Suivre une chimiothérapie orale à domicile en toute sécurité 

Jérôme MARTIN-BABEAU, Centre Armoricain d’Oncologie - Hôpital privé des Côtes d’Armor

Cancer du sein, cancer du foie, le programme d’accompagnement AKO@dom

Le docteur Jérôme Martin-Babau est oncologue au Centre Armoricain d’Oncologie - Hôpital privé des Côtes d’Armor. Dans cet établissement, il n’y a ni pharmacien hospitalier, ni infirmière de coordination, c’est pour cela qu’a été mis en place avec Continuum+, le programme d’accompagnement AKO@dom, pour les patients atteints de cancer et sous chimiothérapie orale à domicile.

Suivre nos patients de façon sécurisée grâce à leur infirmière de ville habituelle
« AKO@dom est un dispositif qui permet un accompagnement hebdomadaire des patients atteints de cancer lors de l’instauration d’une thérapie ciblée orale et pendant les neuf premières semaines de leur traitement qu’ils prennent donc à leur domicile. Ce programme nous permet de suivre nos patients de façon sécurisée grâce à leur infirmière de ville qui va vérifier la bonne tolérance des traitements auprès des patients et nous alerter en cas d’effets indésirables. L’autre avantage pour nous est un certain gain de temps puisque ce sont les infirmières qui au cours de leurs visites régulières vont collecter les données cliniques. Cela nous permet de cibler mieux et plus rapidement les différents points à aborder avec le patient lors de la consultation. Cela nous rend beaucoup plus pertinent et efficace lors des rendez-vous de suivi. »

Se soigner par chimiothérapie orale à domicile en lien avec ses soignants
« Je recommande le programme AKO@dom à nos patients atteints de cancer du sein métastatique ou de cancer du foie primitif ou carcinomes hépatiques cellulaires. Ce programme d’accompagnement est également utilisé auprès des patients atteints de cancer du rein, de cancer bronchique non à petites cellules ou encore de myélome multiple. J’aspire à ce que ce programme soit aussi proposé aux patients atteints de tumeurs cérébrales et qui présentent des troubles cognitifs. Ce sont des maladies difficiles à appréhender et à suivre pour les proches. Un accompagnement de type Ako@dom dans ce type de lésion permettrait une sécurisation de la prise des chimiothérapies chez ces patients. »

Des effets secondaires rapportés et traités rapidement
« En pratique, je propose AKO@dom à une grande majorité de nos patients. L’intérêt de ce dispositif est de remettre au centre les professionnels de santé auxquels le patient a l’habitude d’avoir recours - notamment ses infirmières libérales, son pharmacien d’officine habituel, son médecin généraliste - s’ils souhaitent être intégrés dans la boucle de suivi. Près de 70% des patients qui vont commencer une thérapie ciblée orale, les plus fragiles ou anxieux à l’initiation du traitement, vont se voir proposer ce genre d’accompagnement. La grande majorité d’entre eux en tire un réel bénéfice et se sent en sécurité. Quant à nous, professionnels de santé, nous sommes beaucoup plus rassurés car nous savons qu’en cas d’effets secondaires graves, ils vont nous être rapportés rapidement et nous pourrons agir en conséquence. »

Restaurer la relation entre le patient et ses professionnels de santé de ville habituels en lien avec le service d’oncologie
« Ce que j’apprécie particulièrement avec AKO@dom, c’est que ce programme permet de développer les liens entre l’hôpital et la ville, entre le cancérologue, le pharmacien d’officine, les équipes infirmières habituelles du patient et le médecin généraliste. Cela permet de redonner une meilleure compréhension des traitements anticancéreux à l’ensemble des professionnels de santé externes aux centres de cancérologie et aussi de bénéficier de la consultation que le patient effectue auprès de son pharmacien de ville qui va vérifier l’absence d’interactions médicamenteuses entre les thérapies ciblées prescrites lors de la consultation de cancérologie et les autres médicaments qu’il peut être amené à prendre.

Enfin, plutôt que d’avoir une relation entre le patient et le service d’oncologie, AKO@dom permet de restaurer la relation entre le patient, ses professionnels de santé habituels et le service d’oncologie, ce qui est une vraie richesse dans ce dispositif. »

Interview réalisée en toute indépendance éditoriale par Acteurs de santé Tv avec le soutien de Continuum+

En savoir plus :
Continuum+ : https://www.continuumplus.net/  Centre Armoricain d’Oncologie, Hôpital privé des Côtes d’Armor : https://www.cario-sante.fr

AF3M, Association Française des Malades du Myélome Multiple : AF3M - myélome multiple (facebook.com)  -  Patients en réseau : https://www.patientsenreseau.fr/

Sur le même thème

Chimiothérapie orale, un lien entre pharmaciens hospitaliers et pharmaciens d’officine

L’accompagnement avec l’application AKO@dom nous permet de communiquer de façon sécurisée avec l’ensemble des professionnels ...

Continuum plus, des professionnels de santé tous en lien au bénéfice des patients 

AKO@dom - A l’hôpital, l’oncologue, le pharmacien et l’infirmière de coordination, tout comme les soignants de ville, ont ...

Continuum Plus, une meilleure coordination entre les soignants au plus près du patient

Les patients sous chimiothérapie orale peuvent rentrer dans un accompagnement à domicile avec leur infirmière libérale par ...

Qu’est-ce qu’un anapath ?

L’anatomopathologiste, profession méconnue du grand public, occupe une place centrale dans le système de soins.

Quelle place pour l’anapath dans l’équipe de soins ?

Le médecin pathologiste intervient à toutes les étapes du parcours de soins.

Quelle différence entre un anapath et un biologiste ?

Anapath et biologiste, deux professions que l’on confond très souvent. On peut dire que le biologiste s’intéresse aux liquides ...

Parcours de soins, quelle mission pour l’anapath

Le pathologiste est totalement intégré dans le parcours de soins, du dépistage jusqu’au choix des traitements de chimiothérapie ...

Quelles missions pour l’anapath ?

Dépistage, diagnostic, ciblage de la tumeur, aide à la mise en place de traitements personnalisés..., nous intervenons à ...