Plaies : de la thérapie à la prévention par pression négative

Pr Franck DUTEILLE, praticien hospitalier - Brûlés et chirurgie plastique, CHU Nantes

La thérapie par pression négative, utilisée pour prendre en charge les plaies aiguës et les traumatismes importants, puis les plaies chroniques, est aujourd’hui étendue à la prévention du risque d’ouverture des plaies post chirurgicales.

"Les premières publications internationales portant sur la thérapie à pression négative datent de 1997. Le principe à la base est assez simple : il consiste à créer une dépression sur une plaie qui entraîne un mécanisme d’aspiration des exsudats et favorise la première phase de cicatrisation, c’est-à-dire l’ablation des tissus mort. L’œdème va aussi être réduit permettant aux capillaires de se dilater et d’apporter une vascularisation locale et - par un mécanisme un peu complexe qui n’est pas complètement élucidé – une activation de la néo vascularisation, c’est-à-dire la création de nouveaux vaisseaux." 

De la thérapie par pression négative à la prévention par thérapie négative
"La thérapie par pression négative, initialement utilisée pour prendre en charge les plaies aiguës et les traumatismes importants, a progressivement été étendue à la prise en charge des plaies chroniques, et aujourd’hui à la prévention du risque d’ouverture notamment des plaies post chirurgicales par thérapie négative. La réduction de l’œdème et l’aspect mécanique qui fait que les plaies vont être maintenues en contact par cette dépression permettent une favorisation de la circulation sanguine par le phénomène de dilatation capillaire. Une meilleure oxygénation et l’absence de distension va également réduire le risque d’ischémie locale, notamment sur les plaies post chirurgicales où le risque d’ouverture de la plaie sera moindre." 

Une réelle innovation pour les soignants et une meilleure qualité de vie pour les patients
"Le traitement par pression négative a réellement permis de passer le cap de cette cicatrisation qui aurait pu ne pas être obtenue ou alors parfois, dans des conditions longues et compliquées. Il permet aux patients - qui présentaient des difficultés à cicatriser ou ne cicatrisaient pas du tout - d’obtenir dans un premier temps une cicatrisation. 
Cette thérapeutique présente également un gain en termes de qualité de vie car le pansement doit être fait tous les 3 ou 4 jours, voire éventuellement un peu plus. Autrefois, les patients étaient systématiquement descendus au bloc parce que le pansement était trop douloureux ou compliqué. Aujourd’hui, la réduction du nombre de pansements leur facilite beaucoup les choses." 

Interview réalisée lors des Journées de Cicatrisations 2019.

En savoir plus : https://www.convatec.fr/
https://www.cicatrisations2019.org/

 

Sur le même thème

Journées Cicatrisations 2020 - Parcours de soins : homogénéiser les pratiques

Les Journées Cicatrisations 2020 qui se tiennent à Paris, au Palais des Congrès, du 26 au 28 janvier, seront un bon cru ...

Un suivi de six mois après une opération de la cheville

Un suivi de six mois est nécessaire, mais pas davantage sauf en cas d’évolution de la lésion

De grands progrès dans la chirurgie de la cheville

IRM, anesthésie et arthroscopie, principales innovations de la chirurgie de la cheville.

Douleur de la cheville aiguë ou chronique, consulter un spécialiste

Après un traumatisme aigu, si on ne peut plus bouger sa cheville parce qu’on a trop mal, la prise en charge doit être effectuée ...

Mal à la cheville, voir un chirurgien en cas d’échec thérapeutique

Un avis chirurgical nécessaire quand on n'arrive pas à s'en sortir médicalement.

Six mois pour qu’un joueur de haut niveau reprenne le sport

Sans complications, le joueur professionnel après une blessure revient en 5 mois à son niveau initial.

Des cicatrices esthétiques après une opération de la cheville

Les technologies ont beaucoup évolué rendant la cicatrisation beaucoup plus facile et esthétique.

Le genou, principale pathologie du footballeur

La prévention sous-estimée auprès des sportifs.

De nombreux chocs et blessures pour les rugbymen

Des chocs monstrueux ! Les rugbymen sont d’incroyables joueurs !

De grands progrès dans l’après-chirurgie de la cheville

Rentrer chez soi en marchant le jour même de l’intervention !

Retrouver un confort complet après une blessure de la cheville

Une chirurgie bien faite est efficace, elle permet au patient de retrouver un confort complet.

Plasma Riche en Plaquettes (PRP) et cellules souches pour auto-réparer la cheville

L’injection de cellules souches et booster de PRP, Plasma Riche en Plaquettes, est une révolution.

Main, hanche, cheville, une chirurgie de plus en plus spécialisée

Les petites articulations, parfois très complexes, sont devenues des entités à part entière nécessitant une spécialisation.