Plaies et cicatrisations, comment s’assurer d’une bonne prise en charge ?

Nicole AVAN, Infirmière, formatrice, Toulouse

La cicatrisation est devenue une science connue et reconnue qui bénéficie de recommandations françaises et internationales. Pour être vraiment performant, il faut commencer par se former.

La cicatrisation est devenue une science, elle nécessite une bonne formation
« Un professionnel de santé qui doit prendre en charge une plaie doit avant tout être bien formé. La cicatrisation est devenue une science connue et reconnue qui bénéficie de recommandations françaises et internationales. Pour être vraiment performant, il faut donc commencer par se former.
Pour la cicatrisation d’une plaie simple, une simple formation continue en développement professionnel, le fameux DPC, semble suffisante. Pour accéder à un niveau de référent et devenir un expert, des diplômes universitaires sont nécessaires. De nombreuses applications existent également qu’on peut utiliser à partir des smartphones, la télémédecine favorise le contact avec des professionnels spécialisés, tout cela permet de se former. »

Prendre en charge le patient de façon globale
« Le professionnel de santé qui exerce à domicile, dans un lieu de vie commune comme les Ehpad ou dans un milieu non spécialisé doit savoir ce qu’il peut et ce qu’il ne peut pas faire. Dès la prise en charge de la plaie, il doit prendre le temps et procéder à une évaluation d’une qualité exceptionnelle, en concertation si possible avec le médecin référent du patient ; si l’évolution de la cicatrisation n’est pas positive très rapidement, il doit adresser son patient, pour avis, vers une consultation spécialisée en cicatrisation.
Ce qui est important, c’est de prendre en compte le patient d’une façon globale, avec ses pathologies et ses traitements. Face à une plaie, le professionnel de santé doit mettre en oeuvre un protocole qui respecte l’hydro-régulation, un milieu humide optimal et contrôlé, et surtout définir des objectifs réalistes et précis avec son patient, c’est souvent ce qu’il manque… »

Interview réalisée lors des Journées de Cicatrisations 2019.
En savoir plus :
https://www.convatec.fr/
https://www.cicatrisations2019.org/

 

 

Sur le même thème

Plaies & cicatrisation, des cas cliniques en réalité augmentée pour mieux prendre en charge les plaies complexes

Journées Cicatrisations - Retour d'expérience sur une formation en réalité augmentée pour une meilleure utilisation des ...

Comment prévenir l’ulcère de jambe ?

Le meilleur moyen de prévenir l’ulcère de jambe est de traiter les varices pour éviter une complication.

Journées Cicatrisations 2020 - Parcours de soins : homogénéiser les pratiques

Les Journées Cicatrisations 2020 qui se tiennent à Paris, au Palais des Congrès, du 26 au 28 janvier, seront un bon cru ...

Traitement des plaies, le rôle de l'infirmier(e) en pratique avancée, IPA

Faire des liens entre la ville, l’hôpital et les différents acteurs est une des compétences clés attendue.des infirmier(e)s ...

L’escarre se traite et se guérit

On a besoin des soignants, des aidants et des patients. On ne peut pas traiter une escarre si le patient n’est pas acteur ...

Pansements, du nouveau dans la prévention des escarres

La nouveauté dans la prévention des escarres est l’utilisation des pansements hydrocellulaires à 5 couches.

La Société Française de l’Escarre, la prévention au cœur des débats

Centrée sur la prévention, la Société Française de l’Escarre accorde une large place à la recherche car on ne connaît pas ...

Former les soignants, aidants et patients pour prévenir les escarres

On peut éviter les escarres, on sait les traiter, en revanche, on ne les prévient pas assez, ce n’est pas dans notre culture.