Fake news, porter un regard critique sur l’information

Jacques ROSSELIN, directeur de l’école française du nouveau journalisme (EFJ)

La seule façon d’arriver à régler le problème des fake news n’est pas de les interdire, mais bien d’éduquer les gens à se méfier et à vérifier une information.

Les fake news ou fausses nouvelles ont toujours existé, mais comment aujourd’hui lutter contre la désinformation scientifique ? Stéphanie Chevrel reçoit Jacques Rosselin, ingénieur des médias, directeur de l’école du nouveau journalisme (EFJ).

Le nombre de sources s’est multiplié et leur accès s’est considérablement simplifié
“Les fausses nouvelles dans la science ont toujours existé, y compris au moyen-âge. L’église a été, pendant longtemps, à l’origine de nombreuses fake news dans ce domaine. Il a fallu que des scientifiques expliquent au risque de leur vie que la terre tournait autour du soleil et qu’elle n’était pas plate.
Ce qui fait la différence, c’est que le nombre de sources s’est considérablement multiplié et leur accès s’est simplifié. Il est très facile de consulter 10 000 sources d’information sur la Covid-19 ou tout autre sujet scientifique.
Le problème est qu’il est beaucoup plus facile aujourd’hui de diffuser une fake news qu’il y a 20 ans.” 

S’informer est devenu un véritable casse-tête !
“La solution n’est pas d’empêcher la circulation de ces fake news qui existent depuis toujours, mais d’éduquer les gens à la consommation de l’information. Autrefois, c’était simple, nous nous informions à travers les journaux télévisés, la presse ou la radio le matin. Les gens comprenaient comment s’informer.
Maintenant, s’informer est devenu une technique : si vous êtes abonné à un réseau social comme Facebook, vous vous abonnez à de très nombreux sites, des tonnes d’information vous sont suggérées, mais vous êtes incapable de savoir d’où elles viennent et si la source dont elles sont issues est fiable ou pas.”

Eduquer dès l’école à la consommation de l’information
“La seule façon d’arriver à régler le problème des fake news n’est pas de les interdire, mais bien d’éduquer les gens à se méfier et à vérifier une information. Demander aux gens de se transformer en journaliste peut sembler utopique, on leur demande seulement de se transformer en citoyens et de porter un regard critique sur l’information qu’ils consomment.
La critique de l’information doit être enseignée dans les écoles et dès le lycée. Il faut que les écoles, les instituteurs et professeurs se saisissent de cette critique de l’information pour former les citoyens de demain.
La première chose à faire est vraiment d’apprendre très tôt aux enfants à consulter Internet, leur demander ce qu’ils pensent de telle information et les accompagner avec pédagogie.” 

Internet permet d’avoir accès à toute l’info immédiatement, c’est génial !
“Tous les jours, je suis émerveillé par la quantité d’informations que je peux récupérer sur internet en quelques secondes, c’est génial !
Avec Internet, nous avons entre les mains des Ferraris de l’information ! Il faut maintenant apprendre aux citoyens à les piloter en leur expliquant comment fonctionne l’information, d’ou elle provient, ce qu’est une source...” 

Apprendre aux citoyens les nouvelles technologies
“La deuxième chose est qu’il faut apprendre aux enfants ce qu’est la technologie. Qu’est-ce qu’un ordinateur ? Qu’est-ce que le net ? Comment est-ce organisé ? Quel est le protocole ? Il faut que les enfants comprennent ce qu’est la technologie et là aussi, qu’ils aient un regard critique.
Est-ce bien d’être informé par Google ? Est-ce que c’est une bonne chose que Google sélectionne des sources d’info qui nous intéressent ? Est-ce que le fait que Facebook trace ses abonnés selon leur hobby est une bonne chose ? ...”

Avoir très tôt une vision critique de l’information et de la technologie
“Il faut enseigner très tôt aux enfants à la fois une critique de la technologie et une critique de l’info. Cela fait beaucoup de critiques !
C’est comme en philo, il s’agit de la critique de la pensée. Critiquer les idées, être dans la controverse, essayer de comprendre qui nous sommes et dans quel univers nous vivons.
C’est exactement la même chose, c’est important d’avoir cette vision critique de l’information et de la technologie dès le plus jeune âge. C’est ce qui fera les citoyens de demain.” 

En savoir plus : https://www.observatoiredelinfosante.com/

 

 

Sur le même thème

Big Bang Santé du Figaro - Le journalisme au temps du Covid 19

10 journalistes à la rédaction, 400 chez eux ! Nous avons basculé en quelques jours au confinement quasi-complet de la rédaction ...

Nouveaux médias, Tv et réseaux sociaux

On peut parfois aller chercher sur le Net et les réseaux sociaux, de l’information plus pertinente que celle qu’on voit ...

Les journalistes doivent trouver la place à accorder à l’émotion

"Le métier de journaliste, si on veut le faire sérieusement, est un des métiers les plus difficiles au monde parce que on ...

Journalisme, l’émotion ne doit jamais prendre le pas sur le professionnalisme

48èmes Assises de la presse francophone - Faire attention à la juste mesure de l'émotion dans l’information transmise.

Le rôle du journaliste est d’informer et non d’émouvoir

Etre curieux, maîtriser ses émotions, rechercher la véracité, recouper les infos, ne travailler que dans l’intérêt du public.

Ne pas se laisser déborder par ses émotions, le b.a.-ba du journalisme

48èmes Assises de la presse francophone. - Respecter les faits et traiter l’information avant le commentaire et l’émotion ...

Journalisme - Tenir compte des réseaux sociaux

Avec les réseaux sociaux et certains médias en ligne, le métier perd du sérieux, de la garantie et de la respectabilité.

Trouver la bonne mesure pour associer l'émotion au travail de journaliste

Dans les formations, on parle rarement d’émotion, on le devrait car nous sommes tous les jours confrontés à l’humain.