Prothèse du genou, des pansements pour favoriser la cicatrisation

Dr Charles FIQUET, Chirurgien orthopédiste, spécialiste du genou, Clinique de l’Infirmerie Protestante, Lyon

S’intéresser au pansement est l’une de mes spécificités. J’aime suivre mes gestes chirurgicaux et la cicatrice en fait partie.

Le choix des pansements est important pour assurer et favoriser une bonne cicatrisation après la pose d’une prothèse de genou. Le Dr Charles Fiquet, Chirurgien orthopédiste, spécialiste du genou à la Clinique de l’Infirmerie Protestante à Lyon, insiste sur la formation des infirmières en Plaies et Cicatrisation pour obtenir une belle cicatrice.

« Avoir une belle cicatrice lors d’une chirurgie du genou commence au bloc opératoire, cela repose en premier lieu sur les habitudes du chirurgien. »

 Une cicatrice à l’avant du genou de 15 à 20 cm
« Il ne faut pas espérer qu’une cicatrice de prothèse totale de genou soit invisible. Située à l’avant du genou, elle mesure en moyenne 15 cm et peut s’étendre jusqu’à 20 cm selon les cas et les difficultés rencontrées pendant l’intervention. Il existe plusieurs astuces pour obtenir une belle cicatrice : certains chirurgiens vont plutôt utiliser des agrafes, d’autres des fils dissimulés sous la peau qui vont se résorber d’eux-mêmes et qui ont comme réputation de donner de jolies cicatrices, bien fines, mais ce n’est pas tout, le choix du pansement est aussi important. » 

Le choix du pansement est primordial, du bloc opératoire à la cicatrisation
« Le pansement doit permettre d’autoriser la rééducation du genou de manière précoce, il doit être relativement élastique ; il doit permettre également de rendre étanche la cicatrice afin que l’eau ne puisse pas l'atteindre ; il faut aussi, en cas de légers saignements, que le pansement soit absorbant.
Une fois que la cicatrice a été bien surveillée par les infirmières, qu’elle est bien fermée et étanche et que le risque infectieux s’est éloigné, le patient peut se doucher sans le pansement. Une crème anti-inflammatoire permettra alors de donner une cicatrice qui soit la moins rouge possible. C’est ma recette pour obtenir de jolies cicatrices ! » 

Le côté esthétique de la cicatrice est vraiment important
« S’intéresser au pansement et à la cicatrisation est l’une de mes spécificités. J’aime bien contrôler et suivre tous mes gestes chirurgicaux et la cicatrice en fait partie. Je n’ai pas pour habitude de la laisser évoluer en fermant les yeux et je souhaite être tenu au courant de la moindre situation qui peut être défavorable au patient.
Je suis à l’écoute lorsqu’un patient est éventuellement inquiet, tout comme une infirmière si elle a des interrogations sur l’évolution d’une cicatrice ou un kiné sur l’évolution de la flexion. Je demande alors à voir immédiatement le patient en consultation, c’est important d’anticiper les problèmes et le côté esthétique de la cicatrice est véritablement important. »

Communiquer entre soignants au bénéfice du patient
« Le conseil principal que je donnerais aux kinés ou aux infirmières, c’est de communiquer. L’époque où chacun travaillait en solitaire est révolue. Nous formons une équipe, nous devons travailler ensemble. Lorsque je reçois un e-mail ou un message, j’essaie d’être réactif. J’écris d’ailleurs dans tous mes courriers :« Contactez-moi à la moindre question, au moindre doute ou inquiétude. »

Savoir être patient car il faut un an pour obtenir un résultat définitif
« Je conseillerais à un patient que je viens d’opérer de justement, être patient ! Très souvent, les patients essayent d’aller plus vite que la musique, ils pensent qu’ils peuvent reprendre le sport deux mois plus tard. Ils sont aussi un peu inquiets parce que leur genou est un peu gonflé, la cicatrice un peu rouge, la flexion et l’extension ne se font pas tout de suite à 90°. Je passe le plus clair de mon temps à les rassurer, ce que je comprends. Il s’agit de leur genou qu’ils m’ont confié, mais le temps est le meilleur des remèdes. C’est parfois bien aussi de faire des exercices à la maison, de mettre de la crème sur la cicatrice.
Les patients sont aussi anxieux parce que, deux mois seulement après l’opération, ils ne marchent pas tout à fait comme avant. En réalité, on observe une amélioration brutale dans les premiers mois, puis très progressive les mois suivants. Il faut compter un an pour obtenir un résultat définitif pour une prothèse totale de genou. »

Interview réalisée dans le cadre de la web Tv Plaies et Cicatrisation Acteurs de santé, avec le soutien institutionnel de ConvaTec. 

#PlaieEtCicatrisation, en savoir plus :
Laboratoires ConvaTec @ConvatecWoundFr : https://www.convatec.fr
Cica’Clic, Cica’ssistance : http://www.cica-clic.fr
Clinique de l’Infirmerie Protestante : https://www.infirmerie-protestante.com

 

Sur le même thème

100 000 prothèses de genou posées chaque année en France

L’âge moyen de la pose d’une prothèse est de 71 ans, elle concerne davantage de femmes (63%) que d’hommes (37%).

Prothèse du genou, tout savoir sur la chirurgie et la rééducation

Plaies & cicatrisation - L’objectif de l’opération est de faire disparaître les douleurs et l’altération de la qualité de ...

Mieux connaître la maladie de Verneuil pour la diagnostiquer plus tôt

La maladie de Verneuil, douloureuse et invalidante, touche 1% de la population. Son diagnostic est souvent posé trop tardivement.

Maladie de Verneuil & chirurgie : des soins infirmiers essentiels pour une bonne cicatrisation

L'expertise infirmière est nécessaire pour que la cicatrisation se déroule dans de bonnes conditions, sans retard ni surinfection.

Plaies & cicatrisation - Tout savoir sur la maladie de Verneuil

Les patients souffrent sans savoir pourquoi, ils doivent oser en parler et ne pas hésiter à se tourner vers les associations ...

Cica’ssistance, une application pour faciliter la prise en charge des plaies

Sept infirmièr(e)s-conseil libéraux, tous diplômés en plaies et cicatrisation (DU) répondent gratuitement aux questions ...

Plaies & réalité augmentée, une formation ludique pour les soignants au bénéfice des patients

Des applis ludiques pour une meilleure utilisation du matériel et des pansements et une meilleure efficacité pour les patients ...

Comment traiter l’ulcère de jambe ?

Il faut distinguer les ulcères qui coulent de ceux qui ne coulent pas pour pouvoir choisir le bon pansement.