Ma première interview pour parler de la maladie de Crohn

Anne BUISSON, directeur adjoint de l’afa, Association François Aupetit

Au fur et à mesure que l’émission se déroulait, je sentais que les messages que je voulais faire passer m’échappaient totalement. Il fallait que je reprenne la main !

« Le souvenir que m’a laissée ma première interview était un peu bizarre. Il s’agissait d’une émission à la radio, très grand public. »

Les messages que je voulais faire passer m’échappaient totalement
« J’étais un peu stressée même si j’étais plutôt soulagée qu’on ne me voit pas à l’image. Au fur et à mesure que l’émission se déroulait, je sentais que les messages que je voulais faire passer m’échappaient totalement. L’animateur me posait des questions, j’avais une seconde pour y répondre et pendant ce temps, un administrateur de mon association, l’afa, m’envoyait des SMS pour me rappeler les messages que je devais donner. Bref, un stress total ! »

Il fallait que je reprenne la main sur les journalistes
« Au final, j’ai eu l’impression que pendant cette émission qui a duré assez longtemps, on m’a laissé assez peu la parole. Tout le monde savait quoi dire sur la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique et moi, qui me semblait assez compétente, et bien, je n’avais rien à dire, un vrai cauchemar ! C’est là que j’ai compris qu’il fallait que je reprenne la main sur les journalistes et que je maîtrise un peu mieux mon histoire. »

L’important, c’est qu’on parle de la maladie de Crohn et de la RCH
« Même si mon message n’est pas vraiment passé à l’antenne, ce qui est important, c’est qu’on parle de ces maladies : la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH) sont des maladies de plus en plus fréquentes. C’est important de les soutenir à la fois sur le plan de la reconnaissance et de la notoriété, mais aussi de faire connaitre les actions d’accompagnement et de recherche que nous finançons à l’afa. C’était mon message ! »

Interview réalisée dans le cadre de la saison 2 de Vogue avec un Crohn, menée par les navigateurs Pierre-Louis Attwell et Calliste Antoine au départ de la Transat Jacques Vabre 2019, avec le soutien de l’afa et du laboratoire Mayoly Spindler, en partenariat avec acteurs de santé.
En savoir plus :
https://www.afa.asso.fr/ https://www.mayoly-spindler.fr/ https://vogueavecuncrohn.com/ http://www.acteursdesante.fr/

 

 

Sur le même thème

Ma première interview, l’accélération du temps

Ma première interview portait sur l’accélération du temps qu’on appelle aujourd’hui, l’évolution exponentielle.

Ma première interview avec un grand professeur, j’ai 11 ans !

je me souviendrais de cette interview pour toujours !

Ma première interview, la rénovation d’une église

L’article a été très amusant à écrire avec toute une série de clés comme dans le Da Vinci Code. C’est un très bon souvenir ...

Ma première interview, chercher l’interaction

Je n’ai pas le trac, je suis dans la vie comme en interview, je dis ce que je pense et de façon tout à fait transparente.

Ma première interview, faire passer mes messages

Le patient, un acteur de soins à part entière.

Ma première interview, partagée entre l’horreur et le fou rire

J'ai tenté de m'en sortir avec une pirouette !

Ma première interview, la défense d’une grande cause

Je me suis rendu compte que je pouvais parler en public et convaincre mes interlocuteurs