Journalisme d’émotion, journalisme d’information ? 48èmes Assises de la presse francophone

Stéphanie Chevrel, Présidente de l’Observatoire de l’Information Santé

Les journalistes doivent s’attacher à traiter chaque sujet avec rigueur, déontologie et éthique pour faire de l’émotion un outil de progrès et non d’aliénation.

Quelle place occupe l’émotion dans le traitement de l’information ? Telle est la question posée aux 48èmes Assises de la Presse francophone qui se tenaient à Yaoundé au Cameroun, du 18 au 22 novembre 2019. 

« Au cours de ces 10 dernières années, nous observons une importante augmentation du traitement des faits divers dans les médias, plus de 70%. Chargés d’émotion, ces faits divers sont très largement relayés sur les réseaux sociaux."

L’émotion pour capter l’attention et accroître son audience 
"C’est vrai qu’à l’ère du numérique, tout a changé : la production et la diffusion de l’information, mais également sa consommation. C’est aujourd’hui le citoyen qui choisit ses contenus et pour les médias, c'est la course au clic et à l’audience. Il faut absolument attirer l’attention. Les médias sont véritablement entrés dans l’ère de la captation de l’attention. »

L’émotion empêche d’analyser les faits
"Comment la société et les journalistes peuvent-ils réagir à cette émotion qui envahit l’espace social et empêche aujourd’hui toute réflexion et analyse, ce que les politiques ont bien compris en utilisant ces stratégies émotionnelles au détriment des faits.

Les journalistes ne sont pas des robots !
"L’émotion est humaine mais elle fait aussi partie du contenu et des techniques journalistiques. Les journalistes ne doivent pas se laisser submerger par l’émotion. Ils doivent s’attacher à traiter chaque sujet avec rigueur, déontologie et éthique pour faire de l’émotion un outil de progrès et non d’aliénation. Le journaliste est détenteur de responsabilités sociales, il est là pour expliquer le monde et protéger nos démocraties."

Les 49èmes Assises de la Presse francophone se tiendront à Tunis, en décembre 2020, en marge du Sommet de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Le thème retenu est le leadership féminin dans les médias.

En savoir plus : https://www.presse-francophone.org/?utm_medium=Email&utm_campaign=Infolettre-2019-09-3&utm_source=Sparkpost/

Sur le même thème

Fake news - Mutualiser les fact-checking santé

La plupart des grands médias ont créé leur propre rubrique ou blog de fact-checking pour s'affranchir des médias de ré-information.

Big Bang Santé du Figaro - Le journalisme au temps du Covid 19

10 journalistes à la rédaction, 400 chez eux ! Nous avons basculé en quelques jours au confinement quasi-complet de la rédaction ...

Covid 19 - Hiérarchiser et décrypter l’information

Big Bang Santé du Figaro - Le rôle d’un journal comme le Figaro, est d’essayer de donner de la profondeur, de l’analyse ...

Fake news, porter un regard critique sur l’information

La seule façon d’arriver à régler le problème des fake news n’est pas de les interdire, mais bien d’éduquer les gens à se ...

Les journalistes doivent trouver la place à accorder à l’émotion

"Le métier de journaliste, si on veut le faire sérieusement, est un des métiers les plus difficiles au monde parce que on ...

Nouveaux médias, Tv et réseaux sociaux

On peut parfois aller chercher sur le Net et les réseaux sociaux, de l’information plus pertinente que celle qu’on voit ...

Journalisme, l’émotion ne doit jamais prendre le pas sur le professionnalisme

48èmes Assises de la presse francophone - Faire attention à la juste mesure de l'émotion dans l’information transmise.

Le rôle du journaliste est d’informer et non d’émouvoir

Etre curieux, maîtriser ses émotions, rechercher la véracité, recouper les infos, ne travailler que dans l’intérêt du public.