Pansements et cicatrisation, quelles évolutions ?

Nicole AVAN, Infirmière, formatrice, Toulouse

L’avenir est à la formation des soignants et à une meilleure information auprès des soignés car un patient informé va être plus collaboratif et guérir mieux.

On a cessé de laisser la plaie se dessécher !
« La compréhension de la cicatrisation, le respect du derme, l’apport de nouveaux pansements qui respectent la plaie et absorbent les exsudats ont révolutionné la prise en charge des plaies depuis les années 60. La gélification - cette cellulose modifiée chimiquement qui devient un gel, épouse étroitement et absorbe tout ce qui est inutile dans la plaie - permet une excellente prévention de la surinfection bactérienne. L’avancée spectaculaire est qu’on a cessé de laisser la plaie se dessécher. L’apport de la thérapie à pression négative est elle-aussi un grand tournant. La chirurgie a fait de grands progrès avec notamment les greffes, la revascularisation tout comme la prise en charge globale de la plaie - évaluation, détersion, prise en charge de la douleur, biofilm… »

Le patient tient une place très importante dans la cicatrisation
« De nouvelles techniques et de nouveaux pansements vont très certainement faire leur apparition : sans doute des pansements intelligents qui détecteront des biofilms ou délivreront des substances actives sur la plaie. Une autre voie est l’aromathérapie qui peut se conjuguer avec des pansements neutres. L’avancée de la chirurgie est impressionnante tout comme les travaux sur la prévention des plaies et l’éducation thérapeutique qui souligne la place importante du patient dans la cicatrisation.

Sans doute, observera-t-on dans l’avenir, davantage de collaboration entre les soignants isolés à travers les réseaux de soins et la télémédecine, davantage de partenariats avec les laboratoires sur des recherches scientifiques. L’avenir est à la formation des soignants et à une meilleure information auprès des soignés car un patient informé va être plus collaboratif et guérir mieux. Donc, un avenir plutôt favorable à l’évolution de la prise en charge des plaies pour les patients. »

Interview réalisée lors des Journées de Cicatrisations 2019.
En savoir plus :
https://www.convatec.fr/
https://www.cicatrisations2019.org/

 

Sur le même thème

100 000 prothèses de genou posées chaque année en France

L’âge moyen de la pose d’une prothèse est de 71 ans, elle concerne davantage de femmes (63%) que d’hommes (37%).

Prothèse du genou, tout savoir sur la chirurgie et la rééducation

Plaies & cicatrisation - L’objectif de l’opération est de faire disparaître les douleurs et l’altération de la qualité de ...

Prothèse du genou, des pansements pour favoriser la cicatrisation

S’intéresser au pansement est l’une de mes spécificités. J’aime suivre mes gestes chirurgicaux et la cicatrice en fait partie.

Mieux connaître la maladie de Verneuil pour la diagnostiquer plus tôt

La maladie de Verneuil, douloureuse et invalidante, touche 1% de la population. Son diagnostic est souvent posé trop tardivement.

Maladie de Verneuil & chirurgie : des soins infirmiers essentiels pour une bonne cicatrisation

L'expertise infirmière est nécessaire pour que la cicatrisation se déroule dans de bonnes conditions, sans retard ni surinfection.

Plaies & cicatrisation - Tout savoir sur la maladie de Verneuil

Les patients souffrent sans savoir pourquoi, ils doivent oser en parler et ne pas hésiter à se tourner vers les associations ...

Cica’ssistance, une application pour faciliter la prise en charge des plaies

Sept infirmièr(e)s-conseil libéraux, tous diplômés en plaies et cicatrisation (DU) répondent gratuitement aux questions ...

Comment traiter l’ulcère de jambe ?

Il faut distinguer les ulcères qui coulent de ceux qui ne coulent pas pour pouvoir choisir le bon pansement.