L’Afrique en passe de gagner la révolution numérique

Franck MANSOUR ADEOTI, Directeur du bureau régional Afrique, RIPAQS

L'Afrique est un continent au carrefour de sa destinée qui fait face à des problématiques multiples qu’elle est en mesure de gérer pour peu qu’elle soit mieux organisée et prenne son destin en main.

Trois défis pour le système de santé
"Le défi majeur en Afrique est lié à la gouvernance. Que faire en termes de réglementation, de vision pour permettre au système de santé d'être efficace et efficient ? Le second défi est stratégique. Le continent africain attire de nombreux investisseurs qui veulent l’aider et reçoit de nombreuses aides depuis les années 60, mais quand on prend du recul, l'impact n'est pas aussi important que prévu. Comment mieux utiliser ces aides et faire en sorte que les partenaires accompagnent ce continent plutôt que d’imposer leur manière de voir le développement de l'Afrique ? Le troisième défi dans le domaine de la santé est technologique et social, les gouvernements ont beaucoup investi dans les infrastructures mais cela ne suffit pas."

Former le personnel de santé
"Il faut aussi renforcer l’offre de soins, améliorer les processus et les parcours, former le personnel de santé. Il y a 20 ans, on ne parlait pas de qualité des soins, de gestion du risque ou de la sécurité des patients, on pensait seulement à investir. Comment prendre en charge les patients pour réduire le taux d'évacuation sanitaire et faire en sorte que nos systèmes de santé soient crédibles ? Les startups africaines aujourd'hui n'ont rien à envier aux puissances américaine ou européenne."

Nous gagnerons la révolution numérique
"Nous avons raté la révolution industrielle mais nous sommes certains que nous gagnerons la révolution numérique parce que très tôt, nous nous sommes engagés avec la jeunesse dans tout ce qui est numérique. Le développement de nouvelles applications adaptées à notre réalité, l’accès aux outils mobiles et autres moyens de communication - avec pratiquement 100% de couverture - permettent de communiquer facilement auprès des populations les plus reculées, de transmettre des messages de santé publique et d’augmenter les connaissances et les savoirs de toute la population."

Le Docteur Franck Mansour ADEOTI est Directeur du bureau régional Afrique, Réseau international pour la planification et l’amélioration de la qualité et la sécurité en Afrique.

Interview réalisée lors des Rencontres Africa 2018

Contact Presse
Vanessa Ralli
vralli@africa-observer.com

 

Sur le même thème

Nouvelles technologies - Traitement et analyse des datas en santé

Big Bang Santé du Figaro, Big Bang des Données. Les premières applications sont dans le domaine de la recherche.

Anticancéreux oraux - Accompagner les patients à domicile

Le rôle des infirmières libérales dans le suivi des patients sous anticancéreux à domicile est de les informer sur leur ...

Traitement des plaies, la télémédecine a sa place en EHPAD

On manque de centres de cicatrisation et d’équipes mobiles plaies et cicatrisation qui pourraient aider les soignants à ...

Intelligence artificielle, seul le cerveau résiste à la substitution

Avec l’intelligence artificielle (IA), deux volets s’additionnent : la substitution ou l'augmentation.

Collecter, exploiter et protéger les données pour mieux soigner

Big Bang Santé du Figaro, Big Bang des données. Leur collecte et leur protection est un enjeu absolument clé.

Numérique et santé au rendez-vous du Big Bang Santé du Figaro

Big Bang de la formation. Comment se former aux nouvelles technologies qui transforment le monde de la santé et du soin....

Cicatrisation, les avancées de la Télémédecine

Les principaux bénéfices de la télémédecine sont le confort du patient en termes de cicatrisation avec un taux de guérison ...

Plaies et cicatrisation, Startups et e-santé

S'il n’y a pas de réelle problématique pour obtenir des fonds d’amorçage et démarrer sa start-up, il est plus compliqué ...