Plaies, quelle prise en charge économique pour la thérapie à pression négative ?

Pr Franck DUTEILLE, Brûlés et chirurgie plastique, CHU Nantes

Actuellement, aucun traitement par pression négative ne peut être réalisé en dehors du monde hospitalier, mais la miniaturisation des produits laisse imaginer que le monde libéral va pouvoir s’accaparer ce modèle.

Un gain économique pour la société
"Le problème du coût du traitement par pression négative (TPN) est assez complexe. Une thèse sur la prise en charge des traumatismes de membres inférieurs avec perte de substance démontre qu’avec un TPN, les gens cicatrisent plus vite, ont moins de temps chirurgicaux et présentent moins de séquelles. Au final, cela représente un gain économique pour la caisse primaire de l’assurance maladie et la société au global. Pour autant, pour les équipes hospitalières et, en particulier pour les pharmaciens, cet acte n’étant toujours pas côté au bloc opératoire, cette thérapeutique peut paradoxalement sembler coûteuse". 

Le TPN bientôt utilisé en libéral
"Actuellement, aucun traitement par pression négative ne peut être réalisé en dehors du monde hospitalier, mais la miniaturisation des produits fait qu’ils sont plus faciles à utiliser. Avant, il fallait 10 minutes pour lancer, régler la pression et le temps d’utilisation, aujourd’hui les choses sont plus intuitives et tendent vers un modèle « on/off », ce qui laisse imaginer que le monde libéral va pouvoir s’accaparer ce modèle. Il faudra certainement des garde-fous pour éviter une surconsommation de cette thérapeutique si on veut réduire la part de gens hospitalisés qui ont besoin d’un traitement par pression négative". 

Interview réalisée lors des Journées de Cicatrisations 2019.
En savoir plus :
https://www.convatec.fr/
https://www.cicatrisations2019.org/

 

Sur le même thème

Quelles attentes pour le Syndicat des Médecins Pathologistes Français ?

Le SMPF alerte sur la nécessité du remboursement des actes de biologie moléculaire et le retard de l'informatisation des ...

Syndicat Français des Médecins Pathologistes, quels enjeux ?

Il est difficilement acceptable que le choix des tests de biologie moléculaire soit influencé par le reste à charge.

Avenant 6 - Quelle formation pour les infirmières libérales

Former 120 000 infirmiers libéraux est compliqué et important, il existe plusieurs types de formation.

Revoir son médecin, le cri du cœur des associations de patients cardio-métaboliques

#revoirsonmedecin, Consulter ou télé-consulter, une priorité absolue pour les patients atteints de maladies chroniques !

Avenant 6, quels bénéfices pour les infirmières ?

La téléconsultation pourra être réalisée par l'infirmière sans prescription médicale au chevet du patient, à son domicile.

Hôpital public : virage ou mirage ambulatoire ?

3/6 - Fanny Vincent et Frédéric Pierru, co-auteurs de l'ouvrage « La casse du siècle » avec Pierre-André JUVEN, alertent ...

Hôpital public - Une crise des missions et des financements

1/6 - Des missions de plus en plus nombreuses déconnectées des moyens mis à disposition.

Débat Organisation de la prévention dans les politiques de lutte contre le cancer

Approche par pathologies ou par déterminants ? Des approches différentes à l’Institut National du Cancer et au Haut Conseil ...