Le doc' de la Transat Jacques Vabre

Dr Jean-yves CHAUVE, médecin des courses au large

Au large, le skipper doit être les yeux du médecin pour lui expliquer ce qu’il ressent et les mains du médecin pour réaliser les gestes de soins à sa place.

"Nous connaissons l’état de santé des skippers qui participent à la Transat Jacques Vabre.”

Le coeur est très sollicité pendant une course au large

“Nous savons tout des antécédents médicaux des skippers de façon à pouvoir les soigner à distance, en mer.  Le plus important est le cardio : le coeur est tres sollicité. On peut enregistrer des montées de rythme cardiaque à plus de 180 sur certaines manoeuvres. Certains skippers sont atteints d’une maladie chronique, mais la maladie étant bien maîtrisée et bien canalisée, elle n’est pas pénalisante pendant la course.”

Nous avons été les pionniers de la télémédecine

“Avant une course au large, les skippers suivent un apprentissage sur les gestes de soins. La Transat se pratiquant en duo, un coéquipier peut aider.

Lors de la course, le patient et le médecin sont à distance l’un de l’autre. On se sert du télésoin en cas de problème médical : le skipper explique le contexte, ses symptômes, il peut envoyer des photos. Nous pouvons ainsi échanger à distance sur l’évolution de sa maladie ou de sa blessure.
Le skipper doit être les yeux du médecin pour lui expliquer ce qu’il ressent et les mains du médecin pour réaliser les gestes de soins à sa place. Nous avons été des pionniers de la télémédecine, les premiers à transmettre des électrocardiogrammes depuis un bateau au milieu de l’Atlantique !”

Deux passions, la voile et la médecine

Le dr Jean-Yves Chauve, médecin des courses au large, s’envolera à Salvador de Bahia pour attendre de pied ferme et retrouver avec beaucoup de bonheur les skippers de la Transat. “La course au large est une grande famille. Je prends plaisir à suivre la course accroché à mon téléphone pour ne manquer aucun appel. Ce moment de partage est une aventure bien différente de la médecine classique !”

Interview réalisée dans le cadre de la saison 2 de Vogue avec un Crohn, menée par les navigateurs Pierre-Louis Attwell et Calliste Antoine au départ de la Transat Jacques Vabre 2019, avec le soutien de l’afa et du laboratoire Mayoly Spindler, avec acteurs de santé, partenaire média.

En savoir plus :
https://www.afa.asso.fr/ https://www.mayoly-spindler.fr/ https://vogueavecuncrohn.com/http://www.acteursdesante.fr/

Sur le même thème

Maladie de Crohn, une activité physique pour retrouver la confiance en soi

Pierre Louis Attwell, jeune navigateur plein d’énergie positive, atteint de la maladie de Crohn, se lance un nouveau défi....

Maladie de Crohn, se préparer physiquement et mentalement à traverser l’Atlantique

Une maladie de Crohn ne se contrôle pas. Une crise peut se déclencher à bord, la préparation avant la course est importante ...

Quand les robots deviendront les compagnons du grand âge

Comment créer du lien social avec ces machines, comment faire des outils pas très onéreux avec des fonctions intéressantes ...

Relation soignant - soigné, un problème de communication

Le patient n’est ni un numéro, ni une donnée, il est avant tout une personne humaine. La solution est de remettre de l’humanité ...

Un steak digital pour nourrir la planète

Big Bang de la food tech. Fabriquer une alimentation à partir de cellules souches pour nourrir 10 milliards d’humains.

Mettre les voiles à Fécamp en Normandie

Saison estivale à Fécamp, de concerts en expositions, de courses de voile en animations sportives, de musée en Abbaye.

Quand la maladie ouvre des ailes vers le droit

L’éthique doit conduire à ce que les mots ne deviennent pas des maux ou encore mieux, à ce que les mots atténuent les maux.

Maladie de Crohn, le yoga pour travailler son mental

Le yoga pour travailler le mental mais aussi le physique avec des postures qui permettent de se détendre, d’améliorer le ...