Retourner consulter, une priorité absolue pour les malades chroniques

Anne-Sophie JOLY, présidente du CNAO, Collectif National des Associations d’Obèses

#revoirsonmedecin, Les personnes fragiles, déjà en souffrance, ont été plus atteintes que la population générale pendant la pandémie du Covid-19.

« Les personnes fragiles, déjà en souffrance, ont été plus atteintes que la population générale pendant la pandémie du Covid-19. Pertes de repères alimentaires, réduction drastique de l’activité physique, impossibilité de se rendre à la piscine..., les conséquences du confinement pour les personnes en surpoids ou atteintes d’obésité ont été multiples », Anne-Sophie Joly, présidente du CNAO se mobilise avec 4 autres associations impliquées dans les maladies cardio-métaboliques pour rassurer et encourager les malades chroniques à retourner voir leur médecin, en consultation ou en téléconsultation. « Il s’agit d’une priorité absolue pour les associations de patients ».

Pendant le confinement, le suivi médico-chirurgical des personnes obèses a été catastrophique !

« Nous étions en « Plan blanc », la priorité absolue était de sauver toutes les personnes atteintes du Covid-19. La population s’est mise en retrait naturellement et a évité d’aller consulter son médecin.

Les malades chroniques auraient pu bénéficier d’un meilleur suivi, en télémédecine, par téléphone ou en présentiel, car toutes les mesures de sécurité sanitaire avaient été mises en place, mais ils sont restés particulièrement en retrait par peur d’attraper le virus.

Le résultat est qu’aujourd’hui, les professionnels de santé observent dans leurs consultations l’arrivée de personnes qui présentent de plus en plus de complications médico-chirurgicales parce qu’effectivement, elles n’ont pas été consulter lors des premiers signes.

Pour elles, il n’y avait pas d’urgence vitale, elles pensaient qu’elles n’étaient pas la priorité ! »

En savoir plus sur la campagne #revoirsonmedecin : https://www.facebook.com/revoirsonmedecin
Autres interviews vidéo : https://www.acteursdesante.fr/

La campagne #revoirsonmedecin est réalisée par 5 associations concernées par les maladies cardio-métaboliques : Alliance du Coeur, Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO), Fondation de Recherche sur l’Hypertension artérielle (FRHTA), Fédération Française des Diabétiques et la Société Française de Santé Digitale (SFSD). La campagne conçue et médiatisée par les agences By Agency et  Lauma Communication  en partenariat avec Acteurs de santé Tv a reçu le soutien de Medtronic qui n’est pas intervenu dans le contenu éditorial.

 

Sur le même thème

Cancer du sein & tests génomiques - 5 000 femmes pourraient éviter une chimiothérapie inutile

Jusqu’à 75% des femmes ayant un cancer hormonosensible dépisté à un stade précoce pourraient avoir recours aux tests génomiques ...

Covid 19, le gouvernement a fait le job

Les couacs entre hôpitaux publics et cliniques appartiennent au passé.

Trouver enfin un traitement pour le cancer du sein triple négatif - RIP Dorothée

RIP Magnifique et courageuse Dorothée qui a créé Les Triplettes Roses après avoir été diagnostiquée d'un cancer du sein ...

Cancer du sein hormono dépendant 2021, quel financement pour les tests génomiques ?

Il est essentiel, comme le disent l’ensemble des spécialistes et les associations de patients, que les tests génomiques ...

Chimiothérapie : 1 femme sur 3 ayant un cancer diagnostiqué à un stade précoce pourrait l'éviter

Jusqu’à 75% des femmes ayant un cancer du sein hormonosensible pourraient avoir recours aux tests génomiques en cas d’hésitation ...

Cancer du sein - Des tests génomiques pour confirmer l’utilité clinique d’une chimiothérapie

Les tests génomiques permettent de confirmer la pertinence d’une chimiothérapie après une opération d’un cancer du sein....

Chirurgie de la cheville - Vers une reprogrammation des opérations

L’épidémie de Covid 19 nous a obligé à changer nos pratiques et à travailler davantage en téléconsultation.

Covid 19 - Une forte baisse des opérations chirurgicales

On a pu observer des différences de traitement entre Paris et Marseille, essentiellement liées aux différences de pallier.