S’entraîner sans excès avant une course à pied

Dr Christophe Cermolacce, A-NCIS, chirurgien spécialiste de la cheville, Marseille, Paris

Si une douleur arrive de manière progressive, il faut savoir arrêter net pour ne pas aggraver la situation.

« Lorsqu’on se prépare à courir le 10 ou le 20 km de Paris, on n’a pas besoin de courir 40 km tous les jours ! Il suffit de courir la distance ou un petit peu plus si on veut être à l’aise, soit 20 à 30 kms par semaine.

En cas d’ancienne blessure, avec fragilité d’une articulation, il vaut mieux courir souvent de petites distances et éviter les longues, faire de petits entraînements, fractionner un peu en endurance. Une sortie un peu plus longue le week-end peut être programmée mais suivie d’un jour de repos.

C’est important de masser avant avec des pommades chauffantes, de beaucoup glacer ensuite, et surtout de s’arrêter s’il y a la moindre douleur. Si une douleur arrive de manière progressive, il faut savoir arrêter net pour ne pas aggraver la situation. »

Regarder où on met les pieds !

« En cas de sensations d’instabilité, il faut strapper avec des systèmes de strapp très précis, il existe des strapps qui ne craignent pas la transpiration et qui n’irritent pas la peau.

On peut aussi remplacer les semelles d’origine des chaussures de course à pied - qui sont auto-stables - par de petites orthèses plantaires qui vont permettre une meilleure stabilité externe évitant de se tordre le pied.

Et puis, il faut regarder où on met les pieds ! Ca parait idiot, mais c’est souvent à l’entraînement qu’on se fait mal. Il y a deux cas de figures : on s’entraine souvent le soir et il faut prendre l’habitude de regarder où on met les pieds et puis en course, il faut passer à distance du ravitaillement, semé de canettes et de bouteilles ! »

En savoir plus : https://www.lachevilledusportif.com/  @C_Cermolacce #ChevilleSport

Sur le même thème

Retrouver un confort complet après une blessure de la cheville

Une chirurgie bien faite est efficace, elle permet au patient de retrouver un confort complet.

Douleur de la cheville aiguë ou chronique, consulter un spécialiste

Après un traumatisme aigu, si on ne peut plus bouger sa cheville parce qu’on a trop mal, la prise en charge doit être effectuée ...

Mal à la cheville, voir un chirurgien en cas d’échec thérapeutique

Un avis chirurgical nécessaire quand on n'arrive pas à s'en sortir médicalement.

Main, hanche, cheville, une chirurgie de plus en plus spécialisée

Les petites articulations, parfois très complexes, sont devenues des entités à part entière nécessitant une spécialisation.

Des cicatrices esthétiques après une opération de la cheville

Les technologies ont beaucoup évolué rendant la cicatrisation beaucoup plus facile et esthétique.

De grands progrès dans la chirurgie de la cheville

IRM, anesthésie et arthroscopie, principales innovations de la chirurgie de la cheville.

Plasma Riche en Plaquettes (PRP) et cellules souches pour auto-réparer la cheville

L’injection de cellules souches et booster de PRP, Plasma Riche en Plaquettes, est une révolution.

De grands progrès dans l’après-chirurgie de la cheville

Rentrer chez soi en marchant le jour même de l’intervention !

De nombreux chocs et blessures pour les rugbymen

Des chocs monstrueux ! Les rugbymen sont d’incroyables joueurs !

Six mois pour qu’un joueur de haut niveau reprenne le sport

Sans complications, le joueur professionnel après une blessure revient en 5 mois à son niveau initial.

Le genou, principale pathologie du footballeur

La prévention sous-estimée auprès des sportifs.

Un suivi de six mois après une opération de la cheville

Un suivi de six mois est nécessaire, mais pas davantage sauf en cas d’évolution de la lésion