Signatures moléculaires Oncotype DX - Nouvelles recommandations 2022 de l’ASCO

Professeur Emmanuel BARRANGER, oncologue chirurgien, directeur général Centre Antoine Lacassagne - Nice

Chimiothérapie : homogénéiser les pratiques grâce aux tests génomiques

Quelques semaines avant la tenue de l’ASCO, le plus grand congrès international consacré aux avancées pour lutter contre les cancers, l’association américaine a mis à jour les recommandations sur les indications et l’utilisation des tests génomiques. Le professeur Emmanuel Barranger explique ce qu’elles apportent réellement de nouveau.

Des recommandations attendues depuis longtemps
« Ces recommandations publiées par le professeur Fabrice André (Gustave Roussy) en premier auteur, dans le principal journal de cancérologie - le JCO, Clinical Journal of Oncology -, étaient attendues depuis longtemps. Elles permettent aux cliniciens de préciser l’utilisation des signatures moléculaires et en particulier, d’Oncotype DX®. »

Oncotype DX®, le test génomique à privilégier chez les patientes ménopausées ou non
« Il est ainsi très clairement mentionné avec un niveau de preuves élevé que le test génomique Oncotype DX® est à privilégier chez les patientes ménopausées ou de plus de 50 ans, avec un envahissement ganglionnaire d'un à trois ganglions ou en l'absence d’envahissement ganglionnaire. Pour les patientes non ménopausées ou de moins de 50 ans, sans envahissement ganglionnaire avec des récepteurs hormonaux HER2 non surexprimés, le test Oncotype DX® est le seul test retenu dans cette situation pour évaluer le risque de rechute et prescrire ou non une indication de chimiothérapie. »

« Nous respectons les recommandations de l’ASCO »
« Nous utilisons bien évidemment le test Oncotype DX® au Centre Lacassagne. Il est prescrit quasiment systématiquement lorsqu’il y a une discussion sur l’intérêt et l’utilité de réaliser une chimiothérapie adjuvante et validé en RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire). »

« Le remboursement pas complet, ce qu’on peut malheureusement regretter »
« En tant que chirurgien, lorsque je reçois des patientes en consultation qui présentent les critères retenus potentiellement pour l’indication de ce test, je leur en parle et discute systématiquement avec elles en amont de leur opération. Je leur explique que dans notre établissement, elles auront la possibilité de bénéficier de ce test qui permet de limiter les indications de la chimiothérapie, mais qui est à la charge de l’établissement. Le remboursement n’est en effet pas complet, c’est d’ailleurs ce qu’on peut malheureusement regretter car cet outil est indispensable tant pour le chirurgien que je suis que pour notre institution.»

Ce test nous permet d’homogénéiser nos pratiques
« Au Centre Lacassagne, l’utilisation du test Oncotype DX® nous permet d’homogénéiser nos pratiques intra-RCP : nous posons l’indication et le test va nous dire si le risque est suffisamment élevé pour faire une chimiothérapie ou pas. Cela nous permet aussi, inter-RCP, une homogénéisation de nos pratiques sur les indications de chimiothérapie pour lesquelles parfois il peut y avoir des pratiques différentes ou des avis discordants. C’est un élément important. »

En savoir plus :

Web Tv Cancer du sein, chimiothérapie et tests génomiques,
https://www.acteursdesante.fr/webtv/cancer-du-sein-chimiotherapie-et-tests-genomiques/12/

Centre Antoine Lacassagne : https://www.centreantoinelacassagne.org

Mon traitement cancer du sein, https://www.montraitement-cancerdusein.fr/

Exact Sciences, https://www.exactsciences.com/

Patients en réseau, https://www.patientsenreseau.fr/cancer-du-sein-et-chimiotherapie-tests-genomiques/

Mon réseau cancer du sein,
https://www.monreseau-cancerdusein.com/dossiers/mieux-comprendre/parcours-diagnostique/tests-genomiques-predictifs/tests-genomiques-predire-le-risque-de-recidive-et-preciser-la-necessite-dun-ch

Sur le même thème

ASCO 2022 : vers une désescalade thérapeutique

Oncotype DX®, la place croissante des signatures moléculaires

Améliorer la vie des femmes pendant et après un cancer du sein.

Le Centre Antoine Lacassagne développe de nombreuses actions pour accompagner les patient.e.s atteint.e.s de cancers.

Cancer du sein localisé & tests génomiques ASCO 2022

Oncotype DX : réduire les indications de chimiothérapie

Cancer du sein, 2/3 d’indications de chimiothérapie en moins chez les patientes testées

Les recommandations publiées par l’ASCO permettront de bien établir les indications, la place et les critères de prescription ...

Cancer du sein, un test génomique pour conforter la décision thérapeutique

On observe une réduction de 70% des prescriptions de chimiothérapie chez les patientes ayant réalisé le test génomique Oncotype ...

Cancer du sein, diagnostic & traitements, quel est le rôle de l'anapath ?

Identifier le type de cancer, son degré de sévérité et de gravité, et indiquer au clinicien si ce cancer va être sensible ...

Qu’est-ce qu’une RCP ? Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

Décider des grandes lignes de prise en charge, de traitement, de surveillance ou, s’il faut pousser un peu plus loin les ...

Cancer du sein & tests génomiques : « Avoir le traitement le mieux adapté »

Diagnostiquée d’un cancer du sein en 2019, Nathalie Garnier témoigne pour mieux faire connaître les tests génomiques.