Sans Internet, pas de télémédecine ! Université des déserts médicaux et numériques

Guillaume de DURAT, Initiateur de l’Université des déserts médicaux et numériques

Des déserts médicaux et numériques toujours aussi nombreux et loin d’être désertiques ! Des citoyens y habitent et sont isolés...

« Les déserts médicaux tout comme les déserts numériques sont toujours aussi nombreux, ce qu’on oublie de dire c’est que ces déserts sont loin d’être désertiques, des citoyens y habitent et sont isolés. » 

Pas d’Internet, pas de télémédecine !
« La télémédecine ne peut fonctionner sans Internet, c’est une condition sine qua non, d’où l’idée d’associer le temps d’une Université d’été en 2017 les deux problématiques de désert médical et de désert numérique. Les choses ont-elles réellement avancé en deux ans ? Une étude inédite sur la perception des médecins vis-à-vis des déserts médicaux et les usages de la télé-médecine sera révélée lors de l’édition 2019. Réalisée par Egora, cette étude sera l'occasion de faire le point sur le ressenti des professionnels de santé mais aussi sur leurs solutions envisagées pour répondre à la problématique de la désertification médicale. » 

Une mauvaise connection, c’est moins d’informations fiables pour les patients
« Les communautés de patients qui bien évidemment existaient avant Internet sont aujourd’hui devenues des communautés en ligne, ce qui est assez réducteur pour les patients qui ont un faible accès à Internet. Ces patients vont plutôt obtenir une information qui ne va pas être la bonne : en effet, les pages les plus sérieuses ont beaucoup plus de mal à se télécharger que les pages légères, sources de « Fake Med » ou de fausses informations. Le patient qui a une mauvaise connexion perd parfois de l’information fiable qu’on peut trouver sur des sites qui proposent une information qualifiée, comme par exemple Santé.fr. Lutter contre les fake news est difficile, travailler sur une validation de l’information serait nécessaire pour faire un peu de ménage ! »

Réunir des gens qui ne se parlent pas d’habitude et qui ont une certaine méfiance les uns vis à vis des autres
« Pour ceux qui connaissent un peu le monde de la médecine, de nombreuses personnes se côtoient - de façon plutôt catégorielle - mais ne se parlent pas beaucoup, pourtant ils ont tous un intérêt commun, celui du patient. Même avec les outils informatiques développés pour fluidifier l’information, la partager, les acteurs ne se parlent pas. Les ARS ne communiquent pas forcément beaucoup avec les médecins, il existe une certaine défiance. Mon objectif lors de la prochaine Université des déserts médicaux et numériques est de faire venir des personnes qui n’ont pas l’habitude de se parler dans un lieu assez neutre de manière à ce qu’ils se découvrent et s’aperçoivent qu’ils sont avant tout des hommes et pas simplement des institutions ou des machines. »

Stéphanie Chevrel. 

Interview réalisée par acteurs de santé Tv, partenaire média de l’Université des déserts médicaux et numériques 2019 dont Guillaume de Durat est l’initiateur #UDMN @gdedurat @UnivDeserts

Informations & inscriptions : https://universitedeserts.fr/participant/

 

 

Sur le même thème

Stop Covid, développer la responsabilité de chacun

Faire confiance à cette application française utile pour la société.

Trouver enfin un traitement pour le cancer du sein triple négatif

J'ai créé Les Triplettes Roses car j'ai été diagnostiquée d'un cancer du sein triple négatif. C'est un diagnostic qui a ...

Faire que plus jamais un enfant ne meurt de la méningite

Les enfants de moins de 4 ans et les adolescents entre 15 et 20 ans sont les plus concernés par cette maladie qui peut tuer ...

Journée Mondiale de l’Obésité - Prévenir et soigner la maladie

Plus que la prévention, la principale urgence est de dépister la personne qui souffre et de calculer son IMC, de façon à ...

eVeDrug veille aux effets secondaires des médicaments

Rendre hommage aux patients pour les 30 ans du Festival de la Communication Santé

L’apport de la sociologie dans la crise de l’hôpital public

6/6 - Nous sommes extrêmement pessimistes sur le futur de l’hôpital public car son niveau de financement n’est pas suffisant....

Cancer Sensibiliser les patients à l'importance de l'activité sportive

Eléonore pose en février dans le calendrier patients. Pouvoir refaire du sport a été très important pour moi. Ça m'a aidé ...

Prévenir les escarres : des recommandations en 2020

Nous analysons actuellement dans la littérature internationale, l’utilisation de pansements hydrocellulaires siliconés multicouches ...