Quel rôle pour l’anapath en santé publique ?

Docteur Pomone RICHARD, médecin pathologiste, SMPF, Toulouse

Dépister ne sert à rien si on ne connait pas l’impact du dépistage pour prévoir les années futures, or nous ne disposons pas des outils informatiques suffisants pour transmettre les données de façon accessible et sécurisée !

Le Dr Pomone Richard, médecin pathologiste à Toulouse, membre du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF), rappelle le rôle primordial de l’anapath en santé publique.

« Le pathologiste joue un rôle important dans la santé publique, notamment dans la transmission des données des dépistages qu’il réalise, car dépister ne sert à rien si on ne connait pas l’impact du dépistage pour prévoir les années futures. Et c’est bien là le problème car si nous savons collecter les données, ce qui est notre travail quotidien, nous ne disposons pas des outils informatiques suffisants pour les transmettre de façon accessible et sécurisée !

Nos laboratoires sont équipés pour la transmission des données puisque nous sommes informatisés, néanmoins l’informatisation ne fait pas tout ! Il faut aussi pouvoir transmettre nos données sous un format compatible avec les différents organismes concernés... Or, aujourd’hui, il existe trop de disparités entre les cabinets de pathologie, nous ne sommes pas tous assez équipés pour cela. Les systèmes d’information entre les différents laboratoires de France ne sont pas suffisamment adaptés. Ils ne sont pas tous identiques, le Health Data Hub développé par le gouvernement ne sera pas utilisé par tous. Les mécanismes d’échanges sont pour l’instant trop balbutiants.

Nous rencontrons un problème d’interopérabilité des systèmes informatiques, ce qui rend compliqué les investissements des pathologistes dans l’informatique qui sont très lourds financièrement. Si les pathologistes sont médecins, ils ne sont pas informaticiens ! L’informatique nécessite des gens compétents. Nous avons besoin que le gouvernement nous aide à nous informatiser pour pouvoir rentrer dans le partage et la transmission de la donnée et aussi dans l’alimentation du DMP (dossier médical personnalisé) du patient. Entendre aujourd’hui que le pathologiste n’a pas sa place dans le dossier médical est juste inadmissible quand on sait la place qu’il occupe auprès des patients dans le parcours de soins.

Dans notre laboratoire, les organismes de collecte des données viennent nous visiter pour accéder à notre base de données, mais faire du porte-à-porte n’est pas la solution ! Nous leur envoyons également par courrier, en double, les résultats des dépistages, mais ce n’est pas une façon moderne de transmettre des données en 2021. »

Interview réalisée en toute indépendance éditoriale par Acteurs de santé Tv avec le soutien du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF).

En savoir plus : https://www.smpf.info/

 

Sur le même thème

AKO@dom, un outil de pilotage pour un meilleur suivi des patients

AKO@dom est une plateforme qui permet de visualiser sur un écran, de manière synthétique, tous nos patients sous chimiothérapie ...

L’intelligence artificielle va-t-elle transformer le métier des anapaths ?

La pathologie numérique et l’intelligence artificielle (IA) vont bouleverser les pratiques des anapaths.

Quelle relation l’anapath a-t-il avec les patients ?

La relation de l’anapath avec le patient est très proche ! On pourrait penser qu’on ne connaît rien de lui et pourtant.....

Hôpital public : le numérique ne résoudra pas tout !

5/6 - Il y a en ce moment une tendance assez euphorique à penser que l’innovation va sauver l’hôpital, notamment l’innovation ...

Sondage urinaire intermittent - La réalité virtuelle au service des soignants et des patients

Sondage urinaire intermittent - L’auto-sondage concerne une population très large, pourtant, on en parle trop peu, il s’agit ...

Plaies et cicatrisations - Des vidéos en ligne pour les infirmières

32 consultations de plaies et cicatrisations en accès libre sur YouTube.

Malades chroniques, empêcher les complications !

#revoirsonmedecin, une campagne de sensibilisation pour éviter une rupture de la prise en charge des soins des malades chroniques ...

Dans le futur, une consultation sur deux pourra être réalisée en téléconsultation

J’ai subi une intervention pendant la période de confinement due au Covid-19. J'étais en confiance, tout s’est bien déroulé,...