Maladie de Crohn, une épreuve qui se traverse avec les autres

Pierre Louis ATTWELL, skipper « Vogue avec un Crohn »

Apprendre qu’on a une maladie de Crohn quand on est un jeune adulte est un moment dur. Etre bien entouré est une chance, il ne faut pas hésiter à en parler, c’est une épreuve qui se traverse avec les autres.

« Quand on est récemment diagnostiqué d’une maladie de Crohn ou d’une rectocolite hémorragique, les associations de patients et notamment l’afa, l’association Francois Aupetit, sont d’une grande aide. »

L’afa, une belle famille
« Toujours à l’écoute des patients et de leurs besoins, il ne faut pas hésiter à contacter les associations, elles sauront orienter les patients de façon professionnelle en fonction de leurs questions, de leurs doutes et de leurs besoins. » Pierre-Louis Attwell, skipper de Vogue avec un Crohn dans la Transat Jacques Vabre et lui-même atteint d’un Crohn, a rejoint l’afa : « Je suis très content d’avoir rejoint cette belle famille de l’afa et heureux de porter leurs valeurs à travers les océans. » 

Ne pas hésiter à parler de sa maladie
« Si j’avais un message à transmettre à un jeune qui vient d’être diagnostiqué d’une maladie de Crohn ou d’une maladie chronique, je lui dirai qu’il ne faut pas perdre espoir. Ce n’est pas facile, le diagnostic n’est jamais agréable à entendre, c’est un moment dur. Etre bien entouré est une chance, c’est une épreuve qui se traverse avec les autres, il ne faut pas hésiter à en parler. Il faut savoir accepter la maladie, ce n’est pas facile, ça peut prendre du temps. »

Ne pas perdre espoir, la vie est belle
« Moi-même, ça m’a pris quelques années, il ne faut surtout pas perdre espoir. Même avec une maladie chronique, on peut faire plein de belles choses, en étant attentif et à l’écoute de son corps, en ayant un traitement et un suivi médical. La vie est belle ». 

 

Interview réalisée dans le cadre de la saison 2 de Vogue avec un Crohn, menée par les navigateurs Pierre-Louis Attwell et Calliste Antoine au départ de la Transat Jacques Vabre 2019, avec le soutien de l’afa et du laboratoire Mayoly Spindler, en partenariat avec acteurs de santé.

En savoir plus :
https://www.afa.asso.fr/ https://www.mayoly-spindler.fr/ https://vogueavecuncrohn.com/ http://www.acteursdesante.fr/

 

Sur le même thème

Cancer du sein & mammographie : un dépistage peut sauver une vie

Plus le diagnostic est posé tôt, plus le traitement est efficace et plus les chances sont grandes de guérir. Et cela est ...

Un test génomique pour éviter les sur-traitements

Le Dr Bruno Cutuli a présenté à l’ESMO (EuropeanSociety of Medical Oncology), sous forme de poster, une importante étude ...

L’algoneurodystrophie, savoir être patient !

Cette douleur chronique se manifeste au niveau des articulations bien souvent quelques jours ou semaines après un traumatisme.

Cancer du sein, les tests génomiques en pratique

Comment cela se passe-t-il et combien de temps pour avoir le résultat ?

Cancer du sein triple négatif, améliorer l’accès aux essais cliniques 

Nous sommes mobilisées pour que toutes les femmes, toutes les triplettes en France, aient accès à l’innovation et à de meilleures ...

Reportage dans le service des urgences orthopédiques de CHAM

Les fractures ouvertes ou les luxations des articulations nécessitent une prise en charge dans les heures qui suivent l’accident.

Cancer du sein & tests génomiques : « Je n’ai pas eu de chimiothérapie »

Diagnostiquée d’un cancer du sein, Nathalie Garnier a eu un test génomique qui lui a permis d’éviter une chimiothérapie ...

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...