Un référentiel de bonnes pratiques pour les plaies aiguës

Médecin en chef HUGUES, Hôpital d’instruction des armées, Legouest, Metz

Nous devons éduquer les patients à prendre soin de leurs plaies et à s’insérer dans un parcours de soins pour être partenaires.

Prendre en charge les plaies simples
"En tant que médecin militaire, nous devons être en mesure de prendre en charge les plaies simples de nos militaires dans la vie de tous les jours, comme des plaies plus complexes dans des situations de conflit telles que les plaies à armes blanches ou armes à feu. Or la plaie est un sujet relativement délaissé par les médecins par l’impression que la prise en charge ainsi que le domaine de la cicatrisation relevaient seulement des infirmiers."

"Je me suis notamment intéressé à l’utilisation des antiseptiques dans les camions des sapeurs-pompiers français et ai observé que les référentiels n’étaient pas tout à fait ajustés aux pratiques de terrain et n’apportaient pas toujours des protocoles uniformes. J’ai ainsi eu l’opportunité de proposer aux sociétés savantes en 2017 de faire évoluer le référentiel de bonnes pratiques mis en place en 2005 en les simplifiant dans de nouvelles recommandations parues en 2017."

Éduquer le patient 
"Les plaies physiques comme psychiques sont un tout cohérent dans la prise en charge d’un blessé de guerre. La blessure, l’hémorragie surviennent aussi en milieu civil, on le voit à travers les attentats qui sévissent en France depuis 2015. Nous devons éduquer le patient à prendre en charge ses plaies et à s’insérer dans un parcours de soins pour être partenaire et peut-être par la suite expert de ses soins." 

Interview réalisée lors des Journées de Cicatrisations 2019.
En savoir plus : https://www.convatec.fr/   
https://www.cicatrisations2019.org/

 

Sur le même thème

Chimiothérapie orale, un lien entre pharmaciens hospitaliers et pharmaciens d’officine

L’accompagnement avec l’application AKO@dom nous permet de communiquer de façon sécurisée avec l’ensemble des professionnels ...

Continuum plus, des professionnels de santé tous en lien au bénéfice des patients 

AKO@dom - A l’hôpital, l’oncologue, le pharmacien et l’infirmière de coordination, tout comme les soignants de ville, ont ...

Continuum Plus, une meilleure coordination entre les soignants au plus près du patient

Les patients sous chimiothérapie orale peuvent rentrer dans un accompagnement à domicile avec leur infirmière libérale par ...

Qu’est-ce qu’un anapath ?

L’anatomopathologiste, profession méconnue du grand public, occupe une place centrale dans le système de soins.

Quelle place pour l’anapath dans l’équipe de soins ?

Le médecin pathologiste intervient à toutes les étapes du parcours de soins.

Quelle différence entre un anapath et un biologiste ?

Anapath et biologiste, deux professions que l’on confond très souvent. On peut dire que le biologiste s’intéresse aux liquides ...

Parcours de soins, quelle mission pour l’anapath

Le pathologiste est totalement intégré dans le parcours de soins, du dépistage jusqu’au choix des traitements de chimiothérapie ...

Quelles missions pour l’anapath ?

Dépistage, diagnostic, ciblage de la tumeur, aide à la mise en place de traitements personnalisés..., nous intervenons à ...