Plaies et cicatrisations, comment s’assurer d’une bonne prise en charge ?

Nicole AVAN, Infirmière, formatrice, Toulouse

La cicatrisation est devenue une science connue et reconnue qui bénéficie de recommandations françaises et internationales. Pour être vraiment performant, il faut commencer par se former.

La cicatrisation est devenue une science, elle nécessite une bonne formation
« Un professionnel de santé qui doit prendre en charge une plaie doit avant tout être bien formé. La cicatrisation est devenue une science connue et reconnue qui bénéficie de recommandations françaises et internationales. Pour être vraiment performant, il faut donc commencer par se former.
Pour la cicatrisation d’une plaie simple, une simple formation continue en développement professionnel, le fameux DPC, semble suffisante. Pour accéder à un niveau de référent et devenir un expert, des diplômes universitaires sont nécessaires. De nombreuses applications existent également qu’on peut utiliser à partir des smartphones, la télémédecine favorise le contact avec des professionnels spécialisés, tout cela permet de se former. »

Prendre en charge le patient de façon globale
« Le professionnel de santé qui exerce à domicile, dans un lieu de vie commune comme les Ehpad ou dans un milieu non spécialisé doit savoir ce qu’il peut et ce qu’il ne peut pas faire. Dès la prise en charge de la plaie, il doit prendre le temps et procéder à une évaluation d’une qualité exceptionnelle, en concertation si possible avec le médecin référent du patient ; si l’évolution de la cicatrisation n’est pas positive très rapidement, il doit adresser son patient, pour avis, vers une consultation spécialisée en cicatrisation.
Ce qui est important, c’est de prendre en compte le patient d’une façon globale, avec ses pathologies et ses traitements. Face à une plaie, le professionnel de santé doit mettre en oeuvre un protocole qui respecte l’hydro-régulation, un milieu humide optimal et contrôlé, et surtout définir des objectifs réalistes et précis avec son patient, c’est souvent ce qu’il manque… »

Interview réalisée lors des Journées de Cicatrisations 2019.
En savoir plus :
https://www.convatec.fr/
https://www.cicatrisations2019.org/

 

 

Sur le même thème

Journées Cicatrisations 2020 - Parcours de soins : homogénéiser les pratiques

Les Journées Cicatrisations 2020 qui se tiennent à Paris, au Palais des Congrès, du 26 au 28 janvier, seront un bon cru ...

Un suivi de six mois après une opération de la cheville

Un suivi de six mois est nécessaire, mais pas davantage sauf en cas d’évolution de la lésion

De grands progrès dans la chirurgie de la cheville

IRM, anesthésie et arthroscopie, principales innovations de la chirurgie de la cheville.

Douleur de la cheville aiguë ou chronique, consulter un spécialiste

Après un traumatisme aigu, si on ne peut plus bouger sa cheville parce qu’on a trop mal, la prise en charge doit être effectuée ...

Mal à la cheville, voir un chirurgien en cas d’échec thérapeutique

Un avis chirurgical nécessaire quand on n'arrive pas à s'en sortir médicalement.

Six mois pour qu’un joueur de haut niveau reprenne le sport

Sans complications, le joueur professionnel après une blessure revient en 5 mois à son niveau initial.

Des cicatrices esthétiques après une opération de la cheville

Les technologies ont beaucoup évolué rendant la cicatrisation beaucoup plus facile et esthétique.

Le genou, principale pathologie du footballeur

La prévention sous-estimée auprès des sportifs.

De nombreux chocs et blessures pour les rugbymen

Des chocs monstrueux ! Les rugbymen sont d’incroyables joueurs !

De grands progrès dans l’après-chirurgie de la cheville

Rentrer chez soi en marchant le jour même de l’intervention !

Retrouver un confort complet après une blessure de la cheville

Une chirurgie bien faite est efficace, elle permet au patient de retrouver un confort complet.

Plasma Riche en Plaquettes (PRP) et cellules souches pour auto-réparer la cheville

L’injection de cellules souches et booster de PRP, Plasma Riche en Plaquettes, est une révolution.

Main, hanche, cheville, une chirurgie de plus en plus spécialisée

Les petites articulations, parfois très complexes, sont devenues des entités à part entière nécessitant une spécialisation.