Quand la maladie ouvre des ailes vers le droit

Maître Abdou DJAE, avocat à Tours, ancien jeune de l’Envol

L’éthique doit conduire à ce que les mots ne deviennent pas des maux ou encore mieux, à ce que les mots atténuent les maux.

"Il y a quelques semaines, je préparais l’épreuve de déontologie de l’examen de l'école du barreau qui consiste en un exposé-discussion sur un sujet tiré au sort face à un jury. Mon sujet portait sur les textes régissant la déontologie de l’avocat." 

L’éthique doit amener à ce que les mots atténuent les maux
"Or, il n’existe pas de définition claire, précise et arrêtée sur la déontologie. Alors, je me suis souvenu du thème du Festival de la Communication Santé et j’ai répondu que la déontologie, c’était l’éthique. Dans le cadre de la communication santé, la déontologie est un bien grand mot. Et le choix des mots pour les institutions, les associations et les entreprises est important ; l’éthique doit conduire à ce que les mots ne deviennent pas des maux ou encore mieux, à ce que les mots atténuent les maux." 

Me rappeler que je restais un enfant avec une vie et des rêves d’enfant
"Je vais prendre mon passé d’enfant malade au sein de l’association l’Envol pour illustrer ces propos. La maladie est une épreuve difficile et l’est bien d’avantage quand on a 10 ans et qu’on apprend du jour au lendemain qu’on a un cancer : voilà le mot était lâché ! Le quotidien se résume alors à une chambre d’hôpital à Robert Debré, à subir des chimiothérapies et des perfusions, à rester cloué au lit parce que notre organisme ne répond plus. Mon premier séjour avait lieu en 2002, j’y suis allé sur la pointe des pieds, mais l’Envol a su trouver les mots pour me donner confiance en moi, pour m’expliquer que la maladie n’était pas une fatalité et me rappeler que je restais un enfant avant tout, avec une vie et des rêves d’enfants."

À chaque fin de séjour, je n’avais qu’une hâte : débuter le prochain !
"À l’Envol, le jargon médical est réduit au strict minimum. L’infirmerie n’existe pas, on l’appelle la ruche et les abeilles y remplacent les infirmières. On peut penser que ceci est assez anodin, mais détrompez-vous, ça change beaucoup de choses. L'Envol est une parenthèse qui nous rappelle qui nous sommes : dans « enfant malade », on ne doit pas oublier que le premier mot est « enfant ». Parfois lors des séjours, on oublie même que les médecins et le corps médical sont présents, pourtant ils sont bien là ! Il était impensable alors que j’étais un habitué des soins médicaux que je puisse participer à des activités comme la natation, l’équitation, le quad ou encore la montgolfière, emblème de l’Envol, une magnifique bulle qui se remplit de vie et qui monte toujours plus haut. À chaque fin de séjour, je n’avais qu’une hâte : débuter le prochain ! J’ai enchaîné les séjours, j’ai gagné en confiance." 

Tu peux le faire, la maladie ne doit jamais être un frein !
"Le message de l’Envol est simple, il est de dire à chaque enfant : « tu peux le faire, tu peux croire en tes rêves et les réaliser, la maladie ne doit jamais être un frein. » La magie de l’Envol réside dans le cadre mis en place par ces hommes et femmes qui choisissent de consacrer leur temps aux autres et de mettre tout en oeuvre pour que pendant quelques jours les enfants aient des étoiles plein les yeux et un regard vers l’avenir. La magie de l’Envol réside aussi dans l’accompagnement des familles car lorsqu’un enfant est touché par une maladie, c’est toute la famille qui en souffre. Le courage, le partage, le vivre ensemble, la confiance en soi..., toutes ces valeurs ancrées dans chaque enfant les aident au quotidien à faire face aux obstacles et à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Adulte, je suis retourné à l’Envol à plusieurs reprises en tant qu’animateur et intervenant pour essayer de rendre un peu de ce qu’on m’avait donné." 

Les bénévoles de l’Envol, ces artisans du bonheur
"Je ne puis évoquer l’Envol sans remercier celles et ceux qui contribuent à faire que chaque séjour soit exceptionnel - les médecins, les abeilles, les donateurs - parce que l’Envol ne peut pas fonctionner sans dons qui contribuent au plus haut point à l’organisation de ces séjours dont les meilleurs restent à venir. Je remercie pour tous ces merveilleux souvenirs, l’âme de l’Envol, ces animateurs et bénévoles, au plus près des enfants, qui sont de véritables héros du quotidien, des artisans du bonheur, de merveilleux magiciens."

Stéphanie Chevrel. 

Captation réalisée par acteurs de santé, partenaire du 29ème Festival de la Communication Santé à Deauville. 
En savoir plus : https://festivalcommunicationsante.fr

Sur le même thème

Mettre les voiles à Fécamp en Normandie

Saison estivale à Fécamp, de concerts en expositions, de courses de voile en animations sportives, de musée en Abbaye.

Dans les lumières de Fécamp

Née sur les quais de Fécamp et aujourd’hui, peintre paysagiste dans son atelier à la Boucane, situé sur les quais, Sophie ...

Maladie de Crohn, le yoga pour travailler son mental

Le yoga pour travailler le mental mais aussi le physique avec des postures qui permettent de se détendre, d’améliorer le ...

Un défi sportif & solidaire - Combattre la maladie de Crohn à travers l’océan

Vogue avec un Crohn, un défi sportif et solidaire pour sensibiliser le grand public à la maladie de Crohn et porter un message ...

Vogue avec un Crohn - Pierre-Louis Attwell - Saison2

Défier la maladie de Crohn. Le navigateur Pierre-Louis Attwell sera sur la ligne de départ de la Transat Jacques Vabre 2019.

Patient expert, recentrer les jeunes dans leur projet de vie

A l’afa, nous accompagnons les jeunes dans leur ie personnelle, sociale et professionnelle pour leur permettre de vivre ...

Sport santé à l'hôpital, que du bon !

Reportage à la Clinique de l'Abbaye, Fécamp : promouvoir le sport santé à l'hôpital et démontrer aux personnes que même ...

L'accélération de l'info santé, source de fréquentes dérives

"Nouvelles pratiques de l'information santé", Enquête l'Argus de la presse / Capital Image