Maladie de Crohn, une épreuve qui se traverse avec les autres

Pierre Louis ATTWELL, skipper « Vogue avec un Crohn »

Apprendre qu’on a une maladie de Crohn quand on est un jeune adulte est un moment dur. Etre bien entouré est une chance, il ne faut pas hésiter à en parler, c’est une épreuve qui se traverse avec les autres.

« Quand on est récemment diagnostiqué d’une maladie de Crohn ou d’une rectocolite hémorragique, les associations de patients et notamment l’afa, l’association Francois Aupetit, sont d’une grande aide. »

L’afa, une belle famille
« Toujours à l’écoute des patients et de leurs besoins, il ne faut pas hésiter à contacter les associations, elles sauront orienter les patients de façon professionnelle en fonction de leurs questions, de leurs doutes et de leurs besoins. » Pierre-Louis Attwell, skipper de Vogue avec un Crohn dans la Transat Jacques Vabre et lui-même atteint d’un Crohn, a rejoint l’afa : « Je suis très content d’avoir rejoint cette belle famille de l’afa et heureux de porter leurs valeurs à travers les océans. » 

Ne pas hésiter à parler de sa maladie
« Si j’avais un message à transmettre à un jeune qui vient d’être diagnostiqué d’une maladie de Crohn ou d’une maladie chronique, je lui dirai qu’il ne faut pas perdre espoir. Ce n’est pas facile, le diagnostic n’est jamais agréable à entendre, c’est un moment dur. Etre bien entouré est une chance, c’est une épreuve qui se traverse avec les autres, il ne faut pas hésiter à en parler. Il faut savoir accepter la maladie, ce n’est pas facile, ça peut prendre du temps. »

Ne pas perdre espoir, la vie est belle
« Moi-même, ça m’a pris quelques années, il ne faut surtout pas perdre espoir. Même avec une maladie chronique, on peut faire plein de belles choses, en étant attentif et à l’écoute de son corps, en ayant un traitement et un suivi médical. La vie est belle ». 

 

Interview réalisée dans le cadre de la saison 2 de Vogue avec un Crohn, menée par les navigateurs Pierre-Louis Attwell et Calliste Antoine au départ de la Transat Jacques Vabre 2019, avec le soutien de l’afa et du laboratoire Mayoly Spindler, en partenariat avec acteurs de santé.

En savoir plus :
https://www.afa.asso.fr/ https://www.mayoly-spindler.fr/ https://vogueavecuncrohn.com/ http://www.acteursdesante.fr/

 

Sur le même thème

Reconnaitre l’obésité comme une maladie chronique en France !

L’obésité, ce n’est pas du cinéma ! Journées Mondiales de l’Obésité, 3, 4, 5 et 6 mars 2021, organisées par le Collectif ...

Le CNAO en campagne pour les Journées Mondiales de l'Obésité 2021

Faire reconnaître l'obésité comme une maladie chronique à l'occasion des Journées Mondiales de l'Obésité, 3 au 6 mars 2021

Journée Mondiale de l’Obésité - Prévenir et soigner la maladie

Plus que la prévention, la principale urgence est de dépister la personne qui souffre et de calculer son IMC, de façon à ...

Cancer du sein et tests génomiques Une enquête de Patients en réseau

L’association Patients en Réseau publie les résultats d’une enquête réalisée auprès de 625 femmes soignées pour un cancer ...

S’informer sur les tests génomiques avant même de consulter

Cancer du sein, 6.000 femmes pourraient chaque année en France éviter une chimiothérapie inutile, elles devraient s’informer ...

Enquête - Cancer du sein & chimiothérapie - Des tests génomiques trop peu connus des patientes

Patients en Réseau publie les résultats d’une enquête sur les tests génomiques réalisée auprès de 625 femmes soignées d’un ...

Quand on peut éviter une chimiothérapie inutile - Témoignage

Cancer du sein - « La réponse de la signature génomique a été sans appel. Dans mon cas, la chimiothérapie était inutile....

Si la chimiothérapie n’est pas absolument nécessaire, cela vaut la peine de l’éviter

Jusqu’à 75% des femmes ayant un cancer du sein hormonosensible dépisté à un stade précoce pourraient avoir recours aux tests ...