai « ménage » à faire au niveau de ce processus propice à la désinformation dans le domaine de la recherche. » 

Mutualiser le fact-checking en santé
« Avec le « deep fake », ces vidéos qui sont complètement falsifiées avec l’intelligence artificielle, des moyens technologiques de plus en plus élaborés vont être mis au point pour détecter de fausses informations. En ce qui concerne les agences de presse comme l’AFP, elles ont un rôle important à jouer pour mutualiser les efforts de fact-checking. Les médias ne peuvent pas tous, chacun de leur côté, vérifier dix fois la même information. L’AFP a déjà un rôle de contrôle à la source de l’information, elle devrait investir dans les années à venir pour jouer ce rôle d’agence de presse au service des médias sur le fact-checking. »

Des réseaux sociaux à Wikipédia en passant par les médias
« On constate que les médias ont joué un rôle d’amplification dans la propagation des fake news. Ils se sourcent sur les réseaux sociaux et vont produire une actualité sur une désinformation : mettre, par exemple, en lumière un lanceur d’alerte même s’il a toute la communauté scientifique contre lui. Wikipedia qui se source dans les médias va alors institutionnaliser cette fausse information qui va devenir une vérité encyclopédique et sera amplifiée sur les réseaux sociaux, donnant naissance à une spirale infernale ! Ce phénomène a amené les journalistes à prendre conscience qu’il était nécessaire qu’ils s’affranchissent de ces médias de ré-information. La plupart des grands médias ont ainsi créé leur propre rubrique ou blog de fact-checking. »

Entretien avec Caroline Faillet, co-fondateur du cabinet Boléro, devenu en 2020 Opinion Act, mené par Stéphanie Chevrel, Acteurs de santé Tv, à l’occasion de la publication de l’ouvrage « Décoder l’info – Comment décrypter les fake news » aux éditions Bréal.

En savoir plus : 

https://www.opinionact.com/ - https://www.observatoiredelinfosante.com/ - https://livre.fnac.com/a12616658/Caroline-Faillet-Decoder-l-info

Sur le même thème

Covid 19 - Hiérarchiser et décrypter l’information

Big Bang Santé du Figaro - Le rôle d’un journal comme le Figaro, est d’essayer de donner de la profondeur, de l’analyse ...

Big Bang Santé du Figaro - Le journalisme au temps du Covid 19

10 journalistes à la rédaction, 400 chez eux ! Nous avons basculé en quelques jours au confinement quasi-complet de la rédaction ...

Fake news, porter un regard critique sur l’information

La seule façon d’arriver à régler le problème des fake news n’est pas de les interdire, mais bien d’éduquer les gens à se ...

Les journalistes doivent trouver la place à accorder à l’émotion

"Le métier de journaliste, si on veut le faire sérieusement, est un des métiers les plus difficiles au monde parce que on ...

Nouveaux médias, Tv et réseaux sociaux

On peut parfois aller chercher sur le Net et les réseaux sociaux, de l’information plus pertinente que celle qu’on voit ...

Journalisme, l’émotion ne doit jamais prendre le pas sur le professionnalisme

48èmes Assises de la presse francophone - Faire attention à la juste mesure de l'émotion dans l’information transmise.

Le rôle du journaliste est d’informer et non d’émouvoir

Etre curieux, maîtriser ses émotions, rechercher la véracité, recouper les infos, ne travailler que dans l’intérêt du public.

Ne pas se laisser déborder par ses émotions, le b.a.-ba du journalisme

48èmes Assises de la presse francophone. - Respecter les faits et traiter l’information avant le commentaire et l’émotion ...