Quelle place pour l’anapath dans l’équipe de soins ?

Docteur Pomone RICHARD, médecin pathologiste, SMPF, Toulouse

Le médecin pathologiste intervient à toutes les étapes du parcours de soins.

Le Dr Pomone Richard, médecin pathologiste à Toulouse, membre du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF), précise le rôle de ce spécialiste.

« Si un patient a un bouton inhabituel sur le nez, il va consulter son généraliste qui, pour avoir un diagnostic précis, va l’adresser à un dermatologue. Plusieurs hypothèses se dessinent : ce spécialiste n’est pas complètement sûr de son diagnostic, il effectue un petit prélèvement qu’il va envoyer au pathologiste. Celui-ci va le regarder au microscope et poser le diagnostic qui peut aller de la piqûre d’insecte à une lésion tumorale. Le pathologiste va alors se mettre en contact avec le dermatologue, lui indiquer qu’il s’agit d’un cancer de la peau et lui conseiller d’enlever la lésion. 

Nous allons ensuite intervenir pour guider la suite du geste opératoire qui concerne le patient. Une fois que le dermatologue a complètement enlevé la lésion, nous allons l’analyser pour préciser sa gravité et le traitement à envisager - chimiothérapie, par exemple, ou radiothérapie. Nous agissons de la même façon pour un petit bouton ou pour une petite boule qui pourrait apparaître dans une partie de notre corps. 

Lorsqu’il y a un choix crucial à exercer dans le parcours de soins, en particulier pour une décision de traitement lourd de conséquences pour le malade, nous sommes complètement intégrés à l’équipe de décision au même titre que le cancérologue, le pneumologue, le gastro-entérologue (ect...)  ou le radiologue. Nous programmons une réunion de concertation multidisciplinaire et, ensemble, nous regardons les éléments du dossier et aboutissons à une synthèse pour proposer au patient le meilleur traitement possible : le plus adapté et le plus singulier pour lui-même.  

L’intervention de l’anapath permet d’avoir un diagnostic d’où va découler un traitement ou pas de traitement du tout ! Nous accompagnons les différents médecins qui prennent en charge le patient pour confirmer le diagnostic de sa maladie, sa gravité, les molécules qui sont de potentielles cibles pour des traitements. Par l’analyse de son tissu, nous permettons au cancérologue de choisir un traitement personnalisé, ce qui présente un bénéfice direct pour le patient : nous identifions sur ses cellules ce qui va pouvoir le sauver parce qu’on trouvera le traitement qui lui sera le plus adapté. » 

Interview réalisée en toute indépendance éditoriale par Acteurs de santé Tv avec le soutien du Syndicat des Médecins Pathologistes Français (SMPF).

En savoir plus : https://www.smpf.info/

 

Sur le même thème

Continuum Plus, une meilleure coordination entre les soignants au plus près du patient

Les patients sous chimiothérapie orale peuvent rentrer dans un accompagnement à domicile avec leur infirmière libérale par ...

Qu’est-ce qu’un anapath ?

L’anatomopathologiste, profession méconnue du grand public, occupe une place centrale dans le système de soins.

Quelle différence entre un anapath et un biologiste ?

Anapath et biologiste, deux professions que l’on confond très souvent. On peut dire que le biologiste s’intéresse aux liquides ...

Parcours de soins, quelle mission pour l’anapath

Le pathologiste est totalement intégré dans le parcours de soins, du dépistage jusqu’au choix des traitements de chimiothérapie ...

Quelles missions pour l’anapath ?

Dépistage, diagnostic, ciblage de la tumeur, aide à la mise en place de traitements personnalisés..., nous intervenons à ...

Dépistage, quelle responsabilité pour l’anapath ?

Les médecins pathologistes ou anapaths jouent un rôle important dans la santé publique.

Quels contacts l’anapath a-t-il avec les cliniciens ?

La place de l’anapath dans le parcours de soins est un peu partout et nulle part à la fois ! Si notre rôle est vraiment ...

Combien y a-t-il d’anapaths en France ?

Nous sommes près de 1 600 anapaths en France, avec une moyenne d’âge de 50 ans. C’est une profession de plus en plus féminine.