Mieux connaître la maladie de Verneuil pour la diagnostiquer plus tôt

Dr Philippe GUILLEM, Chirurgien viscéral et digestif, Clinique du Val de l’Ouest, Lyon - Vice-président du Réseau Verneuil

La maladie de Verneuil, douloureuse et invalidante, touche 1% de la population. Son diagnostic est souvent posé trop tardivement.

La maladie de Verneuil est très peu connue du grand public, pourtant elle touche 1% de la population française et son diagnostic est souvent posé bien trop tardivement. Le Dr Philippe Guillem, Chirurgien viscéral et digestif à la Clinique du Val de l’Ouest, Lyon, explique la spécificité de cette maladie douloureuse et invalidante.

« La maladie de Verneuil est une maladie inflammatoire chronique et récidivante de la peau. Elle se manifeste sous forme de poussées inflammatoires récurrentes et récidivantes. Difficile à traiter, douloureuse, elle laisse apparaitre des nodules inflammatoires, des abcès, des kystes, sur certaines zones de la peau riches en poils et dans les zones de sueur. »

Une maladie inflammatoire de la peau qui se manifeste dès la puberté
« La maladie de Verneuil touche environ 1% de la population et deux à trois fois plus de femmes que d’hommes. Elle apparaît plutôt autour de la vingtaine, voire même avant, au moment de la puberté. Les fumeurs (70 à 90% des patients) et les personnes en surpoids ou atteintes d’obésité sont plus particulièrement affectées par cette maladie inflammatoire de la peau. » 

Les patients ne peuvent pas mener une vie normale
« La maladie évolue sous la forme de poussées inflammatoires douloureuses, voire très douloureuses, qui empêchent les patients de vivre normalement, de pratiquer toutes leurs activités de la vie quotidienne : scolaires pour les plus jeunes, professionnelles pour les adultes. La vie de couple et la vie de famille - comme s’occuper des enfants ou pratiquer une activité sportive - sont impactées par cette maladie très invalidante. » 

Ce n’est pas une maladie contagieuse
« Dans 20 à 25% des cas, la maladie de Verneuil évolue dans un cadre familial, ce qui évoque la possibilité d’une participation génétique. C’est en cela qu’il peut y avoir une transmission d’un parent à un enfant, mais par contre ce n’est pas du tout une maladie contagieuse. On ne risque pas de l’attraper en touchant un patient atteint de la maladie. » 

Le diagnostic de la maladie de Verneuil est souvent retardé
« Il faut compter entre sept à huit ans entre l’apparition des premiers symptômes et la pose du diagnostic. Ce retard n’est pas lié à la difficulté diagnostique, mais à la méconnaissance des soignants et donc de la population générale de cette maladie.
Pourtant, le diagnostic est relativement facile à poser. Il repose sur trois critères : le premier est l’évolution chronique et récidivante pendant au moins six mois ; le second est d’avoir des abcès à répétition, habituellement localisés dans les plis de l’aine et les plis sous les bras ; le troisième critère est l’aspect typique des lésions, nodulaires, kystiques, inflammatoires et douloureuses. »

Interview réalisée à l’occasion de la web Tv Plaies et Cicatrisation Acteurs de santé Tv avec le soutien institutionnel de ConvaTec.

En savoir plus :
Clinique du Val de l’Ouest, Lyon : https://www.cliniqueduvaldouest.com
ResoVerneuil : https://resoverneuil.com
Solidarité Verneuil : https://www.solidarite-verneuil.org/page/271980-accueil
Association Française pour la Recherche sur l’Hidrosadénite : http://www.afrh.fr
Laboratoires ConvaTec @ConvatecWoundFr : https://www.convatec.fr

 

Sur le même thème

100 000 prothèses de genou posées chaque année en France

L’âge moyen de la pose d’une prothèse est de 71 ans, elle concerne davantage de femmes (63%) que d’hommes (37%).

Prothèse du genou, tout savoir sur la chirurgie et la rééducation

Plaies & cicatrisation - L’objectif de l’opération est de faire disparaître les douleurs et l’altération de la qualité de ...

Prothèse du genou, des pansements pour favoriser la cicatrisation

S’intéresser au pansement est l’une de mes spécificités. J’aime suivre mes gestes chirurgicaux et la cicatrice en fait partie.

Maladie de Verneuil & chirurgie : des soins infirmiers essentiels pour une bonne cicatrisation

L'expertise infirmière est nécessaire pour que la cicatrisation se déroule dans de bonnes conditions, sans retard ni surinfection.

Plaies & cicatrisation - Tout savoir sur la maladie de Verneuil

Les patients souffrent sans savoir pourquoi, ils doivent oser en parler et ne pas hésiter à se tourner vers les associations ...

Cica’ssistance, une application pour faciliter la prise en charge des plaies

Sept infirmièr(e)s-conseil libéraux, tous diplômés en plaies et cicatrisation (DU) répondent gratuitement aux questions ...

Plaies & réalité augmentée, une formation ludique pour les soignants au bénéfice des patients

Des applis ludiques pour une meilleure utilisation du matériel et des pansements et une meilleure efficacité pour les patients ...

Comment traiter l’ulcère de jambe ?

Il faut distinguer les ulcères qui coulent de ceux qui ne coulent pas pour pouvoir choisir le bon pansement.