Pourquoi et comment soigner une plaie en milieu humide ?

Corinne JOANNON, infirmière - formatrice plaies et cicatrisation

Escarres, ulcères, plaies du pied diabétique… Grâce aux nouvelles technologies, des pansements permettent de traiter efficacement la cicatrisation des plaies en milieu humide.

Corinne Joannon, infirmière et formatrice en cicatrisation, explique à l’occasion des 25 ans d’Hydrofiber, technologie développée par ConvaTec qui a révolutionné la cicatrisation, pourquoi il est important de soigner une plaie en milieu humide.

« Je vous propose de comparer le soin d’une plaie au jardinage ! »
« Imaginez que vous voulez faire un jardin potager, vous devrez d’abord préparer le terrain et le nettoyer. C’est ce qui se passe pour la cicatrisation, nous avons besoin de nettoyer la plaie et d’enlever absolument les cellules mortes. S’il n’a pas plu et que le terrain est sec, enlever les mauvaises herbes va être difficile, vous allez donc arroser pour ramollir la terre. C’est la même chose pour la plaie, il va falloir l’humidifier pour la nettoyer. Quant à votre terrain, une fois nettoyé, vous allez pouvoir y installer vos plants de tomates qui vont ensuite bourgeonner. La plaie se comporte de la même façon, lorsqu’elle est propre, elle va commencer à bourgeonner et c’est vraiment bon signe. Quand dans votre jardin, vous voyez les bourgeons apparaître, vous allez en prendre soin, continuer d’arroser et d’enlever les mauvaises herbes qui poussent de temps en temps. »

Maintenir de façon idéale cette fameuse humidité sur la plaie
« La plaie a également besoin d’humidité et d’eau. Le corps est constitué majoritairement d’eau, tout comme les cellules qui ont besoin, pour migrer dans la plaie, de cette humidité. C’est pourquoi nous allons arroser nos plants de tomates et maintenir l’humidité sur la plaie. La principale difficulté rencontrée en jardinage, tout comme en cicatrisation, est de maintenir de façon idéale cette fameuse humidité. Si vous n’arrosez pas assez souvent, vos plants sèchent et si vous arrosez trop, ils vont pourrir. C’est pareil pour la plaie : trop humide, elle va se détériorer tout comme son pourtour et la peau avoisinante, appelée peau périlésionnelle. Le dosage de l’humidité doit donc être géré avec minutie. Pour arroser, vous avez besoin d’un tuyau d’arrosage. En cicatrisation, ce tuyau est comparable au système vasculaire : les veines permettent d’éliminer tous les déchets de la plaie et les artères apportent les nutriments. Ce système vasculaire doit donc être fonctionnel. »

Prendre en charge l’état général du patient
« Si vous êtes méticuleux, vous mettez vos plants de tomates dans une serre, ce qui permet de les maintenir dans un milieu chaud et humide. Pour nos plaies, la serre est le pansement qui va permettre de maintenir l’humidité sur la plaie. Enfin, si votre terre n’est pas suffisamment fertile, vous allez rajouter de l’engrais : pour les patients, l’engrais sera une alimentation équilibrée, riche en protéines, indispensable à la cicatrisation de la plaie. La prise en charge de l’environnement, de la nutrition, de l’état général du patient, ne doit pas être négligée sinon la plaie ne cicatrisera pas. »

« Après le jardinage, je vous propose de parler “cuisine” »
« Imaginez que vous faites une daube, si vous ne mettez pas de couvercle sur votre marmite, la viande va sécher tout comme la plaie : si on ne met pas de couvercle, c’est à dire de pansement sur la plaie, elle va sécher et une croûte va se former. Or, on ne sait pas ce qui se passe sous cette croûte : bien souvent, des germes apparaissent qui risquent de se développer avec des risques infectieux très importants. De plus, on n’a aucune notion de l’évolution de la plaie. Si ce couvercle permet à l’eau de ne pas s’évaporer, le pansement va permettre de maintenir l’humidité sur la plaie pour qu’elle ne s’assèche pas. »

L’autre problématique est ce fameux milieu humide idéal
« Pour la daube, c’est pareil ! Il arrive parfois que la sauce soit trop liquide. Pour l’épaissir, on décale le couvercle et l’humidité s’évapore un peu. En ce qui concerne les pansements, on peut les choisir plus ou moins absorbants, c’est ce qui permet de jouer sur l’humidité de la plaie. Mais attention, il ne faut pas que les exsudats se répartissent par capillarité dans toute la compresse au risque d’avoir de l’humidité sur la peau saine aux abords de la plaie. D’où le choix du pansement développé avec la technologie Hydrofiber® qui va absorber d’une façon verticale et permettre de gérer l’humidité sans abîmer le pourtour de la plaie. »

Interview réalisée dans le cadre de la web Tv Plaies et Cicatrisation Acteurs de santé Tv avec le soutien institutionnel de ConvaTec, https://www.acteursdesante.fr/webtv/plaies-et-cicatrisations-convatec/1/

En savoir plus :
Née en 1996, la technologie Hydrofiber® a valu un Queen Award aux Laboratoires ConvaTec en termes d’innovation technologique. Ce sont 25 années d’une confiance renouvelée par les professionnels de santé à travers leur large utilisation des différentes déclinaisons de pansements issus de la technologie Hydrofiber®. Son pansement phare a lui-même a connu une évolution marquante avec une version améliorée pour une cicatrisation optimale. Cette nouvelle version stimule la cicatrisation en créant et en maintenant un environnement optimal dynamisant les processus cellulaires, ce dès la détersion. A haut pouvoir d’absorption, il se transforme instantanément en un gel très particulier. Il absorbe et draine l’exsudat de façon verticale respectant l’intégrité des tissus sains avoisinant la plaie. Il contribue à améliorer le bien-être et la qualité de vie des patients.
Laboratoires ConvaTec, @ConvatecWoundFr,  https://www.convatec.fr

Sur le même thème

Cancer du sein, vers une désescalade thérapeutique

Quand on compare le coût de la signature génomique et le coût de la chimiothérapie et de son incidence, nous sommes clairement ...

Cancer, mieux et moins traiter avec les signatures génomiques

La médecine personnalisée permet de mieux traiter avec des thérapies ciblées grâce aux marqueurs génétiques dans la tumeur ...

Cancer du sein - Faciliter l’accès aux tests génomiques

Nous avons lancé un appel au Ministère de la santé afin que tous les patients aient un accès équitable aux tests génomiques ...

Des recommandations sur la prévention des escarres 

Il n’est pas question, pour des raisons de coûts, d’appliquer un pansement hydrocellulaire à tous les patients, mais nous ...

Maladie de Verneuil, briser les tabous

Il faut parfois huit à huit ans et demi pour obtenir le diagnostic de la maladie de Verneuil ! C’est très lourd psychologiquement ...

L’ambulatoire et les téléconsultations boostées par le Covid-19

Chirurgie de la cheville : quasiment 100% des patients sont opérés en ambulatoire. Cette avancée a été poussée par la pandémie.

Suivre une chimiothérapie orale à domicile en toute sécurité 

Cancer du sein, cancer du foie, le programme d’accompagnement AKO@dom

Chimiothérapie orale, un lien entre pharmaciens hospitaliers et pharmaciens d’officine

L’accompagnement avec l’application AKO@dom nous permet de communiquer de façon sécurisée avec l’ensemble des professionnels ...