Journée Mondiale de l’Obésité - Prévenir et soigner la maladie

Dr Guillaume POURCHER, Chirurgien de l’obésité, Responsable du Centre de l’obésité, Institut Mutualiste Montsouris, Paris

Plus que la prévention, la principale urgence est de dépister la personne qui souffre et de calculer son IMC, de façon à savoir si elle est en danger ou pas. Un IMC supérieur à 35, ce n’est pas normal, il faut consulter.

Passé un certain stade, ce n’est pas parce qu’on mange mal qu’on est gros
« Prévenir l’obésité, maladie multifactorielle due à des causes très variables, est très complexe. Organiser des campagnes de prévention pour sensibiliser sur le fait qu’il faut bien manger et faire de l’activité physique est primordial. La gouvernance actuelle a mis en place un certain nombre de plans dans les écoles pour éduquer les plus jeunes. 
Passé un certain stade, ce n’est pas parce qu’on mange mal qu’on est gros, qu’on est malade, mais parce qu’on a une tendance à l’obésité. L’alimentation est un facteur aggravant tout comme le fait de ne pas faire de sport. Un troisième facteur aggravant est la discrimination, le regard des autres. »
 

L’obésité reste aujourd’hui un véritable tabou de société
« La journée mondiale de l’obésité - qui se déroule cette année le 4 mars - permet de parler de cette maladie chronique. L’obésité reste aujourd’hui un véritable tabou avec une grossophobie, une haine de la personne grosse, très présent dans nos sociétés, de façon parfois inconsciente. Sensibiliser le grand public par le biais des collectifs de patients est très important. Des événements sont organisés dans les hôpitaux, dans toute la France, comme à Paris, à l’Institut Mutualiste Montsouris. » 

L’urgence est de dépister la personne qui souffre
« Plus que la prévention, la principale urgence est aujourd’hui pour moi le dépistage. Dépister la personne qui souffre, calculer son IMC (Indice de Masse Corporelle) en quelques secondes de façon à savoir si la personne est en danger ou pas. Un IMC supérieur à 35, ce n’est pas normal, il faut consulter. » 

« Prévenir et soigner la maladie obésité » - Interview réalisée par Acteurs de santé Tv, en toute indépendance éditoriale, avec le soutien de Medtronic, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Obésité 2020 organisée par le CNAO (Collectif National des Associations d’Obèses).

En savoir plus : L'institut Mutualiste Montsouris https://imm.fr

 

 

Sur le même thème

Continuum Plus, une meilleure coordination entre les soignants au plus près du patient

Les patients sous chimiothérapie orale peuvent rentrer dans un accompagnement à domicile avec leur infirmière libérale par ...

Qu’est-ce qu’un anapath ?

L’anatomopathologiste, profession méconnue du grand public, occupe une place centrale dans le système de soins.

Quelle place pour l’anapath dans l’équipe de soins ?

Le médecin pathologiste intervient à toutes les étapes du parcours de soins.

Quelle différence entre un anapath et un biologiste ?

Anapath et biologiste, deux professions que l’on confond très souvent. On peut dire que le biologiste s’intéresse aux liquides ...

Parcours de soins, quelle mission pour l’anapath

Le pathologiste est totalement intégré dans le parcours de soins, du dépistage jusqu’au choix des traitements de chimiothérapie ...

Quelles missions pour l’anapath ?

Dépistage, diagnostic, ciblage de la tumeur, aide à la mise en place de traitements personnalisés..., nous intervenons à ...

Dépistage, quelle responsabilité pour l’anapath ?

Les médecins pathologistes ou anapaths jouent un rôle important dans la santé publique.

Quels contacts l’anapath a-t-il avec les cliniciens ?

La place de l’anapath dans le parcours de soins est un peu partout et nulle part à la fois ! Si notre rôle est vraiment ...