L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Dr Rodolphe LHAF, chirurgien orthopédiste et traumatologue, CHAM, Montreuil-Sur-Mer

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

"Enfants comme adultes, certains patients atteints de pathologies très graves ou au contraire, parfois très simples, peuvent développer un syndrome appelé algoneurodystrophie ou “syndrome douloureux régional complexe” (SDRC). Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations des bras - épaule, coude, main - ou des jambes - genou, cheville - bien souvent quelques jours ou quelques semaines après un traumatisme type fracture, entorse, luxation ou une intervention chirurgicale. Parfois, elle peut même s’installer à plusieurs endroits, comme par exemple, de l’épaule à la main (syndrome épaule-main)."

Phase chaude et phase froide
"Douleurs, difficultés de récupération, surtout au niveau des amplitudes articulaires, œdème, déminéralisation osseuse, l’algoneurodystrophie évolue en deux phases : la première est la “phase chaude”. Le membre est gonflé, douloureux et raide, avec des variations de température, un changement de l’aspect des ongles, des poils et de la peau qui devient rouge ou violacée et luisante ;  la seconde phase, la “phase froide”, est marquée par la raideur."

Rééduquer sans déclencher de douleur
"La rééducation doit être douce et progressive, sans déclencher de douleur. Dans la phase chaude, la balnéothérapie est recommandée, elle permet à la personne de doser ses mouvements sans se faire mal. Il faut attendre la phase froide pour mobiliser l’articulation et démarrer un renforcement musculaire. Les massages sont vraiment importants tout au long du processus. L’algoneurodystrophie se règle spontanément de façon variable dans le temps, de 3 à 24 mois, selon les individus, même si des raideurs articulaires peuvent subsister, ce qui retarde la reprise du travail dans de bonnes conditions."

Savoir diagnostiquer l’algoneurodystrophie
"Si on sait diagnostiquer l’algoneurodystrophie - scintigraphie, radiographie, IRM, osteodensitométrie -, nous ne connaissons toujours pas bien son origine et son mécanisme. C’est pourquoi, nous recommandons de ne pas enlever le matériel de synthèse - broches, plaques… - tant qu’elle n’a pas complètement disparu."

Il n’existe pas de traitement spécifique
"Au niveau de la prise en charge thérapeutique, on peut faire appel aux centres antidouleurs. Des antalgiques, des myo-relaxants et antidépresseurs sont souvent prescrits, mais leur efficacité est faible. Nous recommandons à nos patients les bains écossais, alternance d’eau froide et d’eau chaude sur la partie du corps concernée, les massages, la méditation, le sport …, tout est possible pour soigner l’algoneurodystrophie."

La prise en charge psychologique est une priorité
"Le facteur psychologique est très important. Le kinésithérapeute doit être à l’écoute. La bonne collaboration du patient repose sur une bonne coopération entre le kinésithérapeute, le chirurgien et le médecin traitant de façon à le mettre en confiance, le rassurer et lui permettre de guérir."

En savoir plus :
CHAM, Centre hospitalier de l’arrondissement de Montreuil : http://www.ch-montreuil.fr
Portrait du mois de Visite Actuelle, Dr Rodolphe Lhaf : https://www.acteursdesante.fr/medecin-pour-etre-utile/1887/

Sur le même thème

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie ...

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...

Cancer, mieux et moins traiter avec les signatures génomiques

La médecine personnalisée permet de mieux traiter avec des thérapies ciblées grâce aux marqueurs génétiques dans la tumeur ...