L’escarre se traite et se guérit

Martine BARATEAU, Infirmière experte plaie & cicatrisation, Vice-Présidente de la Société Française de l’Escarre

On a besoin des soignants, des aidants et des patients. On ne peut pas traiter une escarre si le patient n’est pas acteur du soin.

"Localement, l’escarre se traite comme n’importe quelle plaie. Il faut la nettoyer, la déterger. On lave la plaie à l’eau et au savon, éventuellement au sérum physiologique. On peut utiliser tous les pansements et traitements qui existent sur le marché, en revanche, il faut aussi penser au patient et mettre en place tous les moyens pour prévenir l’escarre."

Prévenir l'escarre
"Il faut penser à positionner le patient en utilisant tout le matériel à notre disposition. Il faut aussi s’occuper de sa nutrition et de son hydratation parce que l’immobilisation et la dénutrition sont les deux facteurs de risques principaux de la survenue des escarres. Il faut veiller à son hygiène et prendre soin de sa peau."

Le patient doit être acteur du soin
"Si le personnel soignant est essentiel, on a aussi besoin des aidants et des patients. On ne peut pas traiter une escarre si le patient n’est pas totalement acteur du soin. On doit lui expliquer son rôle. Enfin, il n’y a pas que la plaie à traiter, elle n’est que le reflet d’une maladie très sévère du patient. Moralement, avoir une escarre est très dur, on pense au dépérissement, à la fin de vie. Il faut faire comprendre au patient que même si sa qualité de vie est altérée pour un moment, l’escarre se traite."


Interview réalisée dans le cadre de la réunion annuelle organisée par European Pressure Advisory Panel (EPUAP) et la Société Française de l’Escarre (SFE) à Lyon du 18 au 20 septembre 2019. 

En savoir plus : https://www.convatec.fr/      https://epuap2019.org/

Sur le même thème

Journées Cicatrisations 2020 - Parcours de soins : homogénéiser les pratiques

Les Journées Cicatrisations 2020 qui se tiennent à Paris, au Palais des Congrès, du 26 au 28 janvier, seront un bon cru ...

Main, hanche, cheville, une chirurgie de plus en plus spécialisée

Les petites articulations, parfois très complexes, sont devenues des entités à part entière nécessitant une spécialisation.

Des cicatrices esthétiques après une opération de la cheville

Les technologies ont beaucoup évolué rendant la cicatrisation beaucoup plus facile et esthétique.

Retrouver un confort complet après une blessure de la cheville

Une chirurgie bien faite est efficace, elle permet au patient de retrouver un confort complet.

Un suivi de six mois après une opération de la cheville

Un suivi de six mois est nécessaire, mais pas davantage sauf en cas d’évolution de la lésion

Le genou, principale pathologie du footballeur

La prévention sous-estimée auprès des sportifs.

Plasma Riche en Plaquettes (PRP) et cellules souches pour auto-réparer la cheville

L’injection de cellules souches et booster de PRP, Plasma Riche en Plaquettes, est une révolution.

De grands progrès dans l’après-chirurgie de la cheville

Rentrer chez soi en marchant le jour même de l’intervention !

Douleur de la cheville aiguë ou chronique, consulter un spécialiste

Après un traumatisme aigu, si on ne peut plus bouger sa cheville parce qu’on a trop mal, la prise en charge doit être effectuée ...

Six mois pour qu’un joueur de haut niveau reprenne le sport

Sans complications, le joueur professionnel après une blessure revient en 5 mois à son niveau initial.

De nombreux chocs et blessures pour les rugbymen

Des chocs monstrueux ! Les rugbymen sont d’incroyables joueurs !

Mal à la cheville, voir un chirurgien en cas d’échec thérapeutique

Un avis chirurgical nécessaire quand on n'arrive pas à s'en sortir médicalement.

De grands progrès dans la chirurgie de la cheville

IRM, anesthésie et arthroscopie, principales innovations de la chirurgie de la cheville.